Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Un astronaute de l'ISS dévoile la première fleur cultivée dans l'espace

Un zinnia cultivé dans la Station spatiale internationale a fleuri, donnant naissance à la première fleur de l'espace, a indiqué sur Twitter l'astronaute américain Scott Kelly

"La première fleur cultivée dans l'espace a fait ses débuts", écrit-il dans un tweet (@StationCDRKelly) suivi de #SpaceFlower #zinnia #YearInSpace, avec la photo d'un beau zinnia orange à l'appui.

Le zinnia pousse très facilement sur la Terre et fleurit abondamment pendant l'été. Mais ces plantes, apportées dans l'avant-poste orbital pour effectuer des expériences, ont apparemment eu des difficultés à s'adapter à la microgravité.

Plusieurs de ces zinnias paraissaient mal en point en décembre après l'apparition de moisissures sur leurs feuilles à cause de la forte humidité, selon la Nasa. Mais elles semblent se ressaisir grâce aux soins de Scott Kelly.

La culture de ces fleurs fait partie d'un projet plus étendu de la Nasa, appelé “Veggie", visant à faire pousser des plantes dans l'espace pour produire de la nourriture dans la perspective de longues missions habitées vers Mars, une autonomie qui sera un complément important pour la survie des astronautes, explique l'Agence spatiale.

Les membres d'équipage de la Station ont déjà récolté avec succès des laitues dont ils ont consommé les premières feuilles en 2015 et espèrent produire des tomates d'ici l'année prochaine.

Le système de culture des salades et d'autres végétaux a été installé dans la Station spatiale mi-2014.

Ces plantes sont cultivées par hydroponie c'est-à-dire sans terre dans une solution d'eau et de nutriments. Ce système requiert nettement moins d'eau et d'engrais et les plantes poussent trois fois plus vite que dans le sol, selon la Nasa.

Gioia Massa, responsable scientifique du projet "Veggie", a expliqué que les plantes cultivées jusqu'à présent dans l'espace ne sont pas parfaites mais ont permis aux chercheurs sur la Terre de mieux comprendre comment les végétaux poussaient en microgravité.

Scott Kelly est devenu en octobre dernier l'Américain qui a passé la plus longue période en continu dans l'espace, soit plus de dix mois à bord de l'ISS où il doit rester un an au total jusqu'au 3 mars.

Normalement les équipages de l'ISS, formés de six astronautes, se relaient tous les cinq ou six mois pour assurer une présence continue dans l'avant-poste orbital.

Scott Kelly effectue cette mission d'un an dans l'ISS avec son collègue cosmonaute russe Mikhaïl Kornienko pour étudier les effets biologiques et psychologiques de longs séjours dans l'espace en préparation de vols habités vers Mars à l'horizon des années 2030 au plus tôt.

Avec AFP

Toutes les actualités

Israël signe un accord de paix avec les Emirats arabes unis

Le ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie à l'occasion de la remise à l'armée de l'air israélienne du système d'interception David's Sling ("Fronde de David"), le 2 avril 2017.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu s’est félicité, jeudi, de la normalisation des relations entre l'Etat hébreu et les Emirats arabes unis. Pour lui, une nouvelle ère commence dans les relations entre Israël et le monde arabe. 

M. Netanyahu a déclaré, lors d'une allocution télévisée, avoir eu une discussion trilatérale avec le président américain Donald Trump et le cheikh émirati Ben Zayed. Les trois hommes ont convenu d'un accord de paix complet avec des échanges d'ambassadeurs et des échanges commerciaux y compris des vols directs entre Abou Dhabi et Tel-Aviv".

"Les Emirats vont investir des sommes importantes en Israël. Il s'agit d'une ouverture pour la paix dans la région", a affirmé le Premier ministre israélien, se félicitant de ce troisième accord de paix avec un pays arabe, après l'Egypte et la Jordanie.

La normalisation des relations entre l'Etat hébreu et les Emirats faisait partie du plan Trump pour le Proche-Orient; qui prévoyait aussi l'annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des colonies juives en Cisjordanie occupée, un projet décrié par les Palestiniens et plusieurs pays européens et ceux de la région.

Cette normalisation aura pour effet de "reporter" les projets israéliens d'annexion, a dit M. Netanyahu qui affirme n'avoir pas "renoncé" à cette option.

Pour le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, la normalisation des relations entre Abou Dhabi et Tel-Aviv "ne sert pas la cause palestinienne" et constitue un "chèque en blanc" pour la poursuite de "l'occupation" par l'Etat hébreu.

Le vaccin anti-coronavirus russe suscite des doutes

Le vaccin anti-coronavirus russe suscite des doutes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Coronavirus: les Européens doutent du vaccin russe

Coronavirus: les Européens doutent du vaccin russe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Covid-19: le cap de 20 millions de cas est franchi

Covid-19: le cap de 20 millions de cas est franchi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

La Russie dit avoir développé le premier vaccin contre le coronavirus

Le président russe Vladimir Poutine sur la Place Rouge à Moscou, en Russie, le 24 juin 2020. REUTERS/Maxim Shemetov

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mardi que le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa avait développé le "premier" vaccin contre le nouveau coronavirus dans le monde.

Le ministère russe de la Santé a précisé qu'une double inoculation "permettait de former une immunité longue", estimant qu'elle pouvait durer "deux ans".

Le vaccin contre le coronavirus développé en Russie a été baptisé "Spoutnik V", en référence au satellite soviétique, premier engin spatial mis en orbite, a déclaré le fonds souverain impliqué dans son développement.

"Plus d'un milliard de doses" ont été pré-commandées par 20 pays étrangers, a affirmé le patron de ce fonds Kirill Dmitriev, précisant que la phase 3 des essais commençait mercredi.

Le fonds souverain a précisé que la production industrielle débutera en septembre.

Cependant des experts émettent des doutes sur l'efficacité d'un vaccin produit, semble-t-il, à la hâte, rapporte le quotidien britannique Financial Times.

Des critiques balayées d'un revers de main par M. Dmitriev, qui dénonce une "politisation" de la recherche scientifique.

"Au lieu d'attaquer constamment la Russie, qui sera le premier pays au monde à enregistrer un vaccin contre le coronavirus, il serait préférable de s'engager dans un dialogue constructif avec nous", a-t-il déclaré.

D'après le magazine Time, le président Vladimir Poutine a déclaré qu'une de ses filles a déjà été inoculée du vaccin, gage de sa fiabilité.

Selon les autorités russes, les enseignants et le personnel médical devraient commencer à être vaccinés dès le mois d'août avant que le vaccin ne soit mis en circulation le 1er janvier 2021 dans la population.

Le nom du vaccin, Spoutnik V, renvoie à la victoire politico-scientifique qu'était la mise en orbite du satellite Spoutnik 1 par l'URSS en pleine Guerre Froide.

Tedros Adhanom Ghebreyesus garde l'espoir face au coronavirus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG