Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Virus chinois: la Corée du Nord va se fermer aux touristes

La très grande majorité des touristes étrangers en Corée du Nord arrivent de Chine.

La Corée du Nord va fermer ses frontières aux touristes pour se protéger du coronavirus apparu dans la Chine voisine, a annoncé mercredi une agence de voyage.

Plusieurs pays ont renforcé les contrôles aux aéroports en raison de cette épidémie repérée en décembre dans la ville chinoise de Wuhan et qui s'est propagé ailleurs en Asie et jusqu'aux Etats-Unis.

Le bilan du nouveau coronavirus, qui est de la même famille que le syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) qui avait fait 774 morts en 2002-2003, s'est encore alourdi mercredi en Chine, où les autorités ont fait état de neuf morts et averti que le virus pourrait "muter" et se propager plus facilement.

La très grande majorité des touristes étrangers en Corée du Nord arrivent de Chine, et leur nombre a augmenté l'année passée en raison d'un réchauffement des relations entre les deux voisins. Un afflux de visiteurs qui est pour le Nord une précieuse source de devises étrangères.

Mais à compter de mercredi, la Corée du Nord "va temporairement fermer sa frontière à tous les touristes étrangers par mesure de précaution face au coronavirus", a annoncé dans un communiqué l'agence de voyage basée en Chine, Young Pioneer Tours, qui est spécialisée dans les séjours en Corée du Nord.

Elle a ajouté qu'elle ignorait les détails de cette mesure.

Koryo Tours, numéro un des voyages au Nord pour les touristes occidentaux, a dit être "informé de ce que des mesures étaient envisagées", en précisant attendre de plus amples informations mercredi.

Ce ne serait pas la première fois que Pyongyang ferme sa frontière aux touristes du fait d'une épidémie.

En octobre 2014, elle avait fait de même pour se protéger du virus Ebola, alors même qu'aucun cas n'avait été détecté en Asie. Elle avait aussi décidé d'une période de quarantaine de 21 jours pour tous les étrangers entrant sur son sol, y compris les diplomates et les hommes d'affaires.

Le journal officiel nord-coréen Rodong Sinmun ne fait cependant mercredi état d'aucune mesure particulière des autorités face au virus chinois. Mais il mentionne bien l'épidémie en Chine, en indiquant qu'elle s'est "rapidement propagée" et que les autorités chinoises ont pris des "mesures correspondantes".

Le système de santé nord-coréen est peu développé, et le pays souffre de pénuries chroniques de médicaments.

Quand l'épidémie de coronavirus Mers (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) s'était déclarée en 2015 en Corée du Sud, le Nord avait annoncé des mesures "draconiennes" pour tenir l'épidémie à distance. Des médias avaient rapporté que Pyongyang avait pendant des mois interdit à ses diplomates et travailleurs expatriés de rentrer au pays.

Pyongyang avait également suspendu les voyages organisés étrangers lors de l'épidémie de Sras.

Toutes les actualités

Coronavirus: plus d'un million de morts dans le monde

Coronavirus: plus d'un million de morts dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

Arménie-Azerbaïdjan: 27 soldats séparatistes ont été tués dans les combats

Arménie-Azerbaïdjan: 27 soldats séparatistes ont été tués dans les combats
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Minute Éco: restructuration de la dette angolaise et début de la Transgabonaise

Minute Éco: restructuration de la dette angolaise et début de la Transgabonaise
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Bientôt un million de morts liés à la maladie COVID-19 dans le monde

Une femme tient un parapluie lors des funérailles d'un membre de sa famille dans la zone d'inhumation pour les victimes de la COVID-19 au complexe du cimetière de Pondok Ranggon à Jakarta, en Indonésie, le 24 septembre 2020. (Photo: REUTERS/Willy Kurniawa

Le monde approche rapidement le chiffre d'un million de décès dus à la maladie COVID-19, a indiqué lundi l’université Johns Hopkins, qui situe le nombre total de personnes infectées à plus de 33 millions dans le monde.

Les États-Unis comptent plus de sept millions d'infections au coronavirus, suivis par l'Inde avec plus de six millions et le Brésil avec près de cinq millions, selon les données de Hopkins.

En Afrique, l’Afrique du Sud reste le pays le plus touché, avec plus de 670 700 cas confirmés et plus de 16 000 morts. Le Maroc vient en deuxième position, avec plus de 117 680 cas d’infection et plus de 2000 morts. L’Égypte, avec 102 840 cas confirmés et 5883 morts, est le troisième pays le plus touché du continent africain. La semaine dernière, l’Organisation mondiale de la santé avait observé une diminution globale des infections en Afrique.

L'Europe connaît une nouvelle vague d'infections, ce qui a conduit certains pays à imposer à nouveau des restrictions.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson avertit que son pays pourrait connaître une "deuxième vague" de coronavirus. Il a déclaré dimanche que "des mesures rapides et décisives" doivent être prises.

En France, Patrick Bouet, le chef du Conseil national de l'Ordre des médecins, a déclaré au Journal du Dimanche que "si rien ne change, la France sera confrontée à une épidémie généralisée sur l'ensemble de son territoire, pendant plusieurs longs mois d'automne et d'hiver" et le système de santé risque de s'effondrer.

En Espagne, les autorités locales de Madrid et le gouvernement national ne parviennent pas à s’affronter sur l'étendue des mesures nécessaires pour contrôler l'apparition de nouvelles infections dans la région de la capitale.

Rubrique Santé avec Houmfa: rebond de cas de coronavirus partout sauf en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:00 0:00

Washington fait appel d'une décision de l'OMC sur le bois canadien

Le président Donald Trump rencontre le premier ministre canadien Justin Trudeau dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le jeudi 20 juin 2019, à Washington. (Photo AP / Evan Vucci)

Les Etats-Unis ont annoncé lundi qu'ils faisaient appel d'un verdict de l'OMC favorable aux Canadiens portant sur le bois de construction, au coeur d'un contentieux de longue date entre Washington et le Canada.

Mais la cour d'appel de l'Organe de règlement des différends de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), dont la nomination des juges est bloquée par Washington, n'est plus opérationnelle depuis le 11 décembre, faute de magistrats suffisants.

"Comme indiqué dans notre notification à l'ORD concernant la décision américaine de faire appel, nous sommes ouverts à des discussions avec le Canada sur la marche à suivre dans ce différend", a fait savoir lundi la représentation américaine auprès de l'OMC.

Il y a deux ans, le Canada avait déposé plainte auprès de l'OMC pour contester des droits compensateurs imposés par les Etats-Unis sur son bois d'oeuvre résineux. Il s'agissait du 9e litige engagé par Ottawa auprès de cette instance.

Depuis près de 40 ans, les Etats-Unis estiment que les prix du bois de construction canadien sont "injustement sous-évalués" et que ces marchandises sont "subventionnées".

Outre devant l'OMC, de nombreux recours judiciaires ont été effectués au cours du temps devant des juridictions des pays.

En décembre 2017, la commission américaine du commerce international (ITC) avait ainsi conclu que les industriels canadiens exportaient leur bois de construction à des prix de dumping, justifiant les pénalités imposées à la frontière.

Elle notait alors un "préjudice notable" pour les Américains.

Le Canada avait dénoncé une décision sans fondement puis avait demandé en mars 2018 à l'OMC de constituer un panel, dont les conclusions, favorables aux Canadiens, ont été publiées fin août.

Le gouvernement fédéral canadien, comme celui du Québec, s'était "réjoui" de la décision de l'OMC et a appelé les Etats-Unis à en tirer les conséquences. Mais le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, avait alors immédiatement critiqué les conclusions du rapport, estimant qu'il "protégerait les subventions massives du Canada au bois de construction".

Voir plus

XS
SM
MD
LG