Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

Tigré: Washington brandit la menace de nouvelles sanctions

Un milicien armé non identifié croise des villageois qui s'enfuient avec quelques biens, près du village de Chenna Teklehaymanot, dans la région d'Amhara, au nord de l'Éthiopie, le 9 septembre 2021.

Le président américain Joe Biden a signé vendredi un décret qui permettra à son administration de prendre des sanctions contre les protagonistes du sanglant conflit dans la région éthiopienne du Tigré, s'ils ne s'engagent pas vers une solution négociée.

Ce conflit "est une tragédie", a estimé Joe Biden dans un communiqué, se disant "horrifié par les informations sur des meurtres de masse, de viols et d'autres violences sexuelles destinées à terroriser les populations civiles."

Ce décret "établit un régime de sanctions pour augmenter la pression sur toutes les parties qui alimentent ce conflit afin qu'elles viennent à la table des négociations", et pour que "l’Erythrée retire ses troupes", a expliqué un haut responsable de l'administration américaine lors d'un point presse.

Il a précisé que les Etats-Unis ne prendraient pas dans l'immédiat de mesures, mais se dotaient du cadre pour le faire si nécessaire.

Le nouveau dispositif donnera au département du Trésor "l'autorité nécessaire" pour imposer en temps voulu des sanctions contre le gouvernement éthiopien, le gouvernement érythréen, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) et le gouvernement de la région de l'Amhara, selon le communiqué du président.

Faute d'avancées "concrètes", les Etats-Unis sont "prêts" à sanctionner des individus ou des entités "dans les semaines" à venir, a dit le haut responsable, sans donner toutefois les noms des personnes physiques ou morales qui pourraient être visées.

Ces avancées "concrètes" permettant d'éviter des sanctions pourraient être d'accepter une médiation de l'Union africaine ou de permettre des convois humanitaires quotidiens, a-t-il précisé. "Une autre voie (que celles des sanctions) est possible", a-t-il indiqué.

Les Etats-Unis avaient déjà annoncé fin août des sanctions contre un haut responsable militaire érythréen pour des exactions.

Le nord de l’Ethiopie est ravagé par de violents combats depuis que le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée au Tigré, pour destituer les autorités régionales issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Le régime érythréen a soutenu militairement Addis Abeba en envoyant des troupes dans cette région qui borde sa frontière sud.

Ce conflit a fait des milliers de morts et placé des centaines de milliers d'habitants dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU.

Toutes les actualités

Des Centrafricains demandent l'ouverture d'une enquête sur le groupe Castel à Bangui

Des Centrafricains demandent l'ouverture d'une enquête sur le groupe Castel à Bangui
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

Manifestations dans l'Ohio après que des policiers criblent de balles un automobiliste

Manifestations dans l'Ohio après que des policiers criblent de balles un automobiliste
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Des centaines de Soudanais ont manifesté contre les militaires au pouvoir

Des centaines de Soudanais ont manifesté contre les militaires au pouvoir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Ouverture d'une enquête sur les activités de Castel avec des groupes armés centrafricains

Ouverture d'une enquête sur les activités de Castel avec des groupes armés centrafricains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Plainte à l'ONU de militants sahraouis contre le Maroc pour "détention arbitraire"

Début juin, quatre plaintes ont été déposées contre le Maroc devant le Comité des Nations unies contre la torture, concernant quatre activistes sahraouis.

Dix-huit indépendantistes sahraouis, incarcérés au Maroc pour l'assassinat de membres des forces de l'ordre en 2010 dans l'affaire dite de Gdeim Izik, ont déposé une plainte contre le royaume auprès de l'ONU pour "détention arbitraire", a indiqué vendredi un groupe de soutien.

Cette affaire tient son nom du camp où avaient été tués en novembre 2010 onze policiers et gendarmes marocains près de Laâyoune, la capitale du Sahara occidental administré par Rabat depuis la fin de la colonisation espagnole.

"Les prisonniers de Gdeim Izik déposent une plainte contre le Maroc auprès du Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations unies alléguant des actes de torture et de répression politique", précise un communiqué du groupe de soutien de Genève pour la protection et la promotion des droits humains au Sahara occidental.

Le groupe ajoute que "les Sahraouis qui militent en faveur de l'autodétermination sont soumis à des pratiques discriminatoires et ont été condamnés à de longues peines d'emprisonnement sur la base d'aveux entachés de torture".

Ces activistes indépendantistes font partie d'un groupe de 23 Sahraouis condamnés à des peines allant de deux ans de prison à la perpétuité dans le cadre de l'affaire de Gdeim Izik.

Début juin, quatre plaintes ont été déposées contre le Maroc devant le Comité des Nations unies contre la torture, concernant quatre activistes sahraouis, dont trois condamnés dans l'affaire de Gdeim Izik "gravement torturés", avaient annoncé des ONG.

La coordination des familles des victimes du camp de Gdeim Izik a, elle, dénoncé dans un communiqué "une dangereuse tentative de galvauder les faits, transformant les criminels en victimes".

Le conflit du Sahara occidental -vaste territoire désertique riche en phosphates et aux eaux très poissonneuses- oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par l'Algérie.

Tandis que Rabat prône un statut d'autonomie sous souveraineté marocaine, le Polisario réclame un référendum d'autodétermination, prévu par l'ONU lors de la signature en 1991 d'un cessez-le-feu, mais qui ne s'est jamais concrétisé.

Voir plus

XS
SM
MD
LG