Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Bénin

Retour au calme à Cotonou après deux jours de violences post-électorales

Les manifestants ont barricadé les rues de Cadjehoun, fief de l'ancien président du Bénin, Thomas Yayi Boni, le 2 mai 2019 à Cotonou.

Le calme semblait revenu vendredi matin à Cotonou où des militaires continuaient à bloquer le périmètre autour de la maison de l'ancien président béninois Boni Yayi, après deux jours de violences post-électorales ayant fait au moins deux morts dans le pays.

Les post-électorales ayant fait au moins deux morts dans le pays. Les rues de la capitale économique du Bénin avaient retrouvé leur animation habituelle.

"La nuit a été calme", confiait un proche de Boni Yayi, dans sa résidence du quartier de Cadjehoun, un quartier populaire de Cotonou. "Les soldats sont toujours en bas, mais ils savent que s'ils viennent pour l'arrêter, la population va le défendre", a ajouté cette source.

Les participants aux univeristés de la majorité présidentielle à Brazzaville
Les participants aux univeristés de la majorité présidentielle à Brazzaville

Tard dans la soirée de jeudi, le président de la Cour Constitutionnelle a annoncé les résultats définitifs des élections législatives de dimanche, auxquelles l'opposition n'avait pas été autorisée à prendre part, officiellement pour des raisons administratives.

Elles ont été marquées par un faible taux de participation, 27,1% selon Joseph Djogbenou, l'un des hommes forts de la présidence de Patrice Talon, contre 23% annoncés mercredi par la commission électorale dans ses résultats préliminaires.

Il a jugé que les "irrégularités" et les "perturbations" enregistrées pendant le vote n'étaient pas de nature à "compromettre la validité du scrutin".

Deux partis proches du pouvoir, le Bloc républicain et l'Union progressiste, se partageront les 83 sièges du Parlement.

Cotonou sous tension
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:01:34 0:00

Boni Yayi (2006-2016), ainsi qu'un autre ancien président, Nicéphore Solglo (1991-1996), avaient appelé les Béninois à boycotter ce scrutin qu'ils ont qualifié de "coup d'Etat électoral", puis ont lancé un ultimatum au président pour annuler le vote. "Talon marchera sur nos corps" avant d'entériner le nouveau Parlement, avait averti Boni Yayi.

Des centaines de personnes s'étaient rassemblées dans le centre de Cotonou, autour du domicile de Boni Yayi, dès mercredi après-midi, craignant que la police ne vienne arrêter l'ex-président.

Mercredi soir, deux personnes ont été tuées, une femme à Cotonou et un jeune homme de 19 ans à Kandi, dans le nord du pays, où la population a mis le feu à une importante usine de coton, secteur dans lequel Patrice Talon a fait fortune avant de se lancer en politique.

Jeudi, après deux jours de violences, l'armée et la police républicaine ont dispersé les manifestants en tirant à balles réelles sur la foule, faisant trois morts selon l'opposition.

Toutes les actualités

Appel au boycott après la demande d'évaluation des enseignants contractuels

Marche des enseignants pour dénoncer l'organisation d'une évaluation, janvier 2019 à Cotonou. (VOA/Ginette Fleure Adande)

Les enseignants du Bénin se disent mécontents à cause d'une évaluation initiée par le gouvernement en vue de régler les maux qui minent le système éducatif. Plusieurs centrales syndicales appellent au boycott de cette évaluation prévue pour le 24 août.

Les différents diagnostics des sous-secteurs de l’enseignement primaire et secondaire général ont révélé, sur les dix dernières années, un faible niveau de performance des élèves.

Les enseignants béninois mécontents
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:00 0:00

La qualité de l’enseignement dispensé et le manque d’enseignants qualifiés seraient, entre autres, les causes de cette situation du système éducatif. C’est donc pour corriger ces imperfections et redorer le blason du système éducatif que le gouvernement de Patrice Talon a décidé d’organiser une évaluation.

Ils sont plus de 10.000 enseignants contractuels appelés à passer un examen en vue de maintenir leur place au sein de la fonction enseignante. Ils accueillent la nouvelle avec beaucoup de colère.

Pour Marc Aliou, le gouvernement cherche à humilier les enseignants. "Le système éducatif dans son état actuel n'est pas la faute de l'enseignant", affirme-t-il.

"Cela ne respecte aucun texte de la République. Nous avons des types d'évaluation qui sont connus. On les laisse de côté et on nous dit de venir nous asseoir pour composer."

Première évaluation des enseignants, janvier 2019 à Cotonou. ( VOA/Ginette Fleure Adande)
Première évaluation des enseignants, janvier 2019 à Cotonou. ( VOA/Ginette Fleure Adande)

L'évaluation consistera en une composition dans les disciplines enseignées.

Félicité Tohon, enseignante depuis plus de dix ans, pense que si le niveau des enseignants est à plaindre, l'État doit se faire des reproches et y remédier sans passer par l'évaluation.

"J'ai eu mon CAPES depuis 2008 et ce n'est pas reconnu. Vous pensez que je serai aussi motivée pour travailler dans ces conditions? Je suis au même salaire depuis dix ans", confie-t-elle.

A travers trois ministres, le gouvernement a assuré, le 15 août dernier, qu'aucun enseignant ne sera laissé sur le carreau après l’évaluation. Cependant, les syndicalistes exigent un document écrit pour se prémunir contre un marché de dupe.

Assemblée générale des enseignants pour décider de la conduite à tenir, le 23 juillet 2019 à Cotonou. ( VOA/Ginette Fleure Adande)
Assemblée générale des enseignants pour décider de la conduite à tenir, le 23 juillet 2019 à Cotonou. ( VOA/Ginette Fleure Adande)

Didier Quenum, syndicaliste, est lui aussi entré dans la fonction il y a dix ans. Il est très remonté contre la décision du gouvernement d'évaluer les enseignants. Il trouve que c'est de "l'ingratitude de la part du gouvernement de chercher à se défaire des enseignants qui ont sacrifié de leur temps pour redorer le blason du système éducatif".

"Au moment où le système éducatif était à terre dans ce pays, les gouvernants n'ont pas pensé à lever le petit doigt. Et ce sont les communautaires et les contractuels locaux qui gardaient le système. Ceux qui étaient recrutés depuis 1986 étaient usés, fatigués. Et ce sont les jeunes depuis 2008 qui ont insufflé le dynamisme. Aujourd'hui, pour les remercier, on voudrait les bouter hors du métier. Nous ne céderons pas à cette pression".

Tous les moyens sont utilisés par le gouvernement pour convaincre les enseignants. Les trois ministres du secteur de l'enseignement sont, depuis quelques semaines, sur le terrain en vue de sensibiliser les enseignants sur la nécessité de cette évaluation diagnostique.

Pour Salimane Karimou, ministre de l'enseignement primaire, l'intention du gouvernement reste et demeure la redynamisation du système éducatif et rien d'autre. "Le gouvernement n'est pas là pour supprimer des emplois, mais pour les créer", a-t-elle déclaré..

"Le gouvernement n'a jamais manqué de dire que l'objectif de cette évaluation est le renforcement des capacités des enseignants. Cette évaluation ne saurait et ne va déboucher sur la perte d'emploi de qui que ce soit. Le rôle de l'État c'est de préserver les emplois qui existent. Ce n'est pas de les supprimer. Si c'était une question de licenciement, de radiation, pour des contractuels, l'État n'aurait pas besoin d'une évaluation", a souligné Salimane Karimou.

Tout le corps enseignant ne crache pas sur cette évaluation diagnostique. Certains accompagnent cette réforme et pensent que les enseignants ne devraient pas la boycotter.

C'est le cas de Franck Ahossi, qui pense aller composer le 24 août car, pour lui, "l'évaluation pourrait profiter aux enseignants".

"Puisque c'est une évaluation, cela nous permet de nous juger, de voir un peu nos aptitudes. Si ce n'est pas à caractère punitive, et si ce n'est que pour évaluer, pour voir la performance des enseignants, ça nous profitera beaucoup", explique-t-il.

Les enseignants tenant un tel discours sont mal vus par leurs pairs qui les soupçonnent, ainsi que certains syndicalistes, de pactiser avec le gouvernement pour la dégradation de la fonction enseignante au Bénin. "Nous ne céderons pas à cette pression", promet Fred Kpoviessi.

"Certains qui se disent représentants des travailleurs ont osé, de connivence avec les ministres, descendre sur le terrain pour intimider afin de mettre en œuvre leur plan machiavélique, et par conséquent, on a compris finalement qu'on n'a plus de dignes représentants", se plaint M. Kpoviessi.

Les enseignants qui ne se présenteront pas à l'évaluation seront simplement considérés comme démissionnaires et retirés de la Fonction publique. Le gouvernement a averti qu'il n'entend pas marchander.

Les enseignants béninois mécontents

Les enseignants béninois mécontents
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:00 0:00

Lancement de la fête de l’igname

Lancement de la fête de l’igname
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

#GirlsGetEqual, une campagne digitale pour protéger les filles

L'ensemble des participants au lancement de la campagne digitale "Girls get equal", le 17 juin 2019 à Cotonou, Bénin. (VOA/Ginette Fleure Adande)

"Girls get equal" est le nom de la campagne en ligne lancée au Bénin le 17 juin et qui a débuté le 1er juillet pour une durée de six mois. Il s'agit de mettre fin aux inégalités entre filles et garçons et de promouvoir un changement de comportement pour le respect des droits des filles.

Six mois de campagne digitale pour l’égalité des filles est le nouvel engagement du Réseau ouest africain des jeunes femmes leaders (Roajelf) qui participe aux côtés de Plan International Bénin au mouvement mondial "Girls Get Equal".

Campagne contre les mariages précoces et forcés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Il s’agit d’une action pour le changement des comportements dans les communautés encore assises sur de nombreux stéréotypes présentant la femme comme inférieure.

Cette campagne a notamment pour objectif de sensibiliser les populations sur les actes et autres propos dégradants qui favorisent les inégalités entre filles et garçons.

Pour la présidente du Roajelf, cette campagne était plus que nécessaire quand on sait que les inégalités commencent dès le bas âge. Marielle Degboé a surtout insisté sur les facteurs socioculturels, qui sont de véritables obstacles à la réussite totale des actions menées par l'organisation.

"Nous ne sommes pas forcément différents et nous sommes tous humains", souligne-t-elle. "Lorsqu'on arrive à porter ce regard sur la jeune fille que nous sommes ou les jeunes filles avec qui nous travaillons, on n'a pas besoin de faire remarquer que l'inégalité soit flagrante même si les traditions culturelles ne nous favorisent pas toujours".

Lancement de la campagne digitale "Girls get equal", 17 juin 2019 à Cotonou, Bénin. (VOA/Ginette Fleure Adande)
Lancement de la campagne digitale "Girls get equal", 17 juin 2019 à Cotonou, Bénin. (VOA/Ginette Fleure Adande)

​Les six mois de campagne digitale permettront au Roajelf d’engager toutes les couches sociales, à commencer par les jeunes, à travers les différentes plateformes les plus utilisées.

Les thématiques d’engagement iront des violences à l’école aux grossesses non désirées en passant par le mariage précoce, la déscolarisation, la traite des personnes, les abus sexuels sur mineurs, la question des menstruations et l’épanouissement et le bien être des filles.

Selon Plan International Bénin, cette campagne est une opportunité à saisir pour que la chance de se faire valoir soit donnée aux filles .

Paul Karl Frederick, représentant résidant de Plan International Bénin, soutient qu'il est temps "de donner une nouvelle opportunité et surtout d'établir de nouvelles règles, créer une terre nouvelle qui permet la participation des filles au Bénin, à la Cédéao, dans mon pays en Haïti ou encore dans d'autres parties du monde".

Première affiche de la campagne, 17 juin 2019 à Cotonou, Bénin. (VOA/Ginette Fleure Adande)
Première affiche de la campagne, 17 juin 2019 à Cotonou, Bénin. (VOA/Ginette Fleure Adande)

​Depuis sa création il y a dix ans, le Roajelf s'est donné pour objectif de contribuer à l'épanouissement de la femme au sein de la société. Cette campagne digitale s'inscrit dans cette logique.

"La campagne digitale 'Girls get equal' vient à point nommé pour situer la jeune fille de par son développement", souligne Tamia Koko, représentants du Roajelf en Côte d'Ivoire.

"Ensemble, nous allons réfléchir sur les différentes thématiques qu'on voudrait aborder dans le cadre de cette campagne", précise Irmine Ayihounton, représentante du Roajelf au Bénin, ajoutant espérer qu'elle permettra "réellement d'améliorer les conditions de la jeune fille dans l'espace Cédéao".

Les réalités socio-culturelles ne facilitent pas le combat et les critiques se font aussi sur certaines stratégies adoptées par les associations de défense des droits des filles et des femmes.

Le sociologue Moulero Amouzouvi estime que "dans cette lutte qui est un processus de longue haleine, le problème n'est pas de dire 50%, égalité, parité. Responsabiliser la femme aujourd'hui est le seul moyen pour elle de s'imposer à l'homme".

Plusieurs hashtags sont créés pour booster la campagne qui vise à dénoncer toute forme de sexisme et à plaider pour l’égalité des filles, comme notamment #GirlsGetEqual, #Notdifferent ou encore #Roajelf4GirlsRights.

Plan International Bénin et le Roajelf disent espérer que cette campagne digitale "Girls get equal" parviendra à repousser les inégalités dont sont victimes les filles.

De nombreux observateurs locaux et cc dénoncent régulièrement ce qu'ils appellent le tournant autoritaire du président Patrice T

Lionel Zinsou écarté pour 5 ans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG