Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Une délégation du Conseil de Sécurité de l’ONU à Ouagadougou


Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso à la fin des travaux, à Ouagadougou, le 24 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)

Une délégation du Conseil de Sécurité de l’ONU était dimanche à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, pour discuter de la menace terroriste de plus en plus persistante dans le pays et annoncer son soutien aux Burkinabè dans cette lutte.

La mission du Conseil de Sécurité a échangé sur des questions liées à la sécurité et à la menace terroriste avec le gouvernement et le président Kaboré ainsi qu'avec des membres de la société civile.

Photo de famille entre la délégation du conseil de Sécurité et les autorités burkinabè, à Ouagadougou, le 24 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)
Photo de famille entre la délégation du conseil de Sécurité et les autorités burkinabè, à Ouagadougou, le 24 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)

​Christoph Hausgen, ambassadeur de l’Allemagne auprès des Nations unies, a affirmé le soutien de l'organisation onusienne au Burkina Faso.

Il a rappelé que des écoles et des centres de santé avaient fermés suite à la menace djihadiste et que 140 000 personnes avaient été déplacées. "Plusieurs dizaines d’écoles ont été ré-ouvertes et cela est une très bonne nouvelle" s'est-il réjoui.

Les autorités burkinabè sont satisfaites de cette visite du Conseil de Sécurité : "nous avons eu des échos très favorables de la part de nos amis du Conseil de Sécurité" a affirmé Alpha Barry, le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso. "Tout le monde a compris les enjeux et les défis auxquels le Burkina Faso est confronté. Il est important d’appuyer, d’aider et de soutenir le Burkina Faso dans ses efforts de lutte contre l’insécurité et pour le développement" a ajouté le ministre.

Rencontre des autorités burkinabè et la délégation du conseil de Sécurité, à Ouagadougou, le 24 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)
Rencontre des autorités burkinabè et la délégation du conseil de Sécurité, à Ouagadougou, le 24 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)


Le Conseil de Sécurité a été toutefois ferme concernant les accusations d' exécutions sommaires de civils dont certaines organisations de la société civile accusent l’armée burkinabè d’en être l’auteure.

Christoph Hausgen précise : "Les enquêtes doivent être menées de façon impartiale par la justice et il faut que les coupables soient punis. Il faut un message fort à l’endroit des victimes et au-delà, la communauté internationale. La lutte contre le terrorisme doit être menée en respectant les droits de l’Homme comme l'a assuré le président du Faso".

Salle polyvalente du palais de Kosyam, rencontre entre les autorités du Burkina Faso et le conseil de Sécurité de l'ONU, à Ouagadougou, le 24 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)
Salle polyvalente du palais de Kosyam, rencontre entre les autorités du Burkina Faso et le conseil de Sécurité de l'ONU, à Ouagadougou, le 24 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)

​Le Burkina Faso est confronté depuis quatre ans à des attaques meurtrières de plus en plus fréquentes qui ont fait plus de 300 morts depuis 2015. Les membres du Conseil de Sécurité ont également demandé aux autorités burkinabè de travailler à calmer les tensions entre les différentes ethnies et communautés.

Début janvier à Yirgou dans le centre-nord du pays, les Peuls ont été ciblés par des villageois Mossi, aidés par des membres de leur groupe d’autodéfense, les Koglweogos. Selon le bilan officiel, 49 personnes ont été tuées mais plusieurs sources font état de plus de 200 morts.

XS
SM
MD
LG