Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Soudan: le mouvement de contestation veut un gouvernement civil "immédiatement"

Un manifestant soudanais célèbre la démission du ministre, Awad Ibn Auf, à la tête du conseil militaire, à Khartoum, au Soudan, le 13 avril 2019. REUTERS / Stringer

Le mouvement de contestation au Soudan a exhorté les nouveaux dirigeants militaires à transférer "immédiatement" le pouvoir à un gouvernement civil, les généraux ayant auparavant appelé les partis politiques à s'entendre sur une figure "indépendante" comme Premier ministre d'un exécutif civil.

Après la destitution, jeudi, du président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 30 ans, des milliers de Soudanais campent toujours devant le QG de l'armée à Khartoum pour faire pression sur les militaires.

"Nous continuerons à organiser nos sit-in jusqu'à la satisfaction de nos demandes", a clamé dimanche Omar el-Digeir, l'un des chefs de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance du mouvement de contestation qui secoue le pays depuis le 19 décembre.

Le Conseil militaire de transition, qui tient désormais les rênes du pays, a semblé le même jour aller dans le sens des manifestants en demandant à des responsables de partis politiques de se mettre "d'accord sur une personnalité indépendante qui deviendrait Premier ministre et sur un gouvernement civil".

"Nous voulons mettre en place un Etat civil basé sur la liberté, la justice et la démocratie", a affirmé un des membres du Conseil, le général Yasser al-Ata lors d'une réunion avec ces partis politiques à Khartoum.

Le ministère des Affaires étrangères a affirmé que le général Abdel Fattah al-Burhane, à la tête du nouveau pouvoir militaire, s'était "engagé à instaurer un gouvernement entièrement civil", mais sans donner de calendrier.

"Le rôle du conseil militaire sera de maintenir la souveraineté du pays", a ajouté le ministère.

Le Conseil militaire doit "transférer immédiatement" le pouvoir à un gouvernement civil, a exigé dimanche dans un communiqué l'Association des professionnels soudanais, membre de l'ALC au côté des partis d'opposition.

Elle a également appelé le futur "gouvernement de transition et les forces armées à faire juger Béchir, tous les chefs du NISS", redoutable service de renseignement, ainsi que ceux "ayant commis des crimes contre l'humanité et un génocide" dans la région occidentale du Darfour, ainsi que dans celles méridionales des monts Nouba et du Nil Bleu.

- "Eliminer les racines" du régime -

Peu après, le Conseil militaire a annoncé la nomination d'un nouveau chef du NISS, le général Aboubaker Moustafa, succédant au redouté Salah Gosh dont la démission avait été annoncée samedi, et le limogeage du chargé d'affaires en poste à Washington, Mohamed Atta, un ancien chef des services de renseignements.

Samedi soir, les chefs de la contestation avaient demandé la restructuration du NISS, également acteur ces quatre derniers mois de la répression des manifestants, qui a fait des dizaines de morts, selon l'ALC.

Le général Burhane a promis "d'éliminer les racines" du régime d'Omar el-Béchir.

Il a par ailleurs annoncé la libération de tous les manifestants arrêtés ces dernières semaines et la levée du couvre-feu nocturne imposé jeudi par son prédécesseur, le général Awad Ibn Ouf, qui avait démissionné après une journée seulement à la tête du Conseil.

Il s'est également engagé à faire juger les personnes ayant tué des protestataires.

"Il est crucial que les nouvelles autorités soudanaises mènent une enquête sur le rôle de Salah Gosh dans le meurtre de nombreux manifestants", a souligné l'ONG Amnesty International.

Le Conseil militaire compte toutefois parmi ses dix membres plusieurs piliers du régime de Béchir, dont le chef de la police.

- Béchir pas extradable -

Dans un communiqué samedi soir, le général Burhane a nommé au sein du Conseil l'adjoint du chef du NISS ainsi que Mohamad Hamdan Daglo, chef des opérations des paramilitaires de la Force de soutien rapide, surnommé "Himeidti" et accusé de violations des droits humains au Darfour (ouest).

Dimanche, "Himeidti" a reçu au palais présidentiel le chargé d'affaires américain Steven Koutsis. Il l'a informé des "mesures prises par le nouveau pouvoir pour préserver la sécurité et la stabilité dans le pays", selon l'agence officielle Suna.

Parmi les mesures décrétées dans la foulée de la destitution de M. Béchir figuraient un cessez-le-feu à travers le pays, notamment au Darfour, où un conflit a fait plus de 300.000 morts depuis 2003 selon l'ONU. Ces dernières années, le niveau de violence a cependant baissé dans la région.

Amnesty a appelé samedi les autorités à dévoiler rapidement le lieu où se trouve le président déchu Omar el-Béchir, 75 ans, arrivé au pouvoir après un coup d'Etat en 1989, et à le remettre à la Cour pénale internationale (CPI).

En 2009, cette cour basée à La Haye avait lancé un mandat d'arrêt contre lui pour "crimes de guerre" et "contre l'humanité" au Darfour, ajoutant l'année suivante l'accusation de "génocide".

Le conseil militaire a toutefois affirmé qu'il refuserait d'extrader M. Béchir ou tout autre citoyen soudanais.

L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, généralement réticents aux révoltes populaires selon des analystes, ont de leur côté réagi prudemment aux bouleversements en cours au Soudan.

Les deux capitales, qui craignent une descente aux enfers du pays qui déstabiliserait la Corne de l'Afrique et nuirait à leurs intérêts, ont exprimé l'espoir d'une "transition pacifique" tout en formulant de vagues promesses d'aide au Soudan qui s'enfonce dans un chaos économique.

De son côté, le Qatar, qu'un grave différend oppose depuis près de deux ans à ses voisins saoudien et émirati et qui a eu une certaine influence sur le régime de Béchir avant que celui-ci ne se rapproche de Ryad, observe un silence gêné.

Le ministère des Affaires étrangères soudanais a appelé la communauté internationale à "soutenir le Conseil militaire de transition (...)" afin de "réaliser une transition démocratique".

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Référendum en Egypte: la révision constitutionnelle controversée renforçant Sissi approuvée

Un poster géant du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi au Caire, en Égypte, le 25 mars 2018.

La révision constitutionnelle controversée permettant la prolongation de la présidence d'Abdel Fattah al-Sissi, et renforçant les pouvoirs de l'ex-maréchal, a été approuvée par référendum à 88,83%, a annoncé mardi l'Autorité nationale des élections.

Le président de cet organisme, Lachine Ibrahim, a précisé lors d'une conférence de presse au Caire que 11,17% des électeurs "se sont prononcés contre" cette réforme et que "le taux de participation (...) a atteint 44,33%".

Les Egyptiens ont voté du samedi 20 au lundi 22 pour ou contre la modification de plusieurs articles de la Constitution de 2014, qui limitait notamment la présidence à deux mandats consécutifs de quatre ans.

Le scrutin de trois jours s'est déroulé "dans un climat démocratique stimulé par la liberté", a insisté M. Ibrahim. Mais le référendum a été organisé en un temps record, quatre jours après un vote au parlement, et sans véritable débat de fond dans les médias sur les enjeux de la réforme.

"Le référendum s'est déroulé dans un environnement tellement injuste et non libre que ses résultats ne peuvent prétendre à une quelconque légitimité", a dénoncé Michael Page, directeur adjoint de l'ONG Human Rights Watch pour l'Afrique du nord et le Moyen-Orient.

Le président Sissi a rendu hommage sur Twitter à ses concitoyens "qui ont ébloui le monde par leur conscience nationale des défis auxquels est confrontée notre chère Egypte".

L'ex-maréchal, aujourd'hui âgé de 64 ans, a été élu président en 2014 avec 96,9% des voix, un an après avoir renversé avec l'armée, à la faveur d'un mouvement populaire, le président islamiste Mohamed Morsi. Il a été réélu en 2018 à 97,08%.

La révision constitutionnelle permet de faire passer le deuxième mandat de M. Sissi de quatre à six ans, portant son terme à 2024. L'ex-maréchal pourra se représenter à un troisième mandat, de six ans, lors de l'élection de 2024.

Environ 27 millions d'électeurs se sont rendus aux urnes sur les plus 61 millions enregistrés dans le pays le plus peuplé du monde arabe, selon M. Ibrahim.

- "Dangereux précédent" -

Au-delà du mandat présidentiel, la révision constitutionnelle permet le contrôle du chef de l'Etat sur le système judiciaire, avec un pouvoir de nomination des chefs de juridictions. La réforme octroie également un pouvoir politique à l'armée, pilier du régime de M. Sissi.

"Ces amendements constitutionnels renforcent l'exécutif et l'armée au détriment d'un système judiciaire et législatif affaibli", a expliqué à l'AFP Mai El-Sadany, responsable des questions juridiques au groupe de réflexion The Tahrir Institute for Middle East Policy (Timep), basé à Washington.

Selon elle, la réforme "mine la séparation des pouvoirs, porte atteinte à l'Etat de droit et réduit au silence les espaces pour la dissidence indépendante".

Pour Moustafa Kamel al-Sayed, professeur de sciences politiques à l'Université américaine du Caire, les amendements créent un "dangereux précédent".

"Le pouvoir sera concentré entre les mains d'un seul homme (le président). Il sera très difficile de revenir en arrière car qui abandonnera autant de pouvoir?", a-t-il déclaré à l'AFP.

Les partisans de la révision constitutionnelle défendent de leurs côtés sa nécessité pour la stabilité du pays, dans un pays en crise économique et voisin de plusieurs pays troublés, en Afrique et Moyen-Orient, comme le Soudan et la Libye.

Avec AFP

La page des sports du 23 avril avec Yacouba Ouédraogo

La page des sports du 23 avril avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:58 0:00

Un festival pour encourager la production de café

Un festival pour encourager la production de café
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Les dirigeants africains au chevet du Soudan

Les dirigeants africains au chevet du Soudan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:12 0:00

33 morts dans des inondations et glissements de terrain en Afrique du Sud

Le port de Durban, en Afrique du Sud, le 25 mars 2013.

Au moins 33 personnes ont été tuées mardi par des pluies torrentielles qui ont provoqué des inondations et des glissements de terrain à Durban et dans sa province, sur la côte est de l'Afrique du Sud, ont annoncé les autorités.

"Les fortes pluies ont fait 33 morts", a déclaré Mme Nomusa Dube-Ncube, ministre de la province du KwaZulu-Natal, dont Durban est la principale métropole.

Dix enfants sont portés disparus à Durban et 42 personnes ont été blessés, a-t-elle ajouté. Parmi les morts figure un bébé de six mois et un enfant d'une dizaine d'années.

Au moins 145 personnes ont été déplacées par les inondations, selon le gouvernement.

En plus de maisons écroulées et de routes inondées, des conduites d'évacuation d'eau sont bouchées et des pylones électriques sont tombés.

Des renforts militaires ont été envoyés en soutien aux services de secours dans certaines zones particulièrement touchées par les pluies.

Les précipitations ont touché durant le week-end et la nuit de lundi à mardi tout le sud et l'est de l'Afrique du Sud.

Les services météorologiques sud-africains ont averti de la poursuite jusqu'à mercredi de cette épisode de précipitations, pouvant notamment affecter les axes routiers et les ponts situés dans les zones les plus basses du pays.

Voir plus

XS
SM
MD
LG