Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Violences contre un Noir en France: quatre policiers mis en examen

La scène de tabassage de Michel Zecler par quatre policiers à Paris, le 27 novembre 2020.

Quatre policiers ont été mis en examen et deux d'entre eux écroués dans l'information judiciaire ouverte sur le tabassage du producteur noir Michel Zecler dans la nuit de dimanche à lundi, dans cette affaire qui électrise le débat en France autour des violences policières et de la loi "sécurité globale".

Parmi ces quatre policiers mis en examen par un juge d'instruction, trois l'ont été pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique (PDAP)" et "faux en écriture publique", conformément aux réquisitions du parquet de Paris annoncées par le procureur de la République Rémy Heitz dimanche après-midi.

Ce sont les trois policiers au cœur de la vidéo de Loopsider dévoilée jeudi qui a fait scandale et provoqué la "honte" du chef de l'Etat Emmanuel Macron, alors que l’Élysée a appelé M. Zecler samedi.

Le policier soupçonné d'avoir jeté la grenade lacrymogène dans le studio de musique du 17e arrondissement où s'est produite l'agression a lui été mis en examen plus tôt dans la soirée principalement pour des "violences volontaires" par PDAP sur Michel Zecler et sur les neuf jeunes qui se trouvaient dans le sous-sol du studio.

Le parquet avait requis la détention provisoire pour les trois premiers et un contrôle judiciaire pour le quatrième, mais le juge des libertés et de la détention en a écroué deux et laissé deux autres sous contrôle judiciaire.

Me Anne-Laure Compoint qui défend deux policiers et Me Jean-Christophe Ramadier qui en défend un n'ont pas souhaité commenter ces mises en cause à l'issue de l'audience du juge des libertés et de la détention, vers 04H30 du matin.

Placer en détention certains des agents doit permettre "d'éviter un risque de concertation" entre eux "ou de pressions sur les témoins", avait argué M. Heitz en expliquant ses réquisitions de détention provisoire.

A Lagos, les manifestants exigent la fin des brutalités policières
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:57 0:00

"Coups pas justifiés"

En garde à vue face à l'IGPN, les trois principaux mis en cause avaient fini "par admettre que les coups portés n'étaient pas justifiés et qu'ils avaient agi principalement sous l'effet de la peur", a rapporté le procureur. Ils ont invoqué "la panique" provoquée par le sentiment d'être coincés dans l'entrée du studio de musique de M. Zecler, qui se débattait selon eux.

Ils ont en revanche nié "avoir tenu des propos racistes" alors que M. Zecler a assuré qu'ils l'avaient traité de "sale nègre", une insulte entendue également par "l'un des jeunes" présent dans le sous-sol du studio. Ils réfutent également "le caractère mensonger du procès-verbal".

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a promis jeudi "la révocation" des policiers qui ont "sali l'uniforme de la République", "dès que les faits seront établis par la justice".

Cette affaire, mise au jour grâce à la diffusion de vidéos, a semblé doper les opposants à la proposition de loi "sécurité globale", dont la mesure phare prévoit de restreindre la possibilité de filmer les forces de l'ordre.

Plus de 130.000 personnes ont manifesté samedi, selon le ministère de l'Intérieur, 500.000 selon les organisateurs, dans une ambiance globalement bon enfant. Des affrontements parfois violents ont toutefois émaillé certaines manifestations, notamment à Paris.

Controverse

Selon un bilan du ministère de l'Intérieur, 98 policiers et gendarmes ont été blessés et 81 personnes ont été interpellées. A Paris, un photographe syrien indépendant, collaborateur de l'AFP, a été blessé au visage.

Plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré des policiers frappés par des manifestants, des "violences inacceptables", selon Gérald Darmanin.

En une semaine, la controverse autour de la proposition de loi "sécurité globale", vivement dénoncée par les journalistes et les défenseurs des libertés publiques, s'est encore renforcée.

L'évacuation brutale d'un camp de migrants à Paris lundi soir et la révélation jeudi du passage à tabac de M. Zecler ont suscité l'indignation et électrisé le débat. Les vidéos de ces deux affaires ont été visionnées des millions de fois sur les réseaux sociaux.

Vendredi, Emmanuel Macron a demandé au gouvernement de lui faire rapidement des propositions "pour lutter plus efficacement contre toutes les discriminations", pour la troisième fois cette année.

Toutes les actualités

Soudan du Sud: 21 morts lors d'une attaque, à la veille de la visite du pape

Le pape François est attendu vendredi dans le plus jeune Etat du monde pour un "pèlerinage de paix".

Au moins 21 personnes ont été tuées lors d'une attaque armée jeudi au Soudan du Sud, à la veille de la visite du pape François dans ce pays déchiré par des années de conflit, ont annoncé les autorités locales.

Le souverain pontife, accompagné de Justin Welby, l'archevêque de Canterbury, chef spirituel de l'Eglise anglicane, et de Iain Greenshields, personnalité la plus importante de l'Eglise d'Ecosse, est attendu vendredi dans le plus jeune Etat du monde pour un "pèlerinage de paix".

Le Soudan du Sud s'apprête à accueillir le pape à son tour
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Les chefs religieux vont tenter de promouvoir la réconciliation et le pardon dans un pays majoritairement chrétien encore confronté à une violence armée chronique à la suite d'une sanglante guerre civile, qui a fait 380.000 morts et des millions de déplacés entre 2013 et 2018.

Des éleveurs armés ont tué jeudi 21 civils lors d'une attaque dans le comté de Kajo-Keji, dans le sud du pays, ont indiqué jeudi dans un communiqué les responsables du comté, condamnant "de la manière la plus forte possible l'attaque (...) et le massacre de civils innocents dans un acte de vengeance barbare".

Justin Welby, l'archevêque de Canterbury, s'est dit "horrifié" par cette attaque. "C'est une histoire trop souvent entendue à travers le Soudan du Sud. J'appelle à nouveau à une voie différente: pour que le Soudan du Sud se rassemble en faveur d'une paix juste", a-t-il posté sur Twitter jeudi.

Le Soudan du Sud a obtenu son indépendance en 2011 après des décennies de lutte avec le Soudan, à majorité musulmane. Le pays a plongé en 2013 dans une guerre civile dévastatrice de cinq ans opposant Salva Kiir à Riek Machar. Les armées des deux camps sont accusées de crimes de guerre.

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), les États-Unis et d'autres missions étrangères ont fait part cette semaine de leur inquiétude quant à une possible résurgence des combats dans la région du Nil supérieur.

Dans cette région du nord du pays, des milliers de civils ont cherché ces derniers mois protection dans les bases de l'ONU, fuyant les violences armées.

Assassinat du journaliste Martinez Zogo: "plusieurs arrestations" au Cameroun

Martinez Zogo était le directeur général de la radio privée Amplitude FM, et animateur vedette d'une émission quotidienne, Embouteillage, dans laquelle il dénonçait régulièrement l'affairisme et la corruption dans ce pays d'Afrique centrale

Plusieurs personnes ont été arrêtées au Cameroun, "fortement suspectées" d'être impliquées dans le meurtre d'un journaliste enlevé puis "assassiné" après avoir été manifestement torturé mi-janvier, a annoncé jeudi la présidence.

Martinez Zogo était le directeur général de la radio privée Amplitude FM, et animateur vedette d'une émission quotidienne, Embouteillage, dans laquelle il dénonçait régulièrement l'affairisme et la corruption dans ce pays d'Afrique centrale dirigé d'une main de fer depuis plus de 40 ans par un même homme, le président Paul Biya, et son tout puissant parti.

Enlevé le 17 janvier par des inconnus dans la banlieue de la capitale Yaoundé devant un poste de gendarmerie, Arsène Salomon Mbani Zogo, dit "Martinez", 50 ans, avait été retrouvé mort cinq jours plus tard. "Son corps a manifestement subi d'importants sévices", avait annoncé le gouvernement.

M. Biya a ordonné "une enquête mixte gendarmerie-police" sur l'"assassinat" de Martinez Zogo et "les investigations ont, à ce jour, permis l'arrestation de plusieurs personnes dont l'implication dans ce crime odieux est fortement suspectée. D'autres restent recherchées", a indiqué jeudi dans un communiqué le ministre d'Etat et secrétaire général à la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh.

"Les auditions en cours et les procédures judiciaires qui s'ensuivront permettront de circonscrire le degré d'implication des uns et des autres et d'établir l'identité de toutes les personnes impliquées", promet-il. Le communiqué ne livre aucun détail supplémentaire. Le meurtre de Martinez Zogo avait suscité une forte émotion au Cameroun mais aussi à l'étranger

Dans un tribune publiée jeudi par le journal français Le Monde, une vingtaine de personnalités camerounaises, notamment l'écrivaine Calixthe Beyala, ou l'intellectuel Achille Mbembe, font part de leur "vives préoccupations face à la tournure violente du débat public".

Elles déplorent notamment que, depuis la découverte du corps du journaliste, "aucune information officielle n'a été donnée par les autorités sur le déroulement de l'enquête", dénonçant une "longue tradition de banalisation de l'impunité et d'acceptation de l'atrocité visant à faire peur et à détourner les citoyens de leur devoir de veille sur la qualité de la gestion des affaires publiques".

RDC: un enfant albinos tué, son corps retrouvé sans tête ni jambes

ARCHIVES - Des policiers à Goma, Nord-Kivu, DRC, 29 décembre 2018.

Un petit garçon albinos de 5 ans a été tué par des inconnus et son corps retrouvé sans tête ni jambes, mercredi dans l'est de la République démocratique du Congo, vraisemblablement victime des pratiques occultes visant les albinos dans certains pays d'Afrique, a-t-on appris de sources locales.

"Nous condamnons et déplorons ce nouveau cas de meurtre d'un albinos de 5 ans, qui a été enlevé (mardi soir) par des bandits armés pour des motifs inavoués", a déclaré jeudi à l'AFP Archimède Karhebwa, administrateur assistant du territoire de Kalehe, dans la province du Sud-Kivu, où a été commis ce meurtre.

"L'enfant a été retrouvé mort, sans tête ni jambes, dans la brousse le lendemain dans la matinée", a-t-il ajouté, assurant que "des mesures sont prises pour que pareil cas ne se répète pas à Kalehe".

"Depuis 2009, 18 albinos ont été tués dans des telles circonstances, 10 tombes d'albinos profanées et il y a eu 22 tentatives d'enlèvement d'albinos au Sud-Kivu", a déploré Juvénal Lushule, coordonnateur de l'Apia, association des personnes albinos de la province.

"Ce cas récent nous écoeure et ne nous surprend pas, parce que nous avons toujours été victimes de ces barbaries", a poursuivi M. Lushule, en demandant aux autorités protection et enquêtes.

En RDC et dans d'autres pays d'Afrique subsaharienne, les albinos sont cibles d'attaques. Des parties de leur corps sont vendues pour des rituels de sorcellerie censés apporter richesse et pouvoir. L'albinisme est une affection génétique héréditaire qui cause une absence totale de pigmentation de la peau, des cheveux et des yeux.

Un bureau de la commission électorale et un commissariat attaqués au Nigeria

Les Nigérians doivent désigner le 25 février le successeur du président Muhammadu Buhari. (photo d'illustration)

Des hommes lourdement armés ont attaqué mercredi un bureau de la Commission électorale et un poste de police dans le sud-est du Nigeria, tuant un adolescent et en blessant un autre, à trois semaines de l'élection présidentielle, a-t-on appris jeudi de sources officielles.

Les Nigérians doivent désigner le 25 février le successeur du président Muhammadu Buhari, ancien général qui ne se représente pas après deux mandats qui n'ont pas permis de juguler les graves problèmes sécuritaires qui minent le pays: violente insurrection jihadiste dans le nord-est, tensions séparatistes dans le sud, criminalité en hausse dans le nord-ouest et le centre.

Mercredi matin, des hommes arrivés à bord de quatre voitures et notamment armés "d'engins explosifs improvisés" ont attaqué un bureau de la Commission électorale (Inec), un poste de police et un bâtiment résidentiel attenant au commissariat, selon un communiqué de la police de l'Etat d'Anambra (sud-est). "Malheureusement, un garçon âgé de 16 ans, parent d'un policier en service, a été tué par les hommes armés, tandis qu'une adolescente âgée de 15 ans a été blessée par balle", précise le communiqué.

La jeune fille a été emmenée à l'hôpital où elle est actuellement soignée. Le batiment de la Commission a été "considérablement endommagé", selon un communiqué signé du président de l'Inec, Festus Okoye.

Du matériel électoral en vue des élections présidentielle et législatives a été détruit, notamment "729 urnes" et "243 cabines de vote". Cependant, les cartes d'électeurs qui n'avaient pas encore été récupérées par leurs propriétaires et étaient gardées dans une armoire ignifugée n'ont pas été détruites, précise le communiqué.

L'Inec a récemment mis en garde contre la menace d'une intensification des violences pendant la campagne électorale, ajoutant qu'elle avait recensé au moins 50 attaques depuis son lancement il y a près de deux mois. Bien qu'aucun groupe n'ait revendiqué cette nouvelle attaque, le sud-est du Nigeria a été le théâtre d'un grand nombre d'attaques attribuées au Mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra (Ipob).

L'Ipob, qui cherche la renaissance d'un Etat séparé pour l'ethnie igbo, a nié à plusieurs reprises toute responsabilité dans ces violences. Selon les médias locaux, plus de 100 policiers et autres agents de sécurité ont été tués depuis le début de l'année dernière dans des attaques ciblées.

Dix-huit candidats briguent la succession de M. Buhari, dont Bola Tinubu du Congrès des progressistes (APC, au pouvoir), Atiku Abubakar du Parti démocratique populaire (PDP), et Peter Obi du parti travailliste (LP).

Six enseignants arrêtés au Kenya pour avoir forcé des élèves à simuler des scènes de sexe

ARCHIVES - Une salle de classe dans le quartier de Kibera, à Nairobi, au Kenya, le 10 mai 2021.

Six enseignants ont été arrêtés au Kenya après la diffusion d'une vidéo montrant des élèves du primaire contraints de simuler des scènes de sexe en guise de punition, a annoncé mardi la police, un incident qui a provoqué un tollé.

Dans une vidéo de 29 secondes devenue virale, quatre garçons en uniforme scolaire simulent des actes sexuels sous un arbre dans la cour de l'école, sous le regard des enseignants. On entend en arrière-fond les six enseignants bavarder et éclater de rire lorsqu'un enfant torse nu essuie des larmes sur son visage.

La police a indiqué que la vidéo "exposant des élèves à des actes indécents" a été enregistrée à Nyamache, une localité rurale située à quelque 300 km à l'ouest de la capitale Nairobi. Six enseignants, cinq femmes et un homme, ont été arrêtés et "contribuent à l'enquête", a indiqué la police dans un rapport consulté par l'AFP. Ils seront poursuivis pour des chefs d'accusation appropriés, a-t-elle ajouté.

Cet incident a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux dans ce pays largement conservateur.

Le ministre de l'Education Ezekiel Machogu a indiqué qu'une procédure disciplinaire allait être engagée contre les enseignants et qu'ils seraient renvoyés s'ils étaient jugés coupables.

Selon la loi kényane sur les délits sexuels, une personne reconnue coupable d'avoir contraint une autre à se livrer à un acte indécent encourt une peine d'emprisonnement d'au moins cinq ans.

Au-delà de cet incident, les conditions de vie des élèves au Kenya font régulièrement l'objet de vifs débats, que ce soit sur la pertinence ou non des châtiments corporels, officiellement interdits par la loi en 2001, ou plus récemment sur la durée des journées de cours.

Voir plus

XS
SM
MD
LG