Liens d'accessibilité

Au Mali, 14 personnes ont été tuées dans des affrontements liés à un litige foncier


Des enfants jouent devant la Grande Mosquée de Djenne, au Mali le 15 août 2012.

Des enfants jouent devant la Grande Mosquée de Djenne, au Mali le 15 août 2012.

Quatorze personnes ont été tuées et une quarantaine blessées samedi au Mali dans des affrontements liés à un litige foncier entre des habitants de deux villages dans la région de Mopti, au centre du pays.

Les violences ont opposé des paysans de Koussouma et Mougna, proches de la cité historique de Djenné, revendiquant les uns et les autres des terres cultivables, a expliqué ce responsable du gouvernorat de Mopti sous couvert d'anonymat.

Ils "se sont affrontés samedi à cause d'un litige foncier. Au moins 14 personnes ont été tuées et au moins 42 blessées", a déclaré le responsable administratif.

Les affrontements ont été confirmés par une source de sécurité, selon laquelle les deux villages sont distants d'une dizaine de kilomètres.

"Samedi, dès les premières gouttes de pluie, des paysans se sont dirigés sur les terres (revendiquées) pour les cultiver. Les paysans du camp opposé ont manifesté bruyamment avant de s'attaquer" à eux, "ça a dégénéré" , a précisé cette source.

Aucun détail n'était disponible dans l'immédiat sur le nombre de paysans et la zone concernés par ce litige.

Une autre source de sécurité a fait état d'un conflit foncier "qui dure depuis au moins dix ans" et fait l'objet d'un dossier actuellement en cours en justice, sans plus de détails. Mais une autre source proche du dossier a indiqué que c'est une récente décision de justice "qui a mis le feu aux poudres". Aucun responsable judiciaire de la région n'avait pu être joint dimanche matin par l'AFP.

D'après le responsable administratif contacté, le gouverneur de Mopti doit se rendre dimanche dans les deux villages en compagnie du procureur de la région pour calmer les tensions.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG