Liens d'accessibilité

Un collectif juge illégales les mesures d’urgence prises au Tchad pour renflouer le trésor public


La Coordination des Partis Politiques pour la Défense de la Constitution dénonce les 16 mesures d’urgence prises par le gouvernement pour renflouer le trésor public.

Les 16 mesures prises par le gouvernement le 31 août dernier pour faire face à cette crise financière sont entre autres la réduction de 50% des indemnités des députés, de 80% des décrétés, le gel des primes de recherches des enseignants chercheurs pour une période de 18 mois et la suppression de la bourse des étudiants internes.

Le porte-parole de la CPDC Gali Ngothé Gatta, évoque l’illégalité de ces mesures et s’en prend aux juristes qui tordent le coup de la loi.

" Elles ne sont pas légales parce que non prévues par le collectif budgétaire d’août 2016. Le budget est une loi organique. Il ne peut pas être tripoté comme une comptabilité de quincaillerie. Et voilà que la session budgétaire est ouverte et le gouvernement veut faire un autre collectif pour prendre en compte ces mesures avec un effet rétroactif oubliant qu’aucune loi ne l’est ", s’est plaint Gali Ngothé Gatta jeudi lors d’une échange avec la presse à N’Njamena.

Le porte-parole de la CPDC propose au gouvernement de revoir le nombre des départements ministériels et autres institutions.

Gali Ngothé Gatta propose un dialogue inclusif pour la sortie de crise.

Le porte-parole de la CPDC lance par ailleurs un appel à tous les patriotes de se donner la main pour sauver les jeunes générations désemparées que le pouvoir a déjà sacrifiés en abrogeant la disposition de la loi sur les revenus pétroliers soit 5%. Laquelle jeunesse vient de recevoir le coup de massue, la suppression des bourses d’études.

Reportage d’André Kodmadjingar à N’Djamena

XS
SM
MD
LG