Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Présidentielle au Faso: les candidatures des favoris validées par la commission électorale


Le Pr Augustin Loada, président du Mouvement Patriotique pour le Salut (MPS) et Julien Nakolomsé, le secrétaire général du parti, nomment Yacouba Isaac Zida comme candidat aux élections présidentielles de novembre 2020, à Ouagadougou, le 25 septembre 2020.

La commission électorale nationale indépendante (Ceni) du Burkina Faso a accepté 14 des 23 candidatures reçues pour la présidentielle du 22 novembre, validant celles des principaux favoris du scrutin.

Cette sélection n'est qu’un premier tri avant celui du Conseil constitutionnel, qui a désormais dix jours pour valider ou non chacune des 14 candidatures.

"Nous avons reçu 23 candidatures. Nous avons retenu 14 candidatures et en avons invalidé 9", a déclaré le président de la Ceni, Newton Ahmed Barry, précisant que cette "liste provisoire, doit être soumise au Conseil constitutionnel qui publiera, après tous les recours possibles, une liste définitive".

Parmi les candidats retenus figurent notamment Roch Marc Christian Kaboré, qui brigue un deuxième mandat, le chef de file de l’opposition Zephirin Diabré ou encore Eddie Komboïgo, candidat de l’ancien parti au pouvoir sous l’ex-président Blaise Compaoré.

Les candidatures de l’ancien Premier ministre de la transition Yacouba Isaac Zida, en exil au Canada, et de Kadré Desiré Ouédraogo, ancien Premier ministre de Compaoré, ont également été validées.

Les candidats recalés ont pour leur part dénoncé des conditions de candidatures contraires à la constitution, notamment la caution de 25 millions de francs CFA et un parrainage d’au moins cinquante élus.

"On a rejeté ma candidature alors que ce n’est pas normal (...). Avec de telles conditions, on ne cherche pas un président intègre. Il suffit d’avoir les moyens dont on ne demande même pas l’origine", a critiqué Issa Sawadogo, un candidat indépendant qui avait été le premier à transmettre son dossier à la Ceni mais ne pourra donc se présenter.

"Chaque candidat a été mis face à lui-même, face à son dossier et après examen constate lui-même si son dossier peut être retenu ou pas en fonction des pièces fournies. Toutes les candidatures qui n’étaient pas conformes, notamment pour l’absence d’une des (onze) pièces exigées" ne pouvaient être validées, a soutenu le président de la Ceni.

Les 14 candidatures validées: Tahirou Barry (MCR), Zéphirin Diabré (UPC), Me Farama Ségui Ambroise (OPA-BF), Roch Marc Christian Kaboré (MPP), Monique Yeli Kam (MRF), Harouna Kindo (MIDE), Ablassé Ouédraogo (Faso autrement), Eddie Komboïgo (CDP), Gilbert Noël Ouédraogo (ADF-RDA), Kadré Desiré Ouédraogo (Agir ensemble), Do Pascal Sessouma (Burkina vision), Pr Abdoulaye Soma (Soleil d’Avenir), Claude Aimé Tassembedo (indépendant), Yacouba Isaac Zida (MPS).

Les 9 candidatures invalidées, (essentiellement des indépendants): Salomon Justin Yaméogo (Indépendant), Abdoulnasira Sanfo (indépendant), Lucien Bognini (indépendant), Adama Coulibaly (Indépendant), Justine Coulidiati (Indépendant), Silvère Wendpingda Salga (Indépendant), Boukari Kaboré (Pund), Issa Sawadogo (Indépendant) et Korotimi Rachya Goretti (Indépendant).

XS
SM
MD
LG