Liens d'accessibilité

Les derniers ministres de Blaise Compaoré entendus au Burkina Faso


L'ancien président du Burkina Blaise Compaoré, 18 septembre 2012.

L'ancien président du Burkina Blaise Compaoré, 18 septembre 2012.

Six membres du dernier gouvernement de l’ex-président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir en octobre 2014 par des manifestations populaires, sont en train d’être entendus au niveau de la gendarmerie à Ouagadougou, a constaté le correspondant de VOA Afrique.

Ces ministres du dernier gouvernement Compaoré sont entendus suite à l'enquête sur l'insurrection populaire qui avait conduit à la chute de Blaise Compaoré.
Nestorine Sangaré, la ministre de la promotion de la femme et du genre à l’époque des faits, a été la première à être auditionnée. Après elle, Arsène Yé, qui était le ministre des relations avec les institutions et des réformes politiques, a également été auditionné au camp de la gendarmerie de Ougadougou.

Arsène Yé est considéré comme l’homme-clé dans cette affaire. L’insurrection populaire a été provoquée par un projet de loi de modification de la Constitution qui aurait permis à Compaoré de briguer un autre mandat.

Les auditions de ces ministres font suite à la mise en accusation du dernier gouvernement de Compaoré par le parlement de la transition.

La mise en accusation se rapportait aux blessures volontaires, complicité des coups et blessures volontaires, assassinats et complicités d’assassinat.

Une trentaine de personnes sont mortes dans les manifestations qui ont suivi l’adoption du projet portant modification de la Constitution, le 21 octobre 2014.

Trois autres anciens ministres devraient passer devant la commission rogatoire d’enquête. Un sixième a lui été entendus dans une gendarmerie.

Blaise Compaoré, qui a passé 27 ans au pouvoir, vit en exil en Côte d’Ivoire.

XS
SM
MD
LG