Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Quinze jihadistes et un chef de l'EI tués dans le Sinaï


Des policiers égyptiens dans le nord du Sinaï, le 26 juillet 2018.

L'un des chefs locaux du groupe Etat islamique (EI) et 15 autres jihadistes ont été tués par les forces égyptiennes dans deux incidents distincts, dans la péninsule du Sinaï.

Abou Hamza al-Maqdessi a été tué dans un raid aérien mené par l'armée égyptienne dans le cadre de l'opération "Sinaï 2018", une vaste offensive contre les jihadistes lancée en février, a annoncé le groupe EI sur Telegram.

L'armée égyptienne n'a fait aucune communication à ce sujet, mais une source de sécurité a confirmé à l'AFP sous couvert de l'anonymat la mort d'al-Maqdessi.

Ce Palestinien était chargé de la planification des attaques et de l'entraînement des combattants pour le groupe jihadiste dans le Sinaï, selon la même source.

"Il était l'un des responsables opérationnels de l'EI et avait pris part aux opérations contre l'armée", a-t-elle ajouté, précisant que l'homme, qui s'était infiltré en Egypte depuis Gaza, a été tué lundi à Sheikh Zuweid (nord du Sinaï).

Une autre source de sécurité a par ailleurs révélé mercredi à l'AFP, sans autre précision, que 15 "éléments terroristes" avaient été tués dans une opération distincte de la police dans une ferme à al-Arich, après un échange de coups de feu.

Depuis la destitution en 2013 du président islamiste élu Mohamed Morsi par l'armée, des centaines de policiers et de soldats ont été tués dans des attaques jihadistes.

Environ 300 jihadistes et une trentaine de soldats sont morts depuis le lancement, le 9 février, de "Sinaï 2018", selon des chiffres officiels.

Cette opération avait été commanditée par le président Abdel Fattah al-Sissi près de trois mois après un carnage qui a fait plus de 300 morts dans une mosquée du Sinaï.

La presse n'est pas autorisée à se rendre librement dans le Sinaï mais l'armée a organisé en juillet une rare visite à al-Arich destinée aux médias étrangers.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG