Liens d'accessibilité

L’armée congolaise reprend le contrôle d’Eringeti après l'attaque meurtrière des ADF


Une foule manifeste contre les attaques répétées dans la région de Beni, à Beni dans la province du Nord-Kivu, 3 janvier 2014.

Une foule manifeste contre les attaques répétées dans la région de Beni, à Beni dans la province du Nord-Kivu, 3 janvier 2014.

Le trafic a repris entre Beni, la deuxième grande ville du Nord-Kivu, et la localité d’Eringeti où les combats entre lesFARDC et les rebelles musulmans ougandais ont fait plusieurs morts.

Selon le lieutenant Make Hazukayi, le porte-parole de l’opération Sokola 1, l’armée congolaise a repris le contrôle d’Eringeti, à quelque 64 km au Nord de Beni, après une controffensive lancée dimanche dans la nuit.

Le chef des opérations sur place, le général Marcel Mangu, a rouvert la route reliant la localité à Beni.

"Nous avons ramassé 12 cadavres de l’ennemi dont trois femmes et avons enregistré quatre morts dans nos rangs", a confié à VOA Afrique le lieutenant Hazukayi sans donner un bilan final.

"Les ADF se sont attaqués à un hôpital où ils ont tué cinq patients et deux autres personnes qui s’y trouvaient. Ils ont pillé la pharmacie et incendié un pavillon de l’hôpital", a ajouté le lieutenant Hazukayi.

Les victimes ont, selon des témoins, été attaquées à l’arme blanche.

"J'ai vu quatre civils tués par balles [...] et sept malades et une infirmière découpés à la machette à l'hôpital", a déclaré à l'AFP un notable d'Eringeti, dans le nord de la province du Nord-Kivu, où a eu lieu l'attaque.

Selon la mission des Nations unies, un Casque bleu malawite a aussi été tué dans les combats.

"Je confirme la mort d'un soldat de la Brigade d'intervention " de la Mission des Nations Unies en RDC (Monusco) lors de combats contre les rebelles ougandais à Eringeti, localité de l'extrême nord de la province du Nord-Kivu, a déclaré a à l'AFP le général Jean Baillaud, commandant de la force militaire de l'ONU dans le pays.

Un autre Casque bleu a été également été blessé dans ce combat, a ajouté le général Baillaud, précisant que les deux hommes étaient des Malawites et étaient "engagés contre l'attaque des assaillants dans la localité d'Eringeti".

Selon des témoins, les ADF avaient investi la localité et avaient lancé un assaut contre l’état-major de deux battaillons de Fardc.

Le lieutenant Hazykayi admet que l’armée avait battu retraite avant de lancer l’offensive qui lui a permis de reprendre le contrôle du lieu.

XS
SM
MD
LG