Liens d'accessibilité

Espagne : le FC Barcelone démarre fort


Luis Alberto Suarez du FC Barcelone célèbre après avoir marqué son troisième but contre Grenade lors d'un match de La Liga espagnole au stade Los Carmenes stade à Grenade, en Espagne, 14 mai 2016.

Luis Alberto Suarez du FC Barcelone célèbre après avoir marqué son troisième but contre Grenade lors d'un match de La Liga espagnole au stade Los Carmenes stade à Grenade, en Espagne, 14 mai 2016.

Le FC Barcelone, emmené par un Lionel Messi en grande forme, n'a fait qu'une bouchée du Bétis (6-2), samedi, lors de la 1re journée de la Liga espagnole.

Impliqué dans tous les buts catalans, même si les statistiques ne retiendront que deux buts et une passe décisive, l'Argentin a encore réalisé un grand match, qui permet au Barça d'entamer la défense de son titre par une victoire.

Et d'envoyer un message au Real Madrid, comme à Cristiano Ronaldo, principaux rivaux des Blaugranas et de l'Argentin cette saison.

Avec le Français Samuel Umtiti titulaire au coup d'envoi, tout comme le milieu espagnol Denis Suarez, le Barça a démarré pied au plancher, ouvrant la marque par Arda Turan (6e), bien servi par Jordi Alba.

L'autre Français du Barça, Lucas Digne, est lui entré en cours de jeu pour remplacer Alba à gauche de la défense.

Mais, même sans Neymar, parti disputer les JO avec le Brésil, le danger au Camp Nou est venu des ailes: outre Alba (une passe décisive), c'est le jeune Sergi Roberto (deux passes décisives) qui s'est mis en valeur.

D'abord sur le premier but de Messi (37e), un tir enroulé puissant, puis sur celui de Suarez (42e), une frappe croisée qui termine dans le petit filet opposé.

L'égalisation, certes superbe, de Ruben Castro (21e) sur coup franc n'a fait qu'entretenir le suspense pour le Bétis face à une équipe qu'il n'a plus battue depuis 2011.

Car, à 3-1 à la pause, les hommes de Luis Enrique ont accéléré: deux coups de boutoir de Suarez (56e) et Messi (58e) ont permis aux doubles champions en titre de prendre le large.

L'Uruguayen s'est chargé lui-même d'achever les Sévillans sur un sublime coup franc enroulé (81e). Et tant pis pour le dernier but de Castro (84e).

Les Madrilènes de Zinedine Zidane, qui affrontent la Real Sociedad dimanche, sont prévenus: pour aller chercher le titre, il faudra être bon. Très bon.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG