Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Yémen: pourparlers de paix en Suède sur fond d'urgence humanitaire

Un membre de la délégation houthie participant aux négociations, au départ de l'aéroport de Sanaa, au Yémen, le 4 décembre 2018. REUTERS / Mohamed al-Sayaghi

Pour la première fois depuis 2016, des pourparlers de paix inter-yéménites s'ouvrent jeudi en Suède, sur fond d'urgence humanitaire, entre le gouvernement, soutenu par l'Arabie saoudite (sunnite), et la rébellion (chiite) appuyée par l'Iran.

Ces pourparlers organisés sous l'égide des Nations unies constituent une rare occasion de remettre sur le chemin de la paix le Yémen dévasté par quatre années de guerre qui ont fait au moins 10.000 morts et poussé 14 millions de personnes au bord de la famine.

Mais belligérants et observateurs ne se faisaient guère d'illusion sur les chances de percée.

Toutes les tentatives visant à mettre fin à la guerre qui dure depuis quatre ans ont en effet échoué jusqu'ici, alors que la situation humanitaire, dans ce pays le plus pauvre de la péninsule arabique, est la pire du monde selon l'ONU.

Le médiateur de l'ONU, le Britannique Martin Griffiths, est allé en personne chercher dans la capitale Sanaa la délégation des rebelles Houthis, arrivée avec lui en Suède mardi soir à bord d'un avion spécial koweïtien.

Les représentants du gouvernement, partis de Ryad, sont quant à eux parvenus mercredi soir à Stockholm.

Martin Griffiths a officiellement annoncé mercredi soir sur Twitter "le redémarrage du processus politique inter-yéménite en Suède le 6 décembre 2018".

Les contacts, dont la durée demeure incertaine, se tiennent près de Rimbo, dans le centre de conférence du château de Johannesberg, un vaste domaine situé à une soixantaine de kilomètres au nord de Stockholm, bouclé par des cordons de police.

Avant leur départ pour la Suède, chaque camp a dans un même élan exprimé ses espoirs prudents.

Les Houthis "n'épargneront aucun effort pour faire réussir les pourparlers", a assuré Mohammed Abdelsalam, qui dirige la délégation des rebelles. Ces derniers devront néanmoins "rester vigilants contre toute tentative d'escalade militaire sur le terrain", a-t-il ajouté.

Selon le ministre yéménite de l'Information Mouammar al-Iryani, la délégation gouvernementale "emmène avec elle les espoirs des Yéménites de mettre fin au putsch et de rétablir l'Etat".

- "Très maigres espoirs" -

Le conflit oppose les rebelles Houthis, appuyés par l'Iran, aux partisans du gouvernement du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenus militairement par une coalition menée par l'Arabie saoudite.

Sur la table des négociations doivent notamment figurer la réouverture de l'aéroport international de Sanaa, fermé depuis trois ans, le recensement des zones minées par les rebelles, un cessez-le-feu et l'ouverture de couloirs humanitaires.

Une source diplomatique au Conseil de sécurité des Nations unies a déclaré à l'AFP nourrir de "très maigres espoirs" que ces pourparlers puissent déboucher sur des avancées concrètes.

En septembre, des pourparlers de paix ont achoppé sur le refus des négociateurs Houthis de se rendre à Genève sans garantie sur leur voyage retour vers la capitale Sanaa et sur l'évacuation de rebelles blessés vers Oman.

Un précédent round de négociations organisé au Koweït en 2016 avait lui échoué après 108 jours de tractations, et des délégués rebelles étaient alors restés bloqués au sultanat d'Oman pendant trois mois.

Les pourparlers en Suède ont été favorisés par deux facteurs: la forte pression internationale exercée sur l'Arabie saoudite depuis l'assassinat le 2 octobre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans son consulat d'Istanbul, et l'évacuation lundi de 50 rebelles blessés vers Oman.

Un accord en vue d'échanger des centaines de prisonniers a par ailleurs été conclu.

- Catastrophe humanitaire -

Partis en 2014 de leur bastion du nord du Yémen, les rebelles Houthis ont pris le contrôle de vastes régions, dont la capitale et la ville portuaire de Hodeida (ouest), par laquelle transite la plupart de l'aide humanitaire envoyée à ce pays pauvre de la péninsule arabique.

En mars 2015, l'Arabie saoudite voisine a pris la tête d'une coalition militaire pour aider le pouvoir au Yémen à stopper la progression des rebelles Houthis.

Le conflit a progressivement pris la tournure d'une "guerre par procuration" entre les rivaux régionaux saoudien et iranien et précipité des millions de civils dans l'exil et la faim.

Près de 80% de la population du Yémen, soit approximativement 24 millions de personnes, a "maintenant besoin d'une forme ou autre de protection et d'une assistance humanitaire", selon l'ONU.

Dans l'ensemble de ce pays, 18 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire, dont 8,4 millions souffrent désormais de "faim extrême".

Actuellement, le Programme alimentaire mondial (PAM) vient en aide à environ 8 millions de personnes et l'ONU espère porter ce chiffre à 12 millions en 2019.

"Ce n'est pas un pays au bord de la catastrophe, c'est un pays qui est déjà en situation de catastrophe", a affirmé mardi lors d'une conférence de presse le directeur du PAM, David Beasley.

Le responsable de l'Unicef pour la région, Geert Cappelaere, a appelé mercredi les belligérants "se rendant en Suède à penser d'abord aux enfants" du Yémen, dont "sept millions s'endorment chaque soir avec la faim au ventre".

Avec AFP

Toutes les actualités

Le tueur présumé de Christchurch inculpé d'acte terroriste

Brenton Tarrant, auteur présumé des attaques de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 16 mars 2019.

La police néo-zélandaise a annoncé mardi avoir inculpé d’acte terroriste l’auteur présumé des attaques contre deux mosquées de Christchurch en mars dernier, la plus grande tuerie de masse de l’histoire de la Nouvelle-Zélande qui avait fait 50 morts.

Brenton Harrison Tarrant, un ressortissant australien âgé de 28 ans qui a été identifié comme un suprémaciste blanc, est accusé d’avoir abattu 50 personnes et blessé plusieurs dizaines d’autres le 15 mars, à l’heure des prières, dans deux mosquées de Christchurch.

La Haute Cour de justice de Christchurch avait déjà retenu depuis l’attaque 50 chefs d’accusation de meurtre et 39 autres pour tentative de meurtres contre le tireur présumé.

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, avait qualifié l’attaque d’”acte terroriste”.

Avec Reuters

Le responsable de l'ONU pour les réfugiés en Birmanie, une première depuis 2017

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, à gauche, parle à un réfugié lors d'une visite dans un camp de réfugiés non officiel dans la vallée de la Bekaa au Liban le 8 mars 2018.

Le Haut-commissaire aux réfugiés des Nations unies Filippo Grandi effectue une visite de cinq jours en Birmanie, la première pour ce responsable depuis l'exode en août 2017 des Rohingya vers le Bangladesh, a annoncé lundi l'ONU.

Filippo Grandi prévoit de passer les deux premiers jours de cette visite dans l'Etat Rakhine (ouest) où il doit s'entretenir avec les communautés locales et les responsables de l'Etat et de districts, a précisé Stéphane Dujarric, porte-parole de l'ONU, lors de son point-presse quotidien.

Plus tard dans la semaine, il a prévu de rencontrer dans la capitale du pays des responsables du gouvernement, a-t-il ajouté, en soulignant qu'une telle visite n'aurait pas pu être possible sans un accord du gouvernement birman.

M. Grandi s'est rendu fin avril à Cox's Bazar (Bangladesh) à la rencontre des réfugiés rohingyas.

Quelque 740.000 Rohingya ont fui la répression militaire en août 2017 vers le Bangladesh voisin, où se trouvaient déjà 300.000 membres de cette communauté musulmane persécutée.

Des enquêteurs de l'ONU ont récemment proposé à Genève que les chefs de l'armée birmane soient financièrement "isolés" et traduits en justice pour des accusations de crimes de guerre et génocide à l'égard de cette minorité.

L'ONU enquête sur 12 charniers en Irak

Des Yézidis iraquiens allument des bougies et des lampes à pétrole lors d'une cérémonie célébrant le nouvel an yézidi au temple Lalish de Shikhan dans la province de Dohuk (Irak), le 17 avril 2018.

Les enquêteurs de l'ONU, travaillant sur des exactions imputées au groupe Etat islamique, notamment contre les Yazidis, ont exhumé douze charniers en Irak et réunissent des témoignages pouvant être utilisés devant la justice, selon un rapport obtenu lundi par l'AFP.

Le Conseil de sécurité a créé en 2017 une équipe d'enquêteurs pour s'assurer que le groupe jihadiste réponde d'éventuels crimes de guerre en Irak et en Syrie, un dossier également porté par le Prix Nobel de la Paix yazidie Nadia Murad et l'avocate libano-britannique Amal Clooney.

Selon l'ONU, le massacre des Yazidis, une minorité kurdophone persécutée de longue date, pourrait constituer un génocide.

Dans le rapport, le chef de la commission d'enquête de l'ONU, Karim Asad Ahmad Khan, indique que les investigations de ses 48 enquêteurs sont focalisées sur un massacre de Yazidis en 2014, des crimes à Mossoul entre 2014 et 2016 et la mort de recrues militaires irakiennes dans la région de Tikrit en juin 2014.

Après avoir débuté ses travaux en octobre, un premier charnier avait été exhumé par la commission à la mi-mars à Kojo, localité yazidie du nord de l'Irak.

"Les avancées sont plus lentes que prévues", note Karim Asad Ahmad Khan dans le rapport remis récemment au Conseil de sécurité, en soulignant la nécessité d'établir des procédures "claires et efficaces" pour utiliser les preuves lors de poursuites judiciaires.

Un programme de protection des témoins a été mis en place, précise le chef de la commission d'enquête. "A Mossoul, Tikrit, Dohuk et ailleurs en Irak, des victimes ont fait des récits poignants de leurs souffrances, de communautés entières effacées et de femmes et de filles emmenées en esclavage", indique le document.

L'EI, vaincu en Irak fin 2017, a laissé derrière lui plus de 200 charniers qui pourraient renfermer jusqu'à 12.000 corps, selon l'ONU.

Cargo nord-coréen saisi : une question pour Etats membres, dit l'ONU

Le président sud-coréen Moon Jae-in, à droite, s’embrasse avec le leader nord-coréen Kim Jong Un lors de leur deuxième sommet au nord du village de Panmunjom dans la zone démilitarisée (DMZ), 26 mai 2018.

Le secrétariat général de l'ONU ne peut guère intervenir pour que la Corée du Nord récupère un cargo saisi récemment par les Etats-Unis, a indiqué lundi son porte-parole, Stéphane Dujarric, après une requête émise par Pyongyang.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a reçu une lettre envoyée vendredi par l'ambassadeur nord-coréen auprès des Nations unies, Kim Song, lui demandant d'intervenir dans ce dossier, a indiqué le porte-parole.

Elle concerne "les sanctions contre la Corée du Nord et les mesures prises pour leur application", a relevé Stéphane Dujarric lors de son point-presse quotidien. "Il revient aux Etats membres de traiter les questions relatives au possible contournement des sanctions" décidées par le Conseil de sécurité, a-t-il affirmé.

Selon l'ONU, l'ambassadeur nord-coréen Kim Song prévoit mardi une rare conférence de presse au siège des Nations unies pour défendre le point de vue de Pyongyang.

Les autorités américaines ont annoncé en mai avoir saisi le cargo nord-coréen "Wise Honest" (17.000 tonnes), accusé d'avoir violé les sanctions internationales en exportant du charbon et en important des machines. Il se trouvait bloqué depuis un an en Indonésie, son capitaine étant poursuivi par les autorités indonésiennes. Une procédure de saisie avait été lancée par Washington en juillet 2018.

Dans sa lettre, Kim Song demande à Antonio Guterres de prendre des "mesures urgentes" pour aider son pays à récupérer son cargo et ainsi "de contribuer à la stabilité de la péninsule coréenne et de prouver l'impartialité de l'ONU". Selon Pyongyang, la saisie américaine est "un acte illégal et scandaleux", a rapporté l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a affirmé récemment que cette saisie était contraire à l'esprit d'une déclaration commune signée par le président américain et le numéro un nord-coréen lors de leur premier sommet en juin 2018 à Singapour.

La Corée du Nord est sous le coup de multiples sanctions économiques décidées notamment à trois reprises en 2017 à l'initiative des Etats-Unis pour la contraindre à renoncer à ses programmes balistiques et nucléaires.

Syrie: au moins 10 civils tués dans des frappes russes sur Idleb

Un soldat russe en Syrie, à Alep, le 16 août 2018.

Au moins dix civils, dont cinq enfants, ont été tués dans des raids aériens russes sur la province d'Idleb, dernier bastion djihadiste dans le nord-ouest de la Syrie, où l'ONU craint une "catastrophe humanitaire", a affirmé lundi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'armée russe a déclaré que les raids aériens effectués dans la nuit sur la ville de Kafranbel, dans la province d'Idleb, avaient eu lieu en représailles à des tirs de roquettes contre la base aérienne russe de Hmeimim, située non loin du bastion djihadiste.

Selon cette ONG, qui dispose d'un large réseau de sources en Syrie en guerre, cinq enfants, quatre femmes et un homme ont péri dans ces frappes à Kafranbel.

Les bombardements ont eu lieu près d'un hôpital de cette localité, le mettant hors service, d'après l'OSDH.

Un correspondant de l'AFP sur place a constaté qu'au moins cinq maisons près de Kafranbel avaient été totalement ou partiellement endommagées.

Les habitants cherchaient leurs affaires parmi les décombres tandis qu'un jeune homme, couvert de poussière et appuyé contre un mur, était sous le choc après la mort de son père, selon la même source.

Oum Wassel fait-elle partie des survivants. Elle a échappé de justesse à l'attaque aérienne ayant visé sa maison après avoir été invitée à rejoindre ses proches pour rompre le jeûne quotidien du mois de ramadan.

"Je suis rentrée la nuit pour trouver ma maison dévastée", raconte-t-elle.

Les gens "pensaient que j'étais sous les décombres", ajoute cette femme de 72 ans.

- Tués à l'école -

Dimanche, l'armée russe a annoncé que les forces syriennes du président Bachar al-Assad avaient cessé le feu "de manière unilatérale à partir de 00H00 le 18 mai" sur ce bastion djihadiste et rebelle. Mais une ONG a affirmé que les bombardements s'étaient poursuivis en dépit de cette annonce.

Lundi matin, des avions russes ont pilonné le sud de la province d'Idleb, tandis que l'aviation syrienne ciblait le nord de la province de Hama, théâtre d'affrontements intenses, a précisé l'Observatoire.

Depuis fin avril, les forces syriennes et leurs alliés russes ont intensifié les attaques sur la province d'Idleb, zone pourtant dite "de désescalade" depuis septembre, faisant planer la crainte d'une offensive de grande ampleur pour reprendre le contrôle de cette dernière enclave tenue par des groupes djihadistes, dont Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda).

Selon l'ONG Save the Children, 38 enfants ont été tués depuis début avril, dont neuf dans des écoles, sept sur un marché et un à l'hôpital.

"Les écoles, les hôpitaux et les autres infrastructures civiles essentielles doivent être protégés", a plaidé Sonia Khush, directrice de l'ONG en Syrie.

"Les enfants sont particulièrement vulnérables aux impacts des armes explosives, et les parties belligérantes doivent déployer des efforts particuliers pour les protéger", a-t-elle ajouté.

Vendredi, l'ONU a sonné l'alarme sur le risque d'une "catastrophe humanitaire" à Idleb si les violences continuaient, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité.

"Nous appelons toutes les parties à cesser les hostilités", a déclaré l'Américaine Rosemary DiCarlo, secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les Affaires politiques. "On risque la catastrophe humanitaire", a-t-elle averti lors de cette session demandée par la Belgique, l'Allemagne et le Koweït, la deuxième en une semaine.

La Syrie est déchirée depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 370.000 morts, et a poussé à la fuite des millions de personnes.

Voir plus

XS
SM
MD
LG