Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

Real Madrid: "Zizou" tout-puissant ... avec tout à refaire

Zinedine Zidane avec sa femme Véronique et son fils Théo, à Kiev, le 26 mai 2018.

Page blanche à la "Maison blanche": revenu au Real Madrid avec des pouvoirs élargis, Zinédine Zidane repart de zéro samedi à Vigo pour la reprise du Championnat d'Espagne (17h00/15h00 GMT). Pré-saison inquiétante, stars conflictuelles, le mandat de l'entraîneur français s'annonce semé d'embûches.

Lorsqu'il a accepté de retrouver le banc du Real, le 11 mars, "Zizou" a reconnu qu'il relevait "un plus gros défi" que lors de son premier mandat (2016-2018).

En 2016, il avait hérité en cours d'année d'une équipe sacrée championne d'Europe un an et demi plus tôt, alors qu'il était l'adjoint de Carlo Ancelotti. Il l'avait très peu retouchée lors des mercatos successifs, faisant une confiance absolue à ses grognards - avec le succès que l'on sait: neuf trophées sur treize possibles, dont trois Ligues des champions.

Mais, cette fois, la mission est bien plus large: Zidane a été chargé de rebâtir une équipe en fin de cycle. Et, pour prix de son retour, il a obtenu les moyens de ses ambitions.

Dans un club où le président Florentino Pérez et le directeur général José Angel Sanchez ont la haute main sur le recrutement, la voix de "ZZ" a été écoutée, signe d'une influence accrue.

- Patron sportif -

Zidane réclamait "plus de force" en attaque ? Il a obtenu les venues d'Eden Hazard (pour plus de 100 M EUR) et de Luka Jovic (60 M EUR) pour épauler Karim Benzema, seul attaquant à avoir donné satisfaction la saison dernière.

Zidane disait avoir des profils "clairs" en tête pour le mercato ? Ses dirigeants ont dépensé au total plus de 300 millions d'euros et ont tenté en vain ces dernières semaines de recruter le milieu français Paul Pogba (Manchester United), adoubé publiquement par l'entraîneur merengue ("c'est un joueur différent, capable de tout faire").

Bref, avec un contrat jusqu'en 2022, "ZZ" est revenu pour être le patron sportif du Real, où il a aussi fait venir un préparateur physique français, Grégory Dupont, qui officiait auprès des Bleus lors de la victoire au Mondial-2018.

Sur le banc pour les 11 derniers matches de la saison dernière, de mars à mai, Zidane a eu tout le temps de passer en revue son effectif et d'analyser les lacunes de l'équipe, qui a terminé la saison en roue libre (3e de Liga, éliminations précoces en Coupe et en C1).

Et il a tranché dans le vif: il ne compte ni sur le Gallois Gareth Bale, ni sur le Colombien James Rodriguez. Deux stars mal-aimées qui n'ont néanmoins pas encore trouvé de porte de sortie, au grand dam du Français qui avait déclaré que la vente de Bale serait "le mieux pour tout le monde".

- Casse-têtes -

Ces deux casse-têtes ont escorté le Real pendant toute sa campagne de pré-saison, jugée pas très rassurante: 18 buts encaissés en sept rencontres, dont un humiliant 7-3 subi dans un derby en amical contre l'Atlético fin juillet.

De quoi raviver certains fantômes de la saison dernière, entre fragilité défensive persistante et créativité trop limitée. Réactif, Zidane a changé son système, mettant en place une défense à trois (3-5-2) pour consolider ses ailes, notamment dans le dos du latéral brésilien Marcelo, au replacement trop aléatoire...

"Nous allons y remédier, nous allons travailler", a promis Zidane après une victoire 5-3 contre Fenerbahçe, ternie par trois buts encaissés. "Je sais que nous allons nous en sortir, nous allons faire une très bonne saison", a ajouté le Français.

Face au Barça et à l'Atlético, qui ont dépensé sans compter cet été pour se renforcer, la priorité numéro 1 de Zidane est de reconquérir la Liga, que le Real n'a remporté qu'une fois sur les sept dernières années (en 2017, avec "ZZ").

C'est l'heure de vérité: longtemps protégé par son aura d'icône du football, "ZZ" n'aura cette fois pas d'état de grâce. Et il sera jugé sur ses choix et sur ses résultats ... La rançon du pouvoir.

Toutes les actualités

Le Soudan lancera sa première ligue féminine de foot en septembre

Le Soudan lancera sa première ligue féminine de foot en septembre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

Incertitude sur la nouvelle destination de Neymar

Incertitude sur la nouvelle destination de Neymar
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Le PSG "intransigeant" sur Neymar

Neymar lors d'un match entre le PSG et l'Olympique Lyonnais, France, le 7 octobre 2018

Le Paris SG est "intransigeant" dans ses négociations avec Barcelone et le Real Madrid pour la vente de la superstar brésilienne Neymar, ont rapporté jeudi les journaux français et espagnols, qui font état d'offres mirifiques et d'une réunion PSG-Real tenue "ces dernières heures".

Selon le quotidien catalan Sport, le Barça est prêt à payer 160 millions d'euros pour l'attaquant, qui avait quitté le club blaugrana avec fracas en 2017 en échange de la somme record de 222 M EUR, avant de faire part ces dernières semaines de son envie de retour. Cette somme pourrait être versée en deux fois, via un prêt avec option d'achat obligatoire, mais Paris a refusé.

"Les négociations sont bloquées en raison de la posture intransigeante du PSG, qui a rejeté toute proposition de prêt" et désire un transfert, a écrit Sport dans son édition de jeudi, avec ce titre en Une: "Le PSG bloque Neymar."

Le journal barcelonais Mundo Deportivo évoque des chiffres similaires: une offre de prêt sur deux saisons, avec un versement chaque année correspondant au "loyer" de ce prêt payant et une option d'achat obligatoire lors de la deuxième année à hauteur de 150 M EUR.

- Réunion à Paris -

"La négociation avec le PSG continue sur fond de refus du club français, même si le Barça attend toujours un geste décisif de Neymar: se positionner publiquement du côté blaugrana pour désactiver l'intérêt" du Real Madrid, fait valoir le quotidien.

A Madrid, le journal sportif Marca, le plus lu d'Espagne, a rapporté qu'une première réunion entre le PSG et le Real s'était tenue "ces dernières heures" à Paris.

"Un émissaire du club merengue, avec une position importante dans l'organigramme, a rencontré ces dernières heures des responsables du PSG pour évoquer le possible transfert de Neymar", a écrit Marca sur son site internet. "Les sensations après cette réunion sont optimistes au sein de la +Maison blanche+."

Quelques heures auparavant, le quotidien sportif français L'Equipe parlait précisément d'une offensive spectaculaire du Real, désireux de damer le pion à son grand rival barcelonais.

"Madrid a proposé le montage suivant: 100 M EUR en cash plus trois joueurs", à savoir trois indésirables du vestiaire madrilène, le Gallois Gareth Bale, le Colombien James Rodriguez et le Costaricien Keylor Navas, a rapporté le journal français. L'Equipe ajoute que les dirigeants parisiens l'ont refusé: "La valorisation globale de cette offre ne répond pas aux attentes parisiennes."

Enfin, L'Equipe comme Mundo Deportivo font état d'une possible irruption de la Juventus Turin dans ce dossier, sans pour autant juger la piste très sérieuse. Dénouement attendu d'ici la fin du mercato en France, en Espagne et en Italie, programmée le 2 septembre.

Votre page des sports du 21 août avec Yacouba Ouédraogo

Votre page des sports du 21 août avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:20 0:00

Le foot, pour lutter contre la stigmatisation

Le foot, pour lutter contre la stigmatisation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:45 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG