Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Médias

L'UA mise sur les radios pour contrer la désinformation dans le domaine de la santé

Débat avec des invités dans un studio de radio de Malawi Capital Radio à Lilongwe, au Malawi.

Les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique), un organe de l’Union africaine (UA), ont organisé début mai à Arusha en Tanzanie un atelier de formation en journalisme de santé publique à l’intention des radios communautaires du continent.

Venant de toutes les régions d’Afrique, 22 journalistes de radios ont bénéficié de cette formation mise en œuvre en partenariat avec l’UNESCO et l’Association Mondiale des Radios Communautaires en Afrique (AMARC Afrique).

L’objectif du CDC Afrique était d’instruire une première cohorte de professionnels de la presse susceptibles de former à leur tour des journalistes de radios communautaires capables de traiter avec pertinence et professionnalisme l’information sur les maladies et les épidémies en la rendant compréhensible aux populations souvent analphabètes ou exposées aux fausses informations.

Ainsi, l’Atelier a porté sur les techniques et pratiques du journalisme médical consistant à traiter et à diffuser des informations de qualité sur les causes, les symptômes, les caractéristiques, les manifestations de la maladie ou de l’épidémie et sur les traitements ou vaccins indiqués pour permettre aux populations de faire les bons choix en matière de santé publique.

Par ailleurs, les journalistes ont également été sensibilisés sur la prolifération de la désinformation et la circulation des fausses nouvelles lors des épidémies d’Ebola et de COVID 19. Il leur a été recommandé d’inscrire la détection et la dénonciation de la désinformation et de la mauvaise information au cœur de leur pratique professionnelle.

À Goma, une salle de rédaction occupée à 100% par des femmes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:42 0:00

Les journalistes ont été encouragés à soutenir les plaidoyers des usagers des services publics de santé pour une meilleure qualité des prestations et pour que le personnel médical et les responsables administratifs et politiques soient éventuellement redevables de leurs manquements.

Les sites Internet du CDC Afrique et celui de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi que d’autres plateformes numériques leur ont été recommandés comme source d’information et de documentation de premier plan sur toutes les maladies et épidémies qui affectent l’Afrique.

Créé début 2017, le CDC Afrique a pour mission de renforcer les capacités des pays africains en matière de santé publique en les aidant à détecter, prévenir et contrôler les menaces sanitaires et à y répondre de manière rapide et efficace.

Constatant que la radio représente la principale source d’information pour 61% des Africains et que, pour une partie importante de ceux-ci, particulièrement dans les zones rurales, ce sont les 3000 radios communautaires qui y pourvoient, le CDC Afrique a établi depuis un an un partenariat avec l’UNESCO pour renforcer les capacités des radios communautaires africaines.

Toutes les actualités

Des détenus s'essayent à la radio dans une prison du Colorado

Des détenus s'essayent à la radio dans une prison du Colorado
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:10 0:00

Le Colorado tente d’offrir des possibilités d’apprentissage aux détenus, notamment dans cette prison où ceux-ci peuvent s'essayer à la radio.

Les journalistes éthiopiens se disent harcelés par les autorités

Les journalistes éthiopiens se disent harcelés par les autorités
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Au cours du mois dernier, la police éthiopienne a arrêté au moins 19 journalistes et les maintient dans des centres de détention sans inculpation. Des groupes de défense des droits humains affirment que le gouvernement cible intentionnellement les journalistes.

En Éthiopie, des journalistes détenus sans inculpation

En Éthiopie, des journalistes détenus sans inculpation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Au cours du mois dernier, la police éthiopienne a arrêté au moins 19 journalistes et les maintient dans des centres de détention sans inculpation.

Face aux étudiants, Blinken dit défendre la liberté de la presse

Face aux étudiants, Blinken dit défendre la liberté de la presse
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00

Des étudiants en journalisme ont demandé au secrétaire d'État américain Antony Blinken pourquoi les États-Unis traitent avec des pays qui auraient tué des journalistes, comme l'Arabie saoudite, tout en condamnant d'autres comme Cuba, pour avoir menacé la liberté de la presse.

Six mois de prison pour un patron de presse algérien

L'Algérie figure à la 146e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par RSF.

Le directeur de la station algérienne Radio M et du site d'information Maghreb Emergent, Ihsane El Kadi, poursuivi pour un article de presse, a été condamné mardi à six mois de prison ferme.

"Ihsane El Kadi a été condamné aujourd'hui par le tribunal Sidi M'hamed à Alger à six mois ferme et 50.000 dinars (322 euros) d'amende", a déclaré à l'AFP Said Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH). M. Salhi a précisé que le verdict n'a pas été assorti d'un mandat de dépôt et que M. El Kadi reste en liberté.

"Une condamnation de trop alors que nous avons déjà plusieurs journalistes en prison ou sous le coup de poursuites judiciaires. Pourtant, le délit de presse a été abrogé", s'est insurgé M. Salhi. "Le pouvoir doit changer de cap, le journalisme n'est ni un délit, ni encore un crime", a ajouté ce militant des droits de l'Homme.

M. El Kadi a confirmé cette peine sur Twitter, regrettant d'avoir été condamné "pour un article d'analyse sur plainte du ministre de la communication Amar Belhimer sur des chefs d'accusation pour lesquels il n a pas qualité de plaignant".​ "Sentiment de colère et de tristesse. Contraint d'aller en appel", a-t-il ajouté.

Le journaliste a en effet été jugé à la suite d'une plainte de l'ancien ministre de la Communication Amar Belhimer pour un article publié sur le site de Radio M sur le mouvement islamiste Rachad et les protestations pro-démocratie du Hirak. Basé à l'étranger, le mouvement Rachad est classé comme organisation terroriste depuis mai 2021 par les autorités algériennes.

Selon les médias locaux, M. El Kadi était accusé de "diffusion de fausses informations à même de porter atteinte à l'unité nationale", et "réouverture du dossier de la tragédie nationale" des années 1990. Ce dernier chef d'accusation est passible de jusqu'à cinq ans de prison en vertu de la "Charte pour la paix et la réconciliation", censée tourner la page de la guerre civile de la "décennie noire" (1992-2002).

L'Algérie figure à la 134e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2022 établi par RSF.

Voir plus

XS
SM
MD
LG