Liens d'accessibilité

Six villageois tués dans le centre du Nigeria ce weekend


Bovins à Zango dans l'Etat de Kaduna le 22 mars 2014.

Ils ont probablement été tués par des éleveurs nomades, ont annoncé lundi le gouverneur de l'Etat et un ancien parlementaire.

L'attaque contre le village de Goska, près de Kafanchan, dans l'Etat de Kaduna (170 km au nord-est d'Abuja), s'est déroulée entre samedi et dimanche, malgré un couvre-feu de 24 heures imposé dans cette région en raison des incidents incessants entre éleveurs et agriculteurs sédentaires.

"Nous avons perdu six personnes, dont ma fille de 17 ans", a témoigné un ancien parlementaire local, Gideon Morik. "Les hommes armés que nous pensons être des éleveurs (de l'ethnie) fulani ont attaqué le village tard samedi et ont continué jusqu'à dimanche."

Les attaquants ont aussi fait de nombreux blessés et rasé plusieurs maisons, selon lui.

Le gouverneur de l'Etat, Nasir El-Rufai, a condamné l'attaque dans un communiqué lundi, promettant de capturer les assaillants.

"Nous verrons la fin de ces messagers de l'enfer" qui attaquent nos communautés, a-t-il dit.

Au moins six personnes avaient été tuées le week-end précédent dans des violences communautaires entre éleveurs nomades Fulani et agriculteurs de l'ethnie Tiv, dans un autre Etat du centre du Nigeria, l'Etat de Taraba.

Des milliers de Nigérians ont été tués dans des attaques suivies de représailles entre agriculteurs et éleveurs Fulani au cours des dernières années, illustrant des conflits aussi fréquents que meurtriers dans le pays autour des droits de pâturage.

Les communautés, souvent divisées entre nomades (musulmans) et agriculteurs sédentaires (chrétiens) se renvoient la responsabilité des attaques, qui alimentent les tensions religieuses, notamment dans toute la ceinture centrale du Nigeria.

Avec Afp

XS
SM
MD
LG