Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Rwanda

Paul Rusesabagina arrêté et accusé de terrorisme par Kigali

Paul Rusesabagina menotté après son arrestation au siège du Bureau d'enquête du Rwanda à Kigali, Rwanda, le 31 août 2020. REUTERS/Clement Uwiringiyimana

Les autorités rwandaises ont déclaré lundi avoir arrêté Paul Rusesabagina, l'homme qui a été salué comme un héros dans un film hollywoodien sur le génocide de 1994.

M. Rusesabagina, 66 ans, était joué par Don Cheadle dans le film "Hotel Rwanda", nominé aux Oscars, qui racontait comment il utilisait son poste de directeur d'hôtel et ses relations avec l'élite hutue pour protéger les Tutsis fuyant les massacres.

Lundi, deux officiers de police ont présenté le prévenu à une conférence de presse au siège du Bureau d'enquêtes du Rwanda et ont laissé les médias le filmer et le photographier. Il est accusé de terrorisme.

M. Rusesabagina, qui portait un masque facial contre le coronavirus, n'a pas dit un mot. Dans le passé, il s’était dit victime d'une campagne de diffamation au Rwanda.

"Rusesabagina est soupçonné d'être un fondateur, un dirigeant, un commanditaire ou un membre de groupes terroristes extrémistes armés violents ... opérant à partir de divers endroits dans la région et à l'étranger", a déclaré le porte-parole du Bureau, Thierry Murangira, aux journalistes. Il a ajouté que M. Rusesabagina ferait face à plusieurs chefs d'accusation dont "le terrorisme, le financement du terrorisme ... l'incendie criminel, l'enlèvement et le meurtre".

Le bureau a déclaré sur Twitter qu'il avait été arrêté "grâce à la coopération internationale, sans entrer dans les détails.

M. Rusesabagina, un critique du président Paul Kagame, s'est installé à l'étranger après le génocide et a été acclamé dans le monde entier. Il a reçu la plus haute distinction civile des États-Unis, la Médaille présidentielle de la liberté, en 2005.

Mais au pays, il a déclenché l'indignation en mettant en garde contre un autre génocide, cette fois des Tutsis contre les Hutus. Il s'est attiré les critiques de certains survivants du génocide et de M. Kagame qui l'ont accusé d'avoir exploité le génocide à des fins commerciales.

En 2010, le procureur général a déclaré à Reuters que les autorités avaient des preuves que Rusesabagina avait financé des groupes terroristes, bien qu'aucune accusation n'ait été portée. Depuis, les autorités ont déclaré qu'il avait joué un rôle dans une série d'attaques présumées des rebelles du Front de libération nationale (FLN) dans le sud du Rwanda, le long de la frontière avec le Burundi, en 2018.

Il n'a pas répondu publiquement aux accusations de soutien à des groupes armés.

Environ 800 000 Tutsis et Hutus modérés ont été massacrés en 100 jours au Rwanda à partir du 6 avril 1994. Les soldats du gouvernement, alors dirigé par les Hutus et les alliés des milices ethniques, ont orchestré le génocide au cours duquel les victimes avaient été massacrées à coups de machette, brûlées vives ou abattues par balles. Les tueries ont pris fin lorsque les rebelles tutsis, dirigés par M. Kagame, ont pris le contrôle et ont déclenché l'exode de plus de 2 millions de Hutus.

M. Rusesabagina est né de père hutu et de mère tutsi.

Toutes les actualités

Retour au pays pour les Rwandais réfractaires au vaccin anti-Covid

Des soldats rwandais patrouillent à Afungi près du complexe Total, à Cabo Delgado, le 22 septembre 2021.

La centaine de Rwandais qui étaient arrivés ces derniers jours en République démocratique du Congo (RDC) en affirmant fuir la vaccination anti-Covid dans leur pays ont été renvoyés jeudi au Rwanda, a-t-on appris de source congolaise locale.

"Tous les Rwandais en séjour irrégulier" sur l'île d'Idjwi, située sur le lac Kivu, frontalier de la RDC et du Rwanda, "ont été ramenés dans leur pays ce jeudi dans la matinée", a déclaré par téléphone à l'AFP Roger Ntambuka, responsable de la "chefferie" Ntambuka, entité administrative située dans la partie sud de l'île.

Ils étaient "101 personnes, hommes, femmes et enfants, qui ont embarqué dans un gros bateau privé", a-t-il précisé. "Ils s'opposaient à leur rapatriement mais on a négocié avec eux toute la journée d'hier, on les a forcés à embarquer", a ajouté le responsable.

Ces Rwandais étaient arrivés par petits groupes et s'étaient installés dans deux villages. Ils affirmaient fuir la vaccination contre le Covid-19, obligatoire au Rwanda dans les transports en commun, les bars et restaurants ou encore lors de conférences et meetings. Mais les habitants de l'île avaient manifesté une certaine inquiétude et s'interrogeaient sur leurs intentions.

Dans un communiqué, le gouvernement rwandais avait indiqué mercredi qu'"une poignée de Rwandais étaient partis dans des pays voisins en affirmant être contre la vaccination, principalement pour des raisons religieuses". "La plupart sont revenus ou sont en train de revenir (au Rwanda) grâce à la coopération bilatérale, y compris ceux qui se sont rendus dans l'île d'Idjwi", ajoutait le texte, en soulignant que "ces Rwandais seraient rassurés (...) et informés des bienfaits de la vaccination".

Des centaines de milliers de Hutus rwandais s'étaient enfuis vers l'est de la RDC après le génocide des Tutsi de 1994. Quelque 40.000 d'entre eux étaient venus sur l'île d'Idjwi qui n'a toutefois jamais été en proie aux violences de groupes armés qui sévissent depuis dans les provinces du Sud et du Nord-Kivu.

Des Rwandais affirmant fuir la vaccination anti-Covid arrivent sur une île congolaise

Un travailleur médical injecte une deuxième dose de vaccin Astrazeneca à un patient dans un centre de vaccination Covid-19 (coronavirus) à Kigali, le 27 mai 2021.

Une centaine de Rwandais sont arrivés ces derniers jours en République démocratique du Congo en affirmant fuir la vaccination contre le Covid-19, souvent obligatoire dans leur pays, a-t-on appris mercredi de sources locales.

Ils sont venus par petits groupes en pirogues dans le sud de l'île d'Idjwi, située sur le lac Kivu, frontalier du Rwanda et de la RDC, où les autorités cherchent toutefois à identifier formellement leur profil et les raisons de leur venue.

"Nous avons déjà enregistré au moins 100" de ces personnes, a indiqué à l'AFP Karongo Kalaja, administrateur du territoire d'Idjwi. "Ils arrivent mais jusque là on ne connaît pas les vraies raisons pour lesquelles ils fuient leur pays", a-t-il ajouté.

"101 de ces personnes avaient été recensées mardi par la chefferie (entité administrative) de Ntambuka", a précisé Idée Bakalu, président honoraire de la mutualité des ressortissants d'Idjwi vivant à Bukavu, chef-lieu de la province congolaise du Sud-Kivu. Esther Muratwa, présidente de la société civile d'Idjwi, a chiffré leur nombre à 123.

Ces Rwandais disent fuir le vaccin contre le coronavirus, mais "on ne connaît pas leurs intentions", a commenté Idée Bakalu, précisant que les autorités de la chefferie avaient entamé des "démarches pour ramener ces gens chez eux".

Selon Dunia Muhigirwa, enseignant à Idjwi, ces Rwandais, parmi lesquels se trouvent des femmes et des enfants, disent en effet "fuir le vaccin" contre le Covid-19. Ils sont en cours d'identification dans les villages de Lemera et Nyereji où, selon l'enseignant, "la majorité vit pour le moment dans des familles d'accueil".

"Leur présence nous inquiète étant donné que le motif pour lequel ils se retrouvent à Idjwi n'est pas clair", a-t-il ajouté.

Au Rwanda, la vaccination contre le Covid-19 est obligatoire dans les transports en commun, dans les bars et restaurants ou encore lors de conférences et meetings.

Des centaines de milliers de Hutus rwandais s'étaient enfuis vers l'est de la RDC après le génocide des Tutsi de 1994. Quelque 40.000 d'entre eux étaient venus sur l'île d'Idjwi qui n'a toutefois jamais été en proie aux violences de groupes armés qui sévissent depuis dans les provinces du Sud et du Nord-Kivu.

Le Niger va expulser 8 ressortissants rwandais "pour raisons diplomatiques"

Le Niger va expulser 8 ressortissants rwandais "pour raisons diplomatiques"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Policiers rwandais en RDC: villes mortes au Sud-Kivu

Policiers rwandais en RDC: villes mortes au Sud-Kivu
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

France: un Franco-Rwandais condamné à 14 ans de prison pour complicité de génocide

France: un Franco-Rwandais condamné à 14 ans de prison pour complicité de génocide
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:51 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG