Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Pollution au plomb en Zambie: un géant minier accusé d'avoir "fermé les yeux"


Ce tribunal de Johannesburg doit décider s'il donne le feu vert à une action collective contre la filiale sud-africaine de l'entreprise.

Un avocat défendant des personnes victimes de pollution au plomb en Zambie a accusé vendredi devant un tribunal sud-africain le groupe minier Anglo American d'avoir "fermé les yeux" sur l'empoisonnement au plomb qui a touché des dizaines de milliers de personnes.

"Anglo avait connaissance de ces dangers, ou, au mieux, a fermé les yeux", a dit Gilbert Marcus, un avocat représentant les plaignants, devant un tribunal de Johannesburg.

"Les enfants tombaient déjà malades et mouraient du saturnisme, et une forte proportion d'entre eux souffraient d'un taux de plomb élevé dans le sang au moment où (l'entreprise) exerçait son contrôle sur la mine", a-t-il ajouté.

Ce tribunal de Johannesburg doit décider s'il donne le feu vert à une action collective contre la filiale sud-africaine de l'entreprise.

Les plaignants affirment que des dizaines de milliers de personnes vivant à Kabwe, une ville située à environ 150 kilomètres au nord de Lusaka, la capitale zambienne, ont été victimes d'empoisonnement au plomb, qui peut entraîner des lésions cérébrales et la mort.

L'affaire a été portée en 2020 devant la justice par 12 habitants de Kabwe qui demandent une indemnisation à la société. Ils ont saisi une haute cour d'Afrique du Sud au nom d'un groupe d'environ 140.000 femmes et enfants qui auraient été empoisonnés.

Gilbert Marcus estime que "l'héritage toxique" de la mine est encore palpable car "le plomb est un poison durable et intergénérationnel". Anglo American a nié toute responsabilité dans la pollution. La justice a autorisé en novembre trois experts de l'ONU à intervenir en tant qu'"amis de la cour", personnalités indépendantes chargées d'éclairer le tribunal.

Les mines de Kabwe ont été exploitées de 1906 à 1994. Anglo American a été directement impliquée de 1925 à 1974, dans la supervision et l'octroi de conseils techniques et médicaux, selon les plaignants.

Anglo American a déclaré qu'il n'était "pas correct" de lui attribuer la responsabilité juridique de la situation actuelle à Kabwe, car elle n'a "jamais possédé ni exploité" la mine.

Le site a toujours appartenu à la société d'Etat Zambian Consolidated Copper Mines et à ses "prédécesseurs", a-t-elle déclaré dans un communiqué vendredi. Anglo American ajoute qu'elle ne peut être tenue responsable "de la pollution et des dommages que d'autres ont causés et ont librement reconnu comme étant de leur responsabilité".

XS
SM
MD
LG