Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Médias

Ouverture du premier média exclusivement féminin de Somalie

Fathi Mohamed Ahmed, rédactrice en chef adjointe de Bilan Media, pendant l'enregistrement d'un programme pour la nouvelle chaîne, avril 2022. (Avec l'aimable autorisation de Bilan Media)

Selon les initiatrices du projet, l'objectif est de combler un vide dans un paysage médiatique où les questions chères aux femmes ne sont pas abordées en détail.

La première radio et télévision somalienne gérée uniquement par des femmes a ouvert ses portes dans la capitale, Mogadiscio. Bilan Media, qui bénéficie du soutien des Nations unies, produira des contenus destinés à aborder les questions touchant les femmes et à défendre leurs droits dans ce pays jugé conservateur.

Le lancement de Bilan Media marque une nouvelle avancée dans les efforts déployés par les femmes pour obtenir leur place dans l'arène publique patriarcale de la Somalie.

Bilan signifie "clair et lumineux" en somali. Pour les fondatrices, il s'agit de faire la lumière sur les thématiques les plus importantes qui touchent les femmes.

Selon Nasrin Mohamed Ibrahim, la rédactrice en chef de Bilan Media, le projet est conçu pour surmonter les nombreux défis auxquels la communauté féminine est confrontée.

Elle précise que la nouvelle chaîne se concentrera sur des nouvelles et des reportages sur les femmes. Dans la société conservatrice de la Somalie, les questions telles que le viol, les agressions sexuelles et les problèmes médicaux des femmes sont souvent ignorées, explique-t-elle.

Nasrin Mohamed Ibrahim pendant un reportage pour le compte de Bilan Media, avril 2022. (Avec l'aimable autorisation de Bilan Media)
Nasrin Mohamed Ibrahim pendant un reportage pour le compte de Bilan Media, avril 2022. (Avec l'aimable autorisation de Bilan Media)

Pour Bilan Media, il ne s'agit pas de concurrencer les grands médias, mais de tracer sa propre voie pour faire entendre la voix des femmes et influencer les débats publics dans une société dominée par les hommes.

Audacieuses

"Dans la plupart des régions de Mogadiscio et de la Somalie dans son ensemble, il existe des médias où travaillent des hommes et des femmes, mais ces médias sont gérés par des hommes. Les préoccupations des femmes ne sont pas discutées en détail", ajoute Fathi Mohamed Ahmed, rédactrice en chef adjointe.

Selon les professionnels du secteur, le lancement d'un média exclusivement féminin est un geste audacieux dans un pays où les groupes militants islamistes n'hésitent pas à faire du mal aux journalistes, voire à les tuer.

La situation est encore pire pour les femmes journalistes qui doivent se battre contre d'autres formes de difficultés telles que le harcèlement sexuel dans les salles de rédaction, les stéréotypes, les pressions exercées par les familles ainsi que les bas salaires, par rapport à leurs homologues masculins.

Le lancement officiel de Bilan Media est prévu le 25 avril.

Une correspondance de Ahmed Mohamed à Mogadiscio. Lire l'article original >>

Toutes les actualités

Un tir israélien non-intentionnel a "vraisemblablement" tué la journaliste Abu Akleh

PALESTINIANS-ISRAEL/QATAR-ALJAZEERA JOURNALIST KILLED

Les Etats-Unis ont jugé lundi que la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh avait "vraisemblablement" été tuée par un tir provenant d'une position israélienne, sans raison de croire que sa mort ait été intentionnelle.

Les experts américains, à qui l'Autorité palestinienne avait confié la balle ayant tué la correspondante vedette d'Al-Jazeera alors qu'elle couvrait le 13 mai une opération militaire israélienne à Jénine, en Cisjordanie occupée, n'ont toutefois pas pu atteindre de conclusion définitive quant à l'origine du projectile, précise le porte-parole du département d'Etat, Ned Price, dans un communiqué.

Ces conclusions ont immédiatement donné lieu à des réactions contrastées côté israélien et palestinien: l'Etat hébreu a insisté sur le fait qu'il avait lui-même mené un examen de la fameuse balle, en présence de responsables sécuritaires américains, alors même que l'Autorité palestinienne s'était toujours refusée à lui confier la balle, tandis que Ramallah a dénoncé une tentative de "cacher la vérité".

"Nous n'acceptons pas les tentatives de cacher la vérité et nous n'avons pas peur d'accuser Israël (...) qui porte la responsabilité de l'assassinat de Shireen Abu Akleh", a ainsi commenté sur Twitter le ministre palestinien des Affaires civiles, Hussein al-Sheikh.

Tir israélien, selon l'ONU

La mort de Mme Abu Akleh, une journaliste très appréciée et reconnue d'Al Jazeera, a secoué le Proche-Orient.

Equipée d'un gilet pare-balles clairement marqué de la mention "presse" et d'un casque, elle avait été victime d'un tir à la tête et un autre journaliste avait été blessé par balle alors qu'ils s'étaient rendus aux abords du camp de réfugiés de Jénine, bastion des factions armées palestiniennes où les forces israéliennes menaient ce jour-là un raid.

Tant l'Autorité palestinienne qu'Al-Jazeera, ainsi que le pays finançant la chaîne, le Qatar, ont immédiatement accusé l'armée israélienne de l'avoir tuée.

Israël n'a cessé de rejeter ces accusations, affirmant qu'il est impossible de connaître l'origine exacte du tir, israélienne ou palestinienne, et continue d'exclure en tout état de cause un tir délibéré.

Le Haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme a quant à lui conclu le 24 juin à une responsabilité de l'armée israélienne tout en excluant, à l'instar des Etats-Unis, un tir délibéré, une enquête néanmoins rejetée comme "sans fondement" par le ministre israélien de la Défense Benny Gantz.

Des détenus s'essayent à la radio dans une prison du Colorado

Des détenus s'essayent à la radio dans une prison du Colorado
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:10 0:00

Le Colorado tente d’offrir des possibilités d’apprentissage aux détenus, notamment dans cette prison où ceux-ci peuvent s'essayer à la radio.

Les journalistes éthiopiens se disent harcelés par les autorités

Les journalistes éthiopiens se disent harcelés par les autorités
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Au cours du mois dernier, la police éthiopienne a arrêté au moins 19 journalistes et les maintient dans des centres de détention sans inculpation. Des groupes de défense des droits humains affirment que le gouvernement cible intentionnellement les journalistes.

En Éthiopie, des journalistes détenus sans inculpation

En Éthiopie, des journalistes détenus sans inculpation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Au cours du mois dernier, la police éthiopienne a arrêté au moins 19 journalistes et les maintient dans des centres de détention sans inculpation.

Face aux étudiants, Blinken dit défendre la liberté de la presse

Face aux étudiants, Blinken dit défendre la liberté de la presse
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00

Des étudiants en journalisme ont demandé au secrétaire d'État américain Antony Blinken pourquoi les États-Unis traitent avec des pays qui auraient tué des journalistes, comme l'Arabie saoudite, tout en condamnant d'autres comme Cuba, pour avoir menacé la liberté de la presse.

Voir plus

XS
SM
MD
LG