Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Violences contre un Noir en France: quatre policiers mis en examen

La scène de tabassage de Michel Zecler par quatre policiers à Paris, le 27 novembre 2020.

Quatre policiers ont été mis en examen et deux d'entre eux écroués dans l'information judiciaire ouverte sur le tabassage du producteur noir Michel Zecler dans la nuit de dimanche à lundi, dans cette affaire qui électrise le débat en France autour des violences policières et de la loi "sécurité globale".

Parmi ces quatre policiers mis en examen par un juge d'instruction, trois l'ont été pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique (PDAP)" et "faux en écriture publique", conformément aux réquisitions du parquet de Paris annoncées par le procureur de la République Rémy Heitz dimanche après-midi.

Ce sont les trois policiers au cœur de la vidéo de Loopsider dévoilée jeudi qui a fait scandale et provoqué la "honte" du chef de l'Etat Emmanuel Macron, alors que l’Élysée a appelé M. Zecler samedi.

Le policier soupçonné d'avoir jeté la grenade lacrymogène dans le studio de musique du 17e arrondissement où s'est produite l'agression a lui été mis en examen plus tôt dans la soirée principalement pour des "violences volontaires" par PDAP sur Michel Zecler et sur les neuf jeunes qui se trouvaient dans le sous-sol du studio.

Le parquet avait requis la détention provisoire pour les trois premiers et un contrôle judiciaire pour le quatrième, mais le juge des libertés et de la détention en a écroué deux et laissé deux autres sous contrôle judiciaire.

Me Anne-Laure Compoint qui défend deux policiers et Me Jean-Christophe Ramadier qui en défend un n'ont pas souhaité commenter ces mises en cause à l'issue de l'audience du juge des libertés et de la détention, vers 04H30 du matin.

Placer en détention certains des agents doit permettre "d'éviter un risque de concertation" entre eux "ou de pressions sur les témoins", avait argué M. Heitz en expliquant ses réquisitions de détention provisoire.

A Lagos, les manifestants exigent la fin des brutalités policières
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:57 0:00

"Coups pas justifiés"

En garde à vue face à l'IGPN, les trois principaux mis en cause avaient fini "par admettre que les coups portés n'étaient pas justifiés et qu'ils avaient agi principalement sous l'effet de la peur", a rapporté le procureur. Ils ont invoqué "la panique" provoquée par le sentiment d'être coincés dans l'entrée du studio de musique de M. Zecler, qui se débattait selon eux.

Ils ont en revanche nié "avoir tenu des propos racistes" alors que M. Zecler a assuré qu'ils l'avaient traité de "sale nègre", une insulte entendue également par "l'un des jeunes" présent dans le sous-sol du studio. Ils réfutent également "le caractère mensonger du procès-verbal".

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a promis jeudi "la révocation" des policiers qui ont "sali l'uniforme de la République", "dès que les faits seront établis par la justice".

Cette affaire, mise au jour grâce à la diffusion de vidéos, a semblé doper les opposants à la proposition de loi "sécurité globale", dont la mesure phare prévoit de restreindre la possibilité de filmer les forces de l'ordre.

Plus de 130.000 personnes ont manifesté samedi, selon le ministère de l'Intérieur, 500.000 selon les organisateurs, dans une ambiance globalement bon enfant. Des affrontements parfois violents ont toutefois émaillé certaines manifestations, notamment à Paris.

Controverse

Selon un bilan du ministère de l'Intérieur, 98 policiers et gendarmes ont été blessés et 81 personnes ont été interpellées. A Paris, un photographe syrien indépendant, collaborateur de l'AFP, a été blessé au visage.

Plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré des policiers frappés par des manifestants, des "violences inacceptables", selon Gérald Darmanin.

En une semaine, la controverse autour de la proposition de loi "sécurité globale", vivement dénoncée par les journalistes et les défenseurs des libertés publiques, s'est encore renforcée.

L'évacuation brutale d'un camp de migrants à Paris lundi soir et la révélation jeudi du passage à tabac de M. Zecler ont suscité l'indignation et électrisé le débat. Les vidéos de ces deux affaires ont été visionnées des millions de fois sur les réseaux sociaux.

Vendredi, Emmanuel Macron a demandé au gouvernement de lui faire rapidement des propositions "pour lutter plus efficacement contre toutes les discriminations", pour la troisième fois cette année.

Toutes les actualités

Deux députés sénégalais recherchés après des violences sur une parlementaire

ARCHIVES - Des agents de la police au centre-ville de Dakar, le 25 juillet 2017. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Deux députés d'opposition sénégalais étaient recherchés lundi par la police après des violences sur une parlementaire lors d'une bagarre jeudi à l'Assemblée nationale, a indiqué à l'AFP un haut responsable de la police.

Massata Samb a giflé la parlementaire Amy Ndiaye et Mamadou Niang lui a donné un coup de pied au ventre le 1er décembre au cours du vote du budget du ministère de la Justice, après qu'elle eut tenu des "propos irrespectueux" contre leur chef religieux dirigeant leur parti, selon M. Samb.

Les deux députés sont membres du Parti de l'Unité et du rassemblement (PUR), une composante de la principale coalition de l'opposition, dont le chef est Serigne Moustapha Sy, un guide religieux qui n'est pas député mais est très influent au Sénégal. Amy Ndiaye, maire de la commune de Gniby (centre), était enceinte et a ensuite été admise dans un établissement hospitalier, ont déclaré des députés du parti au pouvoir.

"L'Assemblée nationale du Sénégal, c'est une histoire d'empoignades"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

"Nous sommes à leurs trousses (les députés) depuis samedi. Ils se sont cachés dès qu'ils ont su qu'une procédure a été enclenchée contre eux. Nous avons été saisi par le parquet" du tribunal de Dakar, a affirmé à l'AFP le responsable policier sous couvert d'anonymat, confirmant des informations de la presse locale.

Une plainte a été déposée lundi au tribunal de Dakar contre les deux députés mis en cause, a déclaré à la presse l'avocat de la parlementaire, Baboucar Cissé. La police a été saisie par le Parquet à la suite d'un "courrier du président de l'Assemblée nationale" exigeant des poursuites contre les deux députés, a dit Me Cissé. Le PUR n'était pas immédiatement joignable lundi.

L'opposition exige de la parlementaire Amy Ndiaye des excuses pour avoir manqué de respect à Serigne Moustapha Sy lors d'une intervention à l'Assemblée et de l'avoir accusé notamment de ne pas tenir sa parole et de manquer de respect au président Macky Sall, selon des propos diffusés par les médias.

La scène de violence - largement condamnée au Sénégal - est survenue pendant la campagne annuelle internationale "16 Jours d’activisme contre la violence basée sur le genre à l’égard des femmes et des filles ", soutenue par l'ONU.

Le camp présidentiel a perdu la majorité absolue qu'il détenait à l'issue des élections législatives de juillet qui ont donné un quasi équilibre des forces à l'Assemblée dans un contexte politique tendu.

Scandale Phala Phala: les cadres de l'ANC décident du sort de Cyril Ramaphosa

Scandale Phala Phala: les cadres de l'ANC décident du sort de Cyril Ramaphosa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Nigeria: incendie aux locaux de la commission électorale dans l'État d'Imo

Nigeria: incendie aux locaux de la commission électorale dans l'État d'Imo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:22 0:00

Un étudiant comparaît pour diffamation contre la première dame du Nigeria

Un étudiant comparaît pour diffamation contre la première dame du Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

L'organisateur du concours Miss Rwanda acquitté d'accusations de viol et agression sexuelle

L'édition 2022 du concours de Miss Rwanda avait été annulée à la suite de son arrestation.

L'organisateur du concours de Miss Rwanda, Dieudonné Ishimwe, a été acquitté vendredi d'accusations de viol, agression sexuelle et harcèlement par un tribunal de la capitale Kigali, qui a jugé les preuves contre lui insuffisantes.

Cet ancien musicien de 36 ans connu sous le nom de Prince Kid devenu directeur de Rwanda Inspiration Backup, la société qui organise le concours annuel de Miss Rwanda, avait été arrêté le 27 avril pour des soupçons de "crimes en relation avec des agressions sexuelles", selon le Bureau d'enquête rwandais (RIB).

L'édition 2022 du concours de Miss Rwanda avait été annulée à la suite de son arrestation.

A l'issue du procès, qui s'est déroulé à huis clos, le président du tribunal a déclaré que "les preuves fournies par l'accusation sont insuffisantes pour le déclarer coupable" et ordonné sa libération immédiate. M. Ishimwe n'était pas présent à la lecture du jugement. Le concours de Miss Rwanda est inclus dans la compétition de Miss World depuis 2016.

Voir plus

XS
SM
MD
LG