Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le président Tebboune déterminé à parachever la normalisation politique


Le président algérien Abdelmadjid Tebboune prête serment lors de son investiture à Alger, en Algérie, le 19 décembre 2019.

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a réitéré dimanche sa détermination à poursuivre le processus de normalisation politique après "le pas décisif" des récentes élections législatives, un scrutin boycotté par trois électeurs sur quatre.

"Je demeure convaincu que l'organisation des législatives anticipées a été un pas décisif sur la voie du parachèvement d'un processus pertinent et irréversible offrant au peuple de prometteuses perspectives (...), conformément aux règles de ladémocratie réelle", a assuré M. Tebboune, dans un discours diffusé par les médias officiels à la veille du 59e anniversaire de l'indépendance du pays.

"Nous avons franchi, il y a moins d'un mois, un pas important dans la démarche nationale de redressement global, (...) qu'il s'agisse du rétablissement de la confiance et de la crédibilité des institutions de l'Etat ou des défis multiples sur les plans économique et social", se félicite le chef de l'Etat.

Le scrutin du 12 juin a été à nouveau marqué par une abstention record (77%), dans un pays plongé dans une impasse politique depuis le soulèvement populaire du Hirak (2019) et sur fond de répression généralisée.

Les élections avaient été rejetées par le Hirak et une partie de l'opposition qui avaient appelé au boycottage du scrutin.

Dès avant le vote, M. Tebboune avait décidé d'ignorer délibérément le taux de participation -- le plus bas de toute l'histoire électorale de l'Algérie (23%) --, le qualifiant de "pas important".

"Le respect des engagements que nous avons pris et sur la base desquels nous avons établi un programme et des priorités au service du peuple, continuera à guider résolument nos pas vers les objectifs escomptés", a insisté M. Tebboune dans son discours.

Sur le plan sécuritaire, le président algérien a mis en garde "tous ceux qui seraient tenter de s'attaquer à l'Algérie, forte par son peuple et son armée".

Le pouvoir est désormais déterminé à poursuivre la normalisation politique et institutionnelle après le séisme du Hirak, aujourd'hui affaibli par la répression et les divisions, mais en ignorant les revendications de la rue: Etat de droit, transition démocratique, souveraineté populaire, justice indépendante.

L'assemblée nationale issue des législatives -- remportées par le Front de libération nationale (FLN), au pouvoir, et des indépendants ralliés au président Tebboune -- devrait être inaugurée d'ici la fin de la semaine.

Quand au nouveau Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, un technocrate spécialiste des finances, il présentera son gouvernement dans les tout prochains jours.

XS
SM
MD
LG