Liens d'accessibilité

47 soldats disparus ou arrêtés après avoir voté pour l’opposition au Tchad


L'opposant et candidat tchadien Saleh Kebzabo mettant son bulletin dans une urne en plein air non loin de son domicile, N'djamena, 10 avril 2016, (VOA/Bagassi Koura).

L'opposant et candidat tchadien Saleh Kebzabo mettant son bulletin dans une urne en plein air non loin de son domicile, N'djamena, 10 avril 2016, (VOA/Bagassi Koura).

Des candidats de l’opposition ont appelé à une enquête.

Lors d’une conférence de presse, le chef de fil de l’opposition Saleh Kezabo, candidat à l’élection présidentielle du 10 avril, a revu à la hausse le nombre de militaires arrêtés, annonçant une soixantaine de disparition.

Selon un autre candidat joint par VOA Afrique, 12 militaires ont été relâchés après la conférence de presse. Un autre se serait évadé d’une prison au sein même de la présidence où ils étaient détenus, ont-ils confié aux membres de l’opposition et à la société civile.

Pour Saleh Kebzo, président de l'Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR), le vote des forces de défense et de sécurité est totalement décrédibilisé, car en l’absence d’isoloir, le scrutin était public et non secret comme il se doit.

Selon l’opposition, des soldats qui n’auraient pas voté pour le président sortant Idriss Deby, auraient été arrêtés après le scrutin du 9 avril réservé aux militaires.

Le ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement Moustapha Ali Alifei a apporté un démenti formel à cette information, affirmant que ces derniers étaient en mission, et que ces allégations de l’opposition avaient pour objectif de déstabiliser le gouvernement.

Selon une source militaire, les corps de quatre membres des forces de sécurité ont été trouvés dans le fleuve Chari. Trois d'entre eux ont été identifiés, y compris deux soldats et un policier portant des cicatrices apparentées à des actes de torture. Le quatrième corps non identifié serait celui d’un gendarme, selon le député et candidat d'opposition Gali Ngoté Gata, joint par VOA Afrique.

Tout en exigeant une commission d’enquête indépendante sur le vote des militaires, Saleh Kebzabo se dit confiant de la victoire de l’opposition à cette élection présidentielle malgré les "fraudes massives", selon les partis d’opposition.

Dans une déclaration commune, 11 des 12 candidats de l’opposition ont convenus de soutenir le candidat le mieux placé au second tour contre le président sortant Idriss Deby Itno.

Les résultats de la présidentielle ne sont pas attendus avant le 23 avril.

XS
SM
MD
LG