Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Soulagement occidental après la reprise des exportations de pétrole en Libye


De la fumée et des flammes montent d'un réservoir de stockage de pétrole incendié au milieu des combats entre les factions rivales au terminal de Ras Lanuf, en Libye, le 18 juin 2018.

"La production de pétrole et les installations et recettes pétrolières libyennes appartiennent au peuple libyen (...) il faut laisser la Compagnie pétrolière nationale travailler au nom de tous les Libyens", soutiennent Washington, Paris, Rome et Londres dans une déclaration conjointe.

Les Etats-Unis, la France, l'Italie et le Royaume-Uni se sont félicités jeudi de la reprise des exportations de pétrole libyen et ont réitéré leur appel à l'organisation d'élections "dès que possible" dans ce pays.

"La production de pétrole et les installations et recettes pétrolières libyennes appartiennent au peuple libyen (...) il faut laisser la Compagnie pétrolière nationale travailler au nom de tous les Libyens", ont souligné les gouvernements des quatre pays occidentaux en première ligne sur le dossier libyen dans la déclaration.

Les exportations de pétrole ont repris mercredi dans le "croissant pétrolier" libyen, après plus de deux semaines d'arrêt dû à un bras de fer entre autorités politiques rivales sur la gestion des stratégiques revenus de l'or noir.

Le maréchal Khalifa Haftar, à la tête de l'Armée nationale libyenne (ANL), avait remis fin juin la gestion des installations pétrolières sous son contrôle au gouvernement parallèle, installé dans l'est de la Libye.

>> Lire aussi : Réouverture des terminaux pétroliers dans l'est de la Libye

Les pays occidentaux, l'ONU et l'Union européenne avaient alors rappelé, à l'unisson du Gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli, "les droits exclusifs" de la compagnie nationale de pétrole à exporter le pétrole.

Les quatre pays occidentaux ont aussi mis l'accent sur la nécessité de poursuivre les efforts vers une transition politique dans ce pays, toujours plongé dans le chaos sept ans après l'intervention occidentale qui a conduit à la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

"Nous sommes solidaires des dirigeants libyens qui travaillent en vue d'un processus politique inclusif (...) qui conduira à des élections nationales crédibles, pacifiques et bien préparées dès que possible", ont-ils relevé, sans mentionner le calendrier arrêté lors de la conférence de Paris le 29 mai.

Le président français Emmanuel Macron avait alors obtenu des quatre principaux protagonistes de la crise un accord pour l'organisation d'élections le 10 décembre, une échéance jugée ambitieuse par nombre d'observateurs au vu des rivalités entre fractions sur le terrain.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG