Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

Des ex-rebelles tchadiens rejetés par leurs anciens compagnons

Après avoir pris le pouvoir, Mahamat Idriss Déby a rapidement tendu rapidement la main aux rebelles, en les invitant à participer à un dialogue avec les autorités. (AFP, archives)

Après des années d'exil des rebelles se décident à rentrer au pays suite à la main tendue par le pouvoir en place.

Quand il a posé les pieds au Tchad pour la première fois depuis 13 ans, Younous Wakaï Djimmy a ressenti "une émotion particulière". L'ancien rebelle, qui a connu le maquis puis l'exil après avoir combattu l'ancien président Idriss Déby Itno, a décidé de rentrer à l'appel du nouveau chef de l’État.

Ancien dirigeant de l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD), Wakaï Djimmy avait rejoint ce groupe rebelle - un des principaux du pays - en 2005, "alors que le Tchad était une dictature", soutient-il à l'AFP. Il avait pris les armes contre Idriss Déby, arrivé au pouvoir en 1990 et qui a dirigé le pays d'une main de fer jusqu'à sa mort en avril 2021, tué lors d'une offensive d'autres rebelles.

Le jour de cette annonce, son fils, Mahamat Idriss Déby, général de 37 ans, prend la tête de ce vaste pays d'Afrique centrale parmi les plus pauvres au monde. Il tend rapidement la main aux rebelles, en les invitant à participer à un dialogue avec les autorités.

Si certains de ses anciens compagnons d'armes restent prudents quand aux intentions des nouvelles autorités, Wakaï Djimmy se décide vite à prendre "de nombreux contacts avec le pouvoir". "Je veux donner le bénéfice du doute au nouveau président", affirme-t-il. Aujourd'hui, cet ingénieur agronome de formation, est à la recherche d'un emploi. "Mais je ne mets pas mon passé de rebelle sur mon CV, cela pourrait décourager les recruteurs", sourit-il.

"Pas un kopeck"

Le retour de l'ancien dirigeant rebelle à N'Djamena, la capitale, le 28 août 2021, a été critiqué par certains de ses anciens compagnons d'armes, qui l'ont accusé de s'être fait acheter. "Je n'ai pas touché un kopeck", répond-il aux accusations, implorant ses anciens camarades de comprendre qu'"il est temps d'arrêter cette guerre pour que le Tchad se développe".

"Je gagnais très bien ma vie en tant que pasteur en Suisse", assure de son côté Kingabé Ogouzeïmi de Tapol, après 30 années en exil. Il y a quelques semaines, il était l'influent porte-parole du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT) qui a lancé l'offensive fatale au maréchal Déby.

Il avait fui son pays en 1992, deux ans après le coup d’État ayant porté Idriss Déby au pouvoir, et obtenu l’asile en Suisse, tout en se tenant à distance des responsabilités dans des groupes rebelles successifs.

"On ne se réjouit jamais de la mort d’un homme", affirme à l'AFP, à propos du maréchal Déby, l'ex-rebelle de 62 ans, hébergé dans un luxueux hôtel de N'Djamena où il est rentré fin janvier sous l'objectif des caméras de la télévision d’État. La photo de sa poignée de main, alors, avec Mahamat Déby illustre désormais son profil de messagerie.

Le FACT l’a exclu pour "haute trahison et intelligence avec l’ennemi". "Il est temps d'utiliser d'autres leviers que la guerre", réplique le repenti pour sa défense. "Je suis rentré aussi parce que je n'ai toujours pas pu aller sur la tombe de ma mère, qui est morte quand j'étais en exil", poursuit-il, visiblement ému.

"Retour au bercail"

Cette main tendue des autorités sert, "si ce n'est à décapiter, au moins à diviser les groupes armés", qui ont multiplié les offensives sous l'ancien président, estime Kelma Manatouma, chercheur tchadien en sciences politiques à l'université Paris-Nanterre.

"Pas du tout", rétorque Abderaman Koulamallah, porte-parole du gouvernement, "nous voulons simplement leur retour au bercail pour la paix". Selon les autorités, "plusieurs centaines d'anciens rebelles" combattants ont déposé les armes depuis 10 mois et sont rentrés à N'Djamena, souvent aussi devant photographes et cameramen.

Mahamat Doki Warou, ancien conseiller politique de l'Union des forces pour la résistance (UFR), a été reçu par le nouveau chef de l’État au palais présidentiel, peu de temps après son retour, en août 2021. Il a été nommé par Mahamat Déby au Parlement de transition désigné par la junte en remplacement de celui qu'elle avait dissout.

"J'avais de profondes divergences avec Idriss Déby, mais je n'ai rien contre le fils et je veux donner une chance au Tchad de sortir de ces années de guerre", assure-t-il.

Le nouvel homme fort du Tchad a invité à Doha 23 mouvements, dont des membres de l'UFR, de l'UFDD et du FACT, aux appartenances ethniques et aux intérêts souvent différents, en vue de les amener à participer au "Dialogue national inclusif" censé débuter le 10 mai à N'Djamena avec les oppositions politiques et armées, en vue d'organiser des élections "libres et démocratiques". Prévu pour débuter le 27 février, le "pré-dialogue" au Qatar a été finalement retardé de "quelques jours" et doit commencer le 13 mars.

Toutes les actualités

Lancement des manœuvres militaires "African Lion 2022" à Agadir

Lancement des manœuvres militaires "African Lion 2022" à Agadir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

N'Djamena accueille une rencontre autour de l’accès à l’eau potable en Afrique

N'Djamena accueille une rencontre autour de l’accès à l’eau potable en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Les retraités tchadiens réclament leurs pensions

Blagué Jean, porte-parole du comité́ de crise contesté par le DG de la CNRT, en veste de couleur grise au milieu (VOA/André Kodmadjingar).

Au Tchad, une partie des retraités militaires, civils, veuves et orphelins ont constitué un comité de crise. Ils exigent le départ du directeur général de la CNRT, la Caisse nationale des retraites du Tchad.

"Nous ne voulons pas de l'actuel directeur de la Caisse nationale des retraites du Tchad": c’est le slogan scandé par une foule de personnes à N'Djamena, visiblement affaiblies par l’âge et rongées par la faim.

Ce groupe de retraités revendique plusieurs arriérés de paiements qui, selon eux, remontent à 10 ans pour certains et 5 ans pour d’autres. En colère, ils estiment que leur argent est utilisé à d’autres fins alors qu’eux, les ayants-droit, meurent à petit feu.

"Nous avons combattu pour le Tchad et les gens ne veulent pas nous payer. C’est depuis le matin que je suis là et je n’ai même pas pris un verre de thé", raconte un retraité avec beaucoup de peine.

Une revendication balayée du revers de la main par Laring Bao, le directeur général de la Caisse nationale des retraites du Tchad (CNRT), pour qui ce remue-ménage n'est que l'apanage d'un groupuscule manipulé.

Selon M. Bao, son agence s'est entendue avec un syndicat représentant 32.000 retraités et il ne comprend donc pas qu'un petit groupe d'environ 60 personnes veut jouer les chevaliers solitaires.

Le comité́ de crise des retraités en sit-in demandant le départ du DG de la CNRT (VOA/André Kodmadjingar)
Le comité́ de crise des retraités en sit-in demandant le départ du DG de la CNRT (VOA/André Kodmadjingar)

Un argumentaire qui peine à convaincre: ces retraités constitués en "comité de crise" disent n’appartenir à aucun syndicat et affirment qu'ils ont désigné leur propre porte-parole, Jean Blagué. "Nous demandons le départ du DG et de son équipe. Il y a beaucoup des Tchadiens qui peuvent nous aider à entrer dans nos droits", vocifère un des manifestants.

Pour M. Bao, Jean Blagué n'est qu'un agitateur.

"On l’a averti une fois, une deuxième fois nous avons porté plainte contre lui mais il y a eu des négociations et on l'a laissé tomber", dit-il. "Il menace de fermer la porte, on est obligés de faire recours aux forces de l’ordre", ajoute-t-il.

Entre temps, dit-il, tout est prêt pour déclencher le paiement des pensions de retraite d’ici la fin de la semaine en cours.

Lac Tchad: plus de 800 jihadistes tués en deux mois selon la Force multinationale

Près de 3.000 soldats ont été engagés dans ces actions aériennes, terrestres et navales.

Plus de 800 jihadistes ont été tués en deux mois sur des îles du Lac Tchad, aux confins du Nigeria, du Niger, du Cameroun et du Tchad, dans des opérations de la Force conjointe (FMM) de ces pays, a assuré mardi cette force.

Du 28 mars au 4 juin, la FMM a conduit une opération conjointe dénommée "Lac Sanity" (Intégrité du Lac) dans les îles du Lac Tchad et des localités voisines en vue de "neutraliser" des "terroristes de Boko Haram et de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap)", explique un rapport de la FMM reçu mardi par l'AFP.

Selon la FMM, l'opération a été "un succès retentissant (avec) sur l'ensemble de l'opération (avec) 805 terroristes neutralisés (tués), la destruction ou la capture de 44 véhicules, 22 motos et une multitude d'armes lourdes et légères".

Près de 3.000 soldats ont été engagés dans ces actions aériennes, terrestres et navales, lancées dans un premier temps par le Cameroun, le Niger et le Nigeria qui ont été rejoints par le Tchad "45 jours" après son déclenchement, précise le document.

Une trentaine de jihadistes tués dans la région du Lac Tchad, selon les autorités
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:51 0:00

Une "importante" quantité de munitions a été également saisie et "des lieux de fabrication" d'engins explosifs improvisés (EEI) ont été "détruits". La FMM déplore une vingtaine de blessés par des EEI dans les rangs de l'armée nigérienne, dont un dans un état grave.

Le bassin du lac Tchad, qui étire ses rives entre le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad est une vaste étendue d'eau et de marécages où les groupes jihadistes Boko Haram et son rival Iswap ont installé des repaires dans les innombrables îlots dont il est parsemé. Pour les combattre, en 2015, les armées de ces quatre pays ainsi que celle du Bénin, ont réactivé une Force multinationale mixte (FMM), créée en 1994.

L'insurrection de Boko Haram est apparue en 2009 au Nigeria avant de se propager dans les pays voisins. Depuis, plus de 36.000 personnes – principalement au Nigeria – ont été tuées, et 3 millions ont dû fuir leur domicile, selon l'ONU.

Six leaders de Wakit Tamma condamnés par un tribunal tchadien

Six leaders de Wakit Tamma condamnés par un tribunal tchadien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG