Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Sécheresse inquiétante en Namibie

Arbres morts dans le désert de sel de Sosusvlei en Namibie,14 mai 2015.

La Namibie a déclaré l'état de catastrophe naturelle et a sollicité l'aide internationale en raison d'une grave sécheresse qui affecte ses récoltes, son bétail et la sécurité alimentaire.

"Les moyens de subsistance d'une majorité de Namibiens sont menacés, notamment ceux qui dépendent des activités de l'agriculture", a déclaré la Première ministre, Saara Kuugongelwa-Amadhila, devant le Parlement.

"La plupart des régions souffrent de pénuries d'eau car la plupart des bassins sont secs ou n'ont pas reçu assez de pluie cette saison", a-t-elle précisé.

Comme le reste de l'Afrique australe, la Namibie, qui compte 2,4 millions d'habitants, souffre depuis plusieurs saisons de sécheresses aggravées par des épisodes climatiques de type El Nino, qui affecte les récoltes et le bétail.

L'état de catastrophe naturelle décrété par le président Hage Geingob devrait être maintenu pour au moins six mois.

Son gouvernement avait annoncé il y a deux semaines avoir débloqué une enveloppe d'un montant équivalent à plus de 567 millions de dollars namibiens pour venir en aide aux agriculteurs et aux populations affectées par le manque de précipitations.

La Namibie a également sollicité l'aide internationale. "Il s'agit d'un appel à toute institution ou personne susceptible de compléter les efforts du gouvernement", a précisé mardi le ministre de l'Information, Stanley Simataa.

A Genève, le porte-parole du Programme Alimentaire Mondial, Hervé Verhoosel, a déclaré "ne pas avoir encore reçu de demande écrite" des autorités de Windhoek, mais il a assuré "suivre de près la situation en Namibie."

Toutes les actualités

Un chef coutumier et 4 civils tués dans deux attaques à Beni

Soldats des FARDC à Paida, près de Beni, dans la province du Nord-Kivu en RDC, le 7 décembre 2018.

Un chef traditionnel et quatre civils ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche dans deux attaques dans le territoire de Beni, théâtre de violences permanentes dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris des sources militaire et administrative.

"Nous avons repoussé la nuit une attaque des ADF (Allied Democratic Forces, rebelles musulmans ougandais) à Magboko près d'Oicha. Les combats se sont poursuivis jusqu'à la fuite de l'ennemi que nous poursuivons. Malheureusement, deux civils ont été exécutés", a déclaré à l'AFP le major Mak Hazukay, porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu (est).

A Eringeti, situé à 30 km de cette première localité attaquée et à 60 km au nord de la ville de Beni, un chef coutumier a été tué avec deux autres civils dont une femme", a indiqué Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni.

"Si à Magboko, l'incursion des ADF ayant fait deux morts a débuté vers 23 heures, pour le cas d'Eringeti, les enquêtes sont en cours pour identifier les auteurs de cet acte", a précis M. Kibwana.

"Les victimes de Magboko ont été tuées à la machette alors que celles d'Eringeti ont été tuées par balles tirées par des éléments en uniformes non encore identifiés", a souligné Teddy Kataliko, l'un des responsables de la société civile du territoire de Beni.

"C'est inconcevable qu'un chef du village soit abattu dans un milieu où l'armée est déployée", a-t-il ajouté.

Miliciens musulmans ougandais présents dans l'est de la RDC depuis 1995, les ADF sont accusés par le gouvernement congolais et la mission de l'ONU, la Monusco, d'être responsables des massacres des civils dans la région de Beni, ayant fait plus de mille morts depuis octobre 2014.

Cette appréciation est remise en cause par un rapport du Groupe d'étude sur le Congo (GEC) de l'Université de New York, selon lequel les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces tueries, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l'armée régulière.

Le village de Mukoko déserté à Beni après les massacres (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:55 0:00

Dans l'est congolais, plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont actifs depuis plus de deux décennies.

La montée de l'extrême-droite en Afrique du Sud

La montée de l'extrême-droite en Afrique du Sud
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

La poterie de Mama Aicha : un savoir-faire ancestral

La poterie de Mama Aicha : un savoir-faire ancestral
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:37 0:00

Les nomades soudanais, loin de la révolution

Les nomades soudanais, loin de la révolution
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Finale de la CAN 2019

Finale de la CAN 2019
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:12:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG