Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Accident de train en Egypte en mars: le parquet indexe le conducteur

Lors d'un accident de train, près d'Alexandrie, en Egypte, le 12 août 2017.

Le conducteur du train impliqué dans une collision meurtrière, dans le sud de l'Egypte fin mars, et son assistant, n'étaient pas à leur poste lors de l'accident, a indiqué dimanche le parquet général égyptien, ce que les deux hommes contestent.

Le 26 mars, une collision entre deux trains de voyageurs a fait au moins 20 morts et 199 blessés, selon un dernier bilan communiqué dimanche, près de Sohag (sud), dans un pays où ce type de drame meurtrier est récurrent.

Le premier bilan de 32 morts, annoncé le jour même de l'accident, a été corrigé plusieurs fois depuis.

Selon un rapport des enquêteurs cité par le parquet général, "ils (le conducteur et son assistant) n'étaient pas dans la cabine de pilotage, comme ils le prétendent" au moment de la collision avec un autre train qui était situé devant le leur.

Après le tragique incident, le ministre égyptien des Transports, Kamel el-Wazir --un ancien général nommé après un autre accident meurtrier en 2019--, avait déclaré que le "facteur humain" était souvent à l'origine des catastrophes ferroviaires, promettant la mise en place d'un réseau automatisé d'ici 2024.

Le président Abdel Fattah Al-Sissi a lui promis des sanctions contre les responsables du drame.

Au moins huit personnes, dont le chauffeur et son assistant, ont été interpellées peu après le drame.

Des images prises par une caméra de surveillance et vues par l'AFP montrent une collision d'une extrême violence dans laquelle un wagon est projeté en l'air, dans un immense nuage de poussière. La catastrophe s'est produite dans le village de al-Samaa Gharb, à 460 km au sud du Caire.

L'Egypte est régulièrement endeuillée par de graves accidents routiers ou ferroviaires, dus à une circulation anarchique, des véhicules vétustes ou encore à des routes et des voies ferrées mal entretenues et peu surveillées.

La tragédie ferroviaire la plus meurtrière de l'histoire du pays s'était produite en 2002, avec l'incendie d'un train qui avait fait plus de 360 morts à une quarantaine de kilomètres au sud du Caire.

Toutes les actualités

Les meurtres encore en hausse en Afrique du Sud

Un homme est arrêté par des membres de la police métropolitaine d'Ekurhuleni dans le canton de Johannesburg Katlehong, le 5 septembre 2019.

Le nombre de meurtres a une nouvelle fois augmenté au cours des trois premiers mois de l'année en Afrique du Sud qui, malgré une baisse sensible de la criminalité, reste un des pays les plus violents au monde, a annoncé vendredi la police sud-africaine.

Un total de 4.976 personnes ont été tuées pendant cette période au cours de laquelle le pays a progressivement assoupli les restrictions liées à la pandémie de Covid-19, soit 8,4% de plus que l'année précédente, a déclaré le ministre de la Police Bheki Cele devant la presse.

Près de la moitié de ces meurtres (2.378) sont survenus dans des lieux publics: rues, champs, parcs, plages et bâtiments abandonnés.

Le trimestre précédent, fin 2020, les homicides avaient déjà augmenté de 6,6%, avait déjà affirmé le ministre.

La criminalité a toutefois globalement baissé de 8,5% pendant cette période, avec notamment une diminution de 4% des viols, alors qu'en moyenne 110 cas sont déclarés chaque jour à la police.

Entre janvier et mars, 9.518 personnes ont déclaré avoir subi un viol, soit 387 de moins que l'année dernière. Plus de la moitié ont eu lieu au domicile de la victime ou du violeur présumé, a précisé M. Cele.

Les cambriolages de domiciles ont connu une baisse significative (-20,5%), tout comme les vols de véhicules (-17,2%).

Les agressions ont également baissé de 9%, mais plus de 75.000 cas de coups et blessures volontaires ont été rapportés à la police.

Dans plus de 2.800 cas, "il a été confirmé que la victime, l'auteur ou les deux avaient consommé de l'alcool", a souligné le ministre de la Police.

L'Afrique du Sud avait connu un répit des violences lors du confinement le plus strict entre mars et mai 2020, lié à la pandémie, qui incluait l'interdiction de vente et de consommation d'alcool dans les lieux publics.

Un fidèle et un policier tués dans des affrontements entre musulmans à Kinshasa

Un fidèle et un policier tués dans des affrontements entre musulmans à Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

La panique des automobilistes américains à la recherche d'essence s'étend

La panique des automobilistes américains à la recherche d'essence s'étend
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

La police camerounaise accuse un détenu d'avoir usurpé l'identité de présidents africains

La police camerounaise accuse un détenu d'avoir usurpé l'identité de présidents africains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:22 0:00

Des victimes de violences sexuelles en RDC témoignent

Des victimes de violences sexuelles en RDC témoignent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG