Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

Amnesty appelle la Fifa à plus de pression pour les droits des travailleurs au Qatar

Qatar Vue générale du stade Ras Abu Aboud en construction à Doha avant la Coupe du monde en 2022, dans cette photo non datée obtenue par Reuters le 15 juillet 2020.

Amnesty International a appelé lundi la Fifa à faire davantage pression sur le Qatar, pays hôte de la Coupe du monde de football 2022, pour l'amélioration des conditions de travail des travailleurs immigrés dans le très riche pays du Golfe.

Comme d'autres Etats de la région, le Qatar abrite une très importante population immigrée, pour la plupart des ouvriers et travailleurs pauvres venus du sous-continent indien. Depuis qu'il a été choisi pour accueillir le Mondial-2022, l'émirat gazier est particulièrement scruté par les ONG.

"Le Qatar a procédé à un certain nombre de réformes positives ces dernières années (...) Mais trop souvent, elles ne sont pas correctement appliquées et des milliers de travailleurs migrants continuent d'être exploités et victimes d'abus", a déclaré Amnesty dans un communiqué.

Les propositions en cours au sein des autorités qataries pourraient "réduire à néant une grande partie des progrès réalisés grâce aux réformes, notamment en réimposant des restrictions aux droits des travailleurs de changer d'emploi et de quitter le pays", a souligné l'ONG.

Mais ces propositions ne seront pas acceptées par le gouvernement, qui tranche en dernier lieu, ont assuré des sources officielles à l'AFP.

"Des progrès sont réalisés aussi rapidement que possible tout en veillant à ce qu'ils soient adaptés à notre marché du travail", a déclaré le service communication du gouvernement qatari dans un communiqué.

"Le gouvernement s'engage à travailler en étroite collaboration avec ses partenaires internationaux, dont Amnesty", a-t-il assuré.

"La protection des droits humains au niveau international est une priorité absolue pour la Fifa", a déclaré son président Gianni Infantino lors d'un point presse vendredi après une réunion du Conseil de l'organisation basée à Zurich.

"Nous devons être justes là-bas (au Qatar) et admettre que beaucoup de progrès ont été réalisés (...) s'agissant des conditions des travailleurs. Bien sûr, on peut faire plus partout, toujours, même en Suisse", a-t-il ajouté.

Amnesty a appelé la Fifa à mettre en place un contrôle "indépendant et régulier" de tous les sites et projets liés au Mondial-2022 afin de détecter et de prévenir les abus.

"La Fifa a l'opportunité de contribuer à faire du Qatar un endroit meilleur pour les travailleurs migrants", a insisté l'ONG.

Samedi, l'instauration d'un salaire minimum de 230 euros par mois est entrée en vigueur pour tous les travailleurs, une première dans le Golfe selon le Qatar.

En octobre 2019, le pays avait annoncé qu'il prévoyait de supprimer des aspects clés de son droit du travail, notamment l'obligation pour certains travailleurs d'obtenir l'autorisation de leur employeur pour changer d'emploi et un permis de sortie du territoire.

Toutes les actualités

Human Rights Watch accuse l'armée de "meurtres" au Cameroun anglophone

Une partie de la population anglophone du Cameroun s'estime ostracisée par les francophones, le conflit a fait plus de 6.000 morts depuis fin 2016.

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a accusé jeudi l'armée camerounaise de "meurtres" et "détentions arbitraires" dans une région anglophone où un conflit meurtrier oppose depuis cinq ans des groupes armés séparatistes aux forces de l'ordre.

"Des soldats camerounais ont sommairement tué au moins dix personnes et commis plusieurs autres abus entre le 24 avril et le 12 juin lors d'opérations anti-insurrectionnelles dans la région du Nord-Ouest du Cameroun", a noté l'ONG dans un rapport, affirmant que des membres des forces de l'ordre ont "détruit et pillé des centres de santé, détenu arbitrairement au moins 26 personnes et en auraient fait disparaître de force quelque 17 autres".

Crise anglophone: Macron prône la "régionalisation" comme solution
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:27 0:00

Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont le théâtre depuis cinq ans d'un conflit meurtrier entre des groupes armés réclamant l'indépendance d'un Etat qu'ils appellent l'"Ambazonie" et des forces de sécurités massivement déployées par le pouvoir du président Paul Biya, 89 ans, qui dirige le Cameroun d'une main de fer depuis près de 40 ans.

Une partie de la population anglophone s'estime ostracisée par les francophones. Le conflit qui a fait plus de 6.000 morts depuis fin 2016 et forcé plus d'un million de personnes à se déplacer, selon le centre de réflexion International Crisis Group (ICG). Les rebelles comme les militaires et les policiers sont régulièrement accusés par les ONG internationales et l'ONU de commettre exactions et crimes contre les civils.

HRW a évoqué l'attaque, le 1er juin, par des soldats camerounais du village de Missong, un hameau de la région du Nord-Ouest, qui s'est soldée par la mort de neuf personnes, dont quatre femmes et une fillette de 18 mois, "dans une opération de représailles contre une communauté soupçonnée d'abriter des combattants séparatistes". L'armée avait alors reconnu une "méprise" et "une réaction inappropriée, inadaptée à la circonstance et manifestement disproportionnée".

Droits humains au Cameroun: "le gouvernement doit avoir un engagement avec la société civile", Félix Agbor Balla
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:21:09 0:00

En juin, selon HRW, les forces de sécurité ont "sommairement tué un homme, en ont blessé un autre, ont brûlé au moins 12 maisons, détruit un centre de santé communautaire et pillé au moins 10 magasins" à Belo. Interrogé par l'AFP, le ministère de la Défense n'avait pas réagi dans l'immédiat.

"Les autorités camerounaises devraient mener des enquêtes crédibles et impartiales et demander des comptes à leurs auteurs", a exhorté dans le rapport Ilaria Allegrozzi, chercheuse sur l'Afrique centrale à HRW. L'ONG de défense des droits humains avait accusé dans un rapport publié fin juin les rebelles des régions anglophones de commettre des "violations graves des droits humains".

Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) avait placé en juin le Cameroun anglophone à la troisième place sur la liste des dix crises "les plus négligées" de déplacement de population, en se basant sur trois critères: le manque de volonté politique de la communauté internationale pour y trouver des solutions, de couverture médiatique et de financement des besoins humanitaires.

Human Rights Watch critique les autorités maliennes

MALI-FRANCE-UNREST

Les autorités maliennes doivent inverser la tendance quant aux violations des droits humains pour "garantir" leur "crédibilité", affirme l'ONG Human Rights Watch qui dénonce mardi des détentions illégales, des restrictions de la liberté d'expression et des disparitions forcées.

"Les autorités maliennes doivent inverser cette tendance afin de garantir la crédibilité de la transition politique", a déclaré mardi Jehanne Henry, chercheuse à HRW, dans un communiqué recensant les récentes violations des droits humains au Mali.

HRW dénonce les "détention et harcèlement de critiques présumés" des autorités de transition dominées par les militaires après deux coups d'Etat complémentaires (2020, 2021).

Parmi ces critiques, souligne HRW, figurent Etienne Fakaba Sissoko - un économiste arrêté en janvier après des "propos prétendument subversifs" - et Oumar Mariko - homme politique "détenu près d'un mois" après avoir critiqué le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga et qui "vit dans la clandestinité depuis avril".

Fily Bouare Sissoko et Mahamadou Camara, respectivement ancienne ministre et ancien directeur de cabinet du président, inculpés dans une affaire de corruption qui remonte à 2015, sont détenus depuis août et septembre 2021 sans procès, continue l'ONG.

HRW a également recensé les différentes entraves à la liberté d'expression depuis que les militaires sont au pouvoir: expulsion d'un journaliste français du média panafricain Jeune Afrique pour défaut d'accréditation, suspension de délivrance des accréditations pour les correspondants étrangers, "harcèlement" par des "commentateurs en ligne" de critiques du pouvoir...

"Refonder" l'Etat malien

"Il est devenu plus difficile d'inviter des personnes s'exprimant librement à des débats publics", constate l'ONG. Cette "répression des médias et les détentions de critiques ont eu un effet glaçant sur la vie politique et l'espace civique", complète Jehanne Henry dans le texte.

HRW s'inquiète également du sort de sept militaires arrêtés mi-mai, accusés d'avoir "fomenté un coup d'Etat". Bamako n'a fourni "aucun information sur l'état de santé des hommes ni sur le lieu où ils se trouvent", ajoute l'ONG évoquant des "disparitions forcées".

Le 6 août, poursuit HRW, Bamako a répondu par écrit à l'ONG en "réaffirmant leur engagement pour les droits humains (...) mais en ne faisant aucune mention des conclusions" du communiqué.

Les militaires au pouvoir au Mali arguent d'une souveraineté retrouvée et d'une volonté de "refonder" l'Etat malien. Mais "parvenir à une société démocratique", rappelle HRW, "implique de garantir le respect des droits humains et des libertés fondamentales".

Le destin tragique d’un Nigérian handicapé battu à mort en plein jour en Italie

L’éditorialiste de La Stampa a ainsi dénoncé "le crépuscule de la civilisation occidentale" au lendemain du drame, rappelant le triste record du pays en matière de traitement des immigrés.

Alika Ogorchukwu, vendeur ambulant handicapé de 39 ans, a succombé aux assauts de son agresseur, sous le regard indifférent de plusieurs témoins. Le drame, survenu en période électorale, relance la question du sort peu enviable des immigrés en Italie.

Vendredi, 29 juillet, vers 14 h, un handicapé de nationalité nigériane, vendeur de rue dans la ville italienne de Civitanova Marche, interpelle un passant et lui propose, en vain, d’acheter ses produits.

Après avoir progressé de quelques mètres, le passant retourne sur ses pas et poursuit le vendeur. Il se saisit de sa béquille, le reverse avant de le rouer de coups, jusqu’à la mort. Au moins quatre personnes présentes sur place ont filmé la scène qui aura duré entre trois et quatre minutes, à l’aide de leur téléphone portable, selon les témoignages.

Homicide

Cette confrontation a sonné le glas pour Alika Ogorchukwu. L’homme de 39 ans, vivant en Italie depuis une dizaine d’années avec son épouse Charity Oriachi et leur fils de huit ans, avait perdu l’usage de sa jambe gauche après un accident de la route en 2021, à en croire la chaîne Sky.

Cet épisode l’avait contraint à abandonner son emploi d’ouvrier pour se convertir en vendeur itinérant, en plus de faire par moment la manche. Ce qui serait à l’origine de son passage à tabac, selon les premiers éléments de l’enquête. Ces derniers indiquent, en effet, que l’agresseur présumé, Filippo Ferlazzo, 32 ans, n’aurait pas apprécié l’insistante demande d’aumône d’Alika Ogorchukwu.

Suffisant pour le tabasser à mort ? L’avocat de l’accusé plaide des antécédents de troubles psychiatriques pour son client. Il entend demander une expertise médicale.

Incompréhension

Au-delà de la cruauté de l’agression, c’est l’indifférence, voire le cynisme des témoins qui émeut l’Italie. L’épouse de la victime, inconsolable, s’est notamment demandée pourquoi personne n’est allé au secours de son mari. "Il y avait assez de monde autour. Peut-être que si quelqu’un l’avait aidé, mon Alika serait toujours là", a-t-elle déclaré dans la presse, demandant justice pour son époux.

La police a, pour l’heure, exclu la thèse d’un acte motivé par des considérations de race. Mais pour la communauté noire d'Italie, l’affaire suinte le racisme. D’autant que la ville concernée a déjà connu par le passé plusieurs crimes commis sur des étrangers.

L’éditorialiste du quotidien turinois La Stampa a ainsi dénoncé "le crépuscule de la civilisation occidentale" au lendemain du drame, rappelant le triste record du pays en matière de traitement des immigrés.

En pleine campagne pour des législatives anticipées pour lesquelles l’extrême droite est favorite, la classe politique s’est saisie de l’affaire, chaque camp accusant l’autre d’instrumentaliser l’événement à des fins électorales.

update

Trois Palestiniens tués par les forces israéliennes en Cisjordanie

Des échanges de tirs entre Palestiniens et forces israéliennes ont eu lieu lors du raid alors qu'une dizaine de véhicules de l'armée ont bloqué la circulation dans la ville.

Trois Palestiniens, dont un haut commandant du mouvement Fatah, ont été tués et des dizaines blessés lors d'un raid mardi de l'armée israélienne à Naplouse en Cisjordanie occupée, deux jours après la fin d'une opération israélienne meurtrière dans la bande de Gaza.

Selon le ministère palestinien de la Santé, trois Palestiniens ont été tués lors de l'opération dans la vieille ville de Naplouse, au cours de laquelle des tirs ont été échangés entre activistes palestiniens et forces israéliennes.

L'armée israélienne a elle fait état de deux morts palestiniens: Ibrahim al-Nabulsi, un haut responsable des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, branche armée du mouvement Fatah du président Mahmoud Abbas, et un autre combattant.

Le chef de l'armée israélienne en visite au royaume chérifien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00

Le corps d'Ibrahim al-Nabulsi a été transporté par une dizaine d'hommes armés à l'hôpital Rafidia de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël, où des centaines de Palestiniens se sont rassemblés.

"Notre réponse sera à la hauteur du crime", a affirmé dans un communiqué la branche armée du Fatah, en confirmant le décès de Nabulsi.

Le ministère palestinien de la Santé a identifié les deux autres morts comme étant Islam Sabbouh, 25 ans, et Hussein Taha, 16 ans.

"L'armée était dans la vieille ville, mon fils s'est rendu au marché juste avant moi et mes proches (...) il y a une fusillade et quatre d'entre nous ont en outre été blessés", a déclaré à l'AFP Jamal Taha, le père de l'adolescent tué.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, 69 Palestiniens ont été blessés par balle, dont au moins quatre sont dans un état critique, lors de heurts liés à l'opération israélienne.

Tir de roquette

Les services de sécurité israéliens (police, armée et renseignement intérieur) ont indiqué avoir mené un raid, en utilisant une roquette, contre une résidence où logeait Ibrahim al-Nabulsi, soupçonné par Israël d'être impliqué dans une série d'attaques anti-israéliennes.

"Puis, des heurts violents ont éclaté avec des émeutiers qui ont lancé des pierres et des explosifs en direction des forces (israéliennes) qui ont répliqué en ouvrant le feu (...) Nos forces ont quitté la ville et il n'y a aucun blessé dans nos rangs", a précisé l'armée indiquant avoir mené quatre arrestations en Cisjordanie.

Un photographe de l'AFP sur place a fait état d'intenses combats dans la vieille ville de Naplouse.

Le raid à Naplouse est survenu deux jours après la fin d'une opération militaire meurtrière israélienne lancée contre le mouvement palestinien armé Jihad islamique, implanté dans la bande de Gaza.

Selon un bilan du Hamas au pouvoir à Gaza, 46 Palestiniens ont été tués dont de nombreux enfants et plusieurs centaines ont été blessés en trois jours de bombardements israéliens. Les raids ont provoqué en outre d'importantes destructions.

"Considérations politiques"

Deux principaux chefs militaires du Jihad islamique à Gaza, Khaled Mansour et Tayssir Al-Jabari, ont été tués dans les frappes israéliennes. La branche militaire du Jihad islamique a confirmé la mort de 12 de ses combattants dans l'opération.

En riposte aux bombardements lors de l'opération israélienne présentée comme préventive contre le Jihad islamique, celui-ci a tiré un millier de roquettes en direction d'Israël, la grande majorité ayant été interceptées selon l'armée. Les tirs de roquettes depuis Gaza ont fait trois blessés en Israël, selon les secours locaux.

Une trêve entre le Jihad Islamique et Israël, favorisée par l'Egypte, est entrée en vigueur dimanche soir, ce qui a permis lundi la réouverture des passages entre l'Etat hébreu et la bande de Gaza, une enclave sous blocus israélien depuis plus de 15 ans.

Lundi, le Premier ministre israélien Yaïr Lapid a affirmé que l'opération à Gaza avait "porté un coup dévastateur à l'ennemi" et fait part par téléphone au président égyptien Abdel Fattah al-Sissi de son "appréciation" pour la médiation de son pays. Israël considère le Hamas et le Jihad islamique comme des "groupes terroristes".

"Le gouvernement israélien n'est pas intéressé par le calme et la stabilité, il exploite et tue des Palestiniens pour des considérations de politique interne", à l'approche des élections législatives anticipées du 1er novembre en Israël, a accusé mardi Nabil Abou Roudeina, le porte-parole de M. Abbas.

Le gouvernement éthiopien se dit "consterné" par la position des envoyés américain et de l'UE

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed.

Le gouvernement éthiopien a exprimé sa "consternation" aux envoyés spéciaux américain et européen de retour du Tigré, leur reprochant d'avoir fait leur les pré-conditions aux négociations de paix exigées par les rebelles de la région au lieu de les pousser à discuter.

Un conflit armé oppose depuis novembre 2020 le gouvernement fédéral éthiopien aux autorités rebelles du Tigré, issues du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF). Les deux parties se disent prêtes depuis plusieurs semaines à engager des négociations, sans avancée concrète jusqu'ici.

En visite en Ethiopie, les envoyés spéciaux respectifs des Etats-Unis et de l'Union européenne pour la Corne de l'Afrique, Mike Hammer et Annette Weber, se sont rendus mardi à Mekele, capitale du Tigré, en compagnie d'ambassadeurs européens, pour "encourager le lancement des discussions" entre gouvernement et TPLF "sous les auspices de l'Union africaine".

A leur retour, "je me suis entretenu avec l'équipe de diplomates et ai exprimé la consternation du gouvernement", a annoncé mardi soir sur Twitter Redwan Hussein, conseiller à la Sécurité nationale du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed. Les diplomates "n'ont pas fait pression pour un engagement sans équivoque envers des pourparlers de paix, préférant se prêter au jeu de l'apaisement et des pré-conditions exigées" par les autorités rebelles du Tigré, dénonce-t-il.

Mardi, les deux envoyés spéciaux avaient réclamé dans un communiqué conjoint le rétablissement des services de base (électricité, télécommunications, banques) dont le Tigré est privé depuis plus d'un an, la levée de restrictions gouvernementales sur l'acheminement "d'argent liquide, de carburant et d'engrais" ainsi qu'un "accès humanitaire illimité" à la région.

M. Redwan souligne que "concernant le rétablissement des services, le gouvernement a réaffirmé sa disposition et réitéré les préalables, c'est-à-dire que soient créées des conditions favorables et un semblant de paix par l'entame de pourparlers".

Lundi, cité par la télévision officielle tigréenne, le chef des rebelles du Tigré, Debrestsion Gebremichael, avait à nouveau répété qu'aucune discussion ne commencerait avant que soient rétablis les services essentiels au Tigré.

"La fable de 'l'accès humanitaire illimité'"

Selon M. Redwan le communiqué des deux envoyés spéciaux "reprend la fable de 'l'accès humanitaire illimité', lequel a été réglé depuis longtemps: aucune limite au nombre de vols, pas plus sur le nombre de camions transportant de l'aide. La question du carburant a aussi été réglée", affirme-t-il.

Fin juillet, l'ONU affirmait néanmoins que "le manque de liquidités et de carburant au Tigré nuit lourdement à la distribution de nourriture au Tigré", où des millions de personnes ont besoin d'aide alimentaire.

Les combats ont quasiment cessé au Tigré depuis une trêve fin mars, mais la région reste coupée du reste du pays. A la faveur de la trêve, le gouvernement a autorisé la reprise de l'acheminement par la route de l'aide humanitaire, interrompu pendant trois mois, mais la situation humanitaire reste très difficile au Tigré.

Voir plus

XS
SM
MD
LG