Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un tribunal arbitral valide le blocage d'un stock de manganèse par l'Etat burkinabè


Une mine de manganèse à Lauzoua, Côte d'Ivoire, le 4 décembre 2013

Un tribunal arbitral international a rejeté la demande du groupe minier Timis de disposer d'un stock de 40.000 tonnes de manganèse extrait d'une mine qu'il exploitait à Tambao, a annoncé le gouvernement burkinabè, en litige avec l'industriel.

L'exploitation de la mine de manganèse de Tambao par Pan African Tambao, une filiale du groupe Pan African Minerals (PAM), fait l'objet d'un litige entre l'État burkinabè et le patron de PAM, Frank Timis, un homme d'affaires australien d'origine roumaine, depuis la chute du régime de Blaise Compaoré, fin octobre 2014.

Les autorités burkinabés actuelles considèrent en effet que l'exploitation du site avait été confiée à PAM "sous l'ère Compaoré, à l'issue d'une procédure irrégulière et traduisant de graves faits de corruption", a rappelé dans un communiqué le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou.

>> Lire aussi : Un préfet abattu par des jihadistes présumés au Burkina

En attendant le règlement de ce différend, le groupe Timis réclamait le droit de pouvoir exporter son stock de 40.000 tonnes de manganèse déjà extrait, d'une valeur estimée à 21,5 millions de dollars, bloqué sur son site depuis janvier 2016.

Mais le Tribunal arbitral de la Chambre du Commerce Internationale (CCI) a rejeté vendredi cette demande, précise le communiqué du gouvernement.

En octobre 2016, une enquête parlementaire sur le secteur minier avait recommandé "d'annuler l'accord-cadre de partenariat public privé" conclu avec Pan African en 2012 et "d'envisager éventuellement un nouvel opérateur".

Cette commission parlementaire avait également recommandé des poursuites judiciaires pour corruption contre François Compaoré, le frère cadet du président Blaise Compaoré.

Dès lors, l'exploitation de la mine a été interrompue par les autorités, arguant du non respect par l'exploitant de l'accord-cadre de 2012.

Cet accord stipulait qu'en échange de l'exploitation du manganèse de Tambao, PAT devait financer, dans un délai de trois ans, le bitumage de la route allant de Dori à Tambao, réhabiliter la voie ferrée entre Ouagadougou et Kaya et en construire une nouvelle sur l'axe Kaya-Dori-Tambao.

Avec des réserves estimées à 107 millions de tonnes et une production annuelle possible de 3 millions de tonnes, la mine de manganèse de Tambao, située à 350 km au nord du Burkina, est l'un des sites les plus importants du monde.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG