Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

Sanctions américaines contre un Libyen accusé de "graves violations" des droits des migrants

Des journaliers migrants africains à la recherche de petits emplois attendent sous un pont dans la capitale libyenne Tripoli pour être embauchés par des employeurs potentiels, le 6 mars 2021.

Les autorités américaines le tiennent pour responsable de "l'exploitation systématique de migrants africains dans un centre de détention".

Le gouvernement américain a annoncé mardi des sanctions à l'encontre d'un citoyen libyen accusé de "graves violations des droits humains" perpétrées contre des migrants africains qui transitent par la Libye dans l’espoir de se rendre en Occident.

L'individu visé, Oussama Al Kuni Ibrahim, 45 ans, est décrit comme "un caïd" du trafic de migrants dans un communiqué du Trésor américain dont copie est parvenue à VOA Afrique.

Selon les autorités américaines, l’intéressé faisait déjà l’objet de sanctions par une décision du Conseil de sécurité de l’ONU, qui l’indexe nommément dans un rapport.

Plus précisément, il lui est reproché "des actes de violence, des enlèvements, des attaques contre des écoles, des hôpitaux, des sites religieux où des civils cherchent refuge", selon le communiqué.

En particulier, les autorités américaines le tiennent pour responsable de "l'exploitation systématique de migrants africains dans un centre de détention" en Libye, surnommé "la prison d’Oussama".

Le gouvernement américain affirme que quand des migrants sont envoyés au centre de détention pour avoir traversé illégalement le territoire libyen, M. Al Kuni ou ses sbires les soumettent à des abus divers, allant de l’extorsion au passage à tabac, en passant par la famine, les violences sexuelles, et même "le meurtre".

Selon les lois et réglementations fédérales, tous les avoirs de M. Al Kuni aux États-Unis sont désormais gelés. En outre, aucune banque ou société opérant aux États-Unis n'est autorisée à effectuer des transactions en son nom. Il est interdit de lui délivrer un visa américain.

Et parce qu'il a également été visé par des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies, tous les pays membres devraient imposer des sanctions similaires à M. Al Kuni.

A ce jour, 22 personnes connectées à la Libye sont sous le coup de sanctions économiques américaines, selon la base de données gérée par l'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département du Trésor américain, qui est l’agence responsable du gel des avoirs des individus et des entités faisant l’objet de sanctions aux États-Unis.

Contactée par VOA Afrique, l'ambassade de la Libye à Washington n'était pas immédiatement en mesure de commenter cette affaire.

Toutes les actualités

Affaire Ahmaud Arbery: la "déshumanisation" des Noirs persiste, selon René Lake

Affaire Ahmaud Arbery: la "déshumanisation" des Noirs persiste, selon René Lake
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Entretien exclusif avec Marguerite Barankitse, activiste burundaise en exil

Entretien exclusif avec Marguerite Barankitse, activiste burundaise en exil
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:30:53 0:00

VOA60 Afrique: Ethiopie, Somalie, Soudan et Burkina Faso

VOA60 Afrique: Ethiopie, Somalie, Soudan et Burkina Faso
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

Soudan: Des milliers de manifestants dans la rue

Soudan: Des milliers de manifestants dans la rue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Affaire Ahmaud Arbery: les trois accusés condamnés pour meurtre

Réactions à l'extérieur du palais de justice du comté de Glynn à Brunswick, Géorgie, le 24 novembre 2021.

Trois hommes blancs poursuivis pour avoir tué Ahmaud Arbery, un homme noir l’année dernière dans l’État américain de Georgie ont été reconnus coupables de meurtre mercredi.

Le verdict, qui intervient au terme d’ environ deux semaines de procès devant un jury composé de 12 personnes majoritairement de race blanche, met en exergue une fois de plus les questions raciales et l’usage des armes à feu qui divisent l'Amérique.

Gregory McMichael, 65 ans, son fils Travis McMichael, 35 ans, et leur voisin William "Roddie" Bryan, 52 ans, ont été reconnus coupables de meurtre, de voies de fait graves, de séquestration et d'intention criminelle de commettre un crime. Ils encourent une peine minimale de prison à vie avec possibilité de libération conditionnelle.

Procès Ahmaud Arbery: la composition raciale du jury fait polémique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00


Les jurés ont rendu leur verdict au deuxième jour des délibérations.

Durant le procès, il a été démontré que Travis McMichael a tiré trois fois à bout portant sur Ahmaud Arbery avec son fusil à pompe le 23 février 2020. L'incident avait été filmé par M. Bryan sur son téléphone portable.

Le public avait été scandalisé d’apprendre qu’aucun des hommes n’avait été arrêté, trois mois après les faits. Face au tollé, les autorités de l’État se sont saisies du dossier, mettant de côté le comté.

Durant le procès, la défense a invoqué – en vain – une loi de Géorgie qui permet à quiconque de procéder à l'arrestation des individus soupçonnés de fuir un crime grave qu'ils ont commis, mais le jury a finalement rejeté cette défense. La loi avait même été abrogée à cause de ce cas.

Les procureurs ont soutenu tout au long du procès que les accusés avaient "supposé le pire" à propos d'un homme noir qui faisait son jogging un dimanche après-midi.

À l'extérieur du palais de justice, une foule de plus de 100 personnes s'est rassemblée et a applaudi en criant "justice" et "oui" à la lecture des verdicts, certains brandissant des drapeaux dont un du mouvement Black Lives Matter.

Voir plus

XS
SM
MD
LG