Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Une ministre renvoyée pour des soupçons de corruption en Zambie


Le président zambien, Edgar Lungu, donne un point de presse à la Maison d’État zambienne à Lusaka, le 6 juillet 2017.

Le président zambien Edgar Lungu a renvoyé une de ses ministres après la décision de plusieurs pays, dont le Royaume-Uni et la Suède, de geler leur aide bilatérale à Lusaka en raison de soupçons de corruption.

M. Lungu "a agi rapidement et relevé l'honorable Emerine Kabanshi de ses fonctions de ministre du Développement communautaire en raison d'accusations de détournement de fonds dans son ministère", a annoncé la porte-parole du gouvernement Dora Siliya sur son compte Twitter.

Le Royaume-Uni avait indiqué cette semaine avoir suspendu le versement de son aide bilatérale à la Zambie après la publication d'informations de presse faisant état de détournements dans un programme d'aide sociale du gouvernement.

Londres "applique le principe de la tolérance zéro en matière de fraude et de corruption", avait justifié son ambassadeur à Lusaka, Fergus Cochrane-Dyet, sur Twitter.

Selon son Département du développement international, le gouvernement britannique devait verser 47 millions d'euros d'aide à la Zambie pendant l'année fiscale 2018-2019.

L'agence suédoise pour le développement international a annoncé sur son site internet avoir elle aussi gelé son aide sur la foi des mêmes soupçons, ainsi que l'Irlande et la Finlande.

Le chef de l'Etat zambien s'est dit mardi "gravement préoccupé" par ces accusations et a ordonné une enquête.

Depuis sa réélection en 2016, Edgar Lungu et son gouvernement sont régulièrement accusés de corruption et de dérive autoritaire par leurs adversaires politiques.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG