Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Ouattara réitère la volonté d'aller à la monnaie Eco et égratigne les pays anglophones d'Afrique de l'Ouest

Alassane Ouattara lors d'une visite à Berlin, en Allemagne, le 19 novembre 2019.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a balayé jeudi les critiques du Nigeria et de plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest anglophones qui ont dénoncé à Abuja la décision de remplacer le franc CFA par l'Eco, assurant que la date de juin 2020 tient toujours.

"C'est une intoxication pure et simple. Il n'y a que 5 pays qui se sont retrouvés (à Abuja) sur les 15 de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) (...) La majorité des pays n'a pas été à cette réunion. Ce n'était pas une réunion des chefs d'Etat mais de ministres et gouverneurs", a déclaré M. Ouattara.

"Ce que nous avons décidé au niveau des chefs d'Etat, notre volonté c'est de mettre l'Eco en 2020", a-t-il ajouté, précisant qu'il y avait des "conditions".

"La première condition c'est de réunir les (cinq) critères de performance: déficit de -3%, dette de moins de 70%, faible inflation etc... (...) Pour le moment, il n'y que 4 ou 5 pays dont la Côte d'Ivoire qui remplissent ces critères", a-t-il poursuivi, soulignant que le processus devait être "graduel".

"Cinq, huit, dix pays (respectant les critères) peuvent se mettre ensemble", a-t-il dit ajoutant que d'autres pouvaient ensuite les rejoindre à l'image de la zone Euro commencée à 11 et qui comprend 19 pays aujourd'hui.

"Nous voulons faire les choses par étapes. Nous ne voulons pas de précipitation mais nous ne voulons pas non plus que les pays qui ne respectent pas les critères de convergence bousculent le processus", a-t-il conclu dans une claire allusion au Nigeria.

Les six pays de la Zone monétaire ouest-africaine (WAMZ) avaient dénoncé "la déclaration visant à renommer unilatéralement le franc CFA en Eco d'ici à 2020", le 16 janvier à Abuja.

Huit pays francophones d'Afrique de l'Ouest, qui utilisent le franc CFA, avaient annoncé fin décembre leur décision de remplacer leur monnaie commune par l'"Eco" et de rompre ainsi les liens très controversés avec la France, ancienne puissance coloniale, qui accueillait notamment la moitié de leurs réserves de changes en échange de la convertibilité du CFA avec l'euro.

L'annonce surprise avait été faite par le président ivoirien Alassane Ouattara lors d'une visite à Noël de son homologue français Emmanuel Macron, au lendemain d'un sommet de la Cédéao qui avait encouragé les efforts visant à mettre en place une monnaie unique ouest-africaine d'ici à juillet.

Toutes les actualités

Ouattara salue les 100 milliards de dollars pour l'Afrique au sommet avec la Banque mondiale

Ouattara salue les 100 milliards de dollars pour l'Afrique au sommet avec la Banque mondiale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:36 0:00

Relance économique et vaccins au menu d'une réunion entre l'Afrique et la Banque mondiale

Un agent de santé au Soudan reçoit une dose d'AstraZeneca, le 9 mars 2021.

Les pays africains ont plaidé jeudi auprès de la Banque mondiale pour obtenir de nouveaux plans d'aide afin de financer leur relance économique et un meilleur accès à la vaccination contre le Covid-19, pour rattraper le lourd retard du continent dans ce domaine. 

"Beaucoup reste encore à faire pour surmonter cette crise, qui est globale. En effet, moins de 3% de la population totale en Afrique, a reçu une première dose de vaccin, contre environ 54% aux États-Unis et dans l'Union Européenne", a déploré le président ivoirien Alassane Ouattara, en ouvrant une réunion à Abidjan pour définir le futur soutien de la Banque mondiale aux pays africains.

"Nous ne nous lasserons jamais d'appeler à une restructuration de la dette accompagnée d'une politique audacieuse (...) pour soulager les besoins pressants de liquidités immédiates pour l'achat de vaccins et jeter les bases de la relance économique", a de son côté lancé Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine.

Cette réunion se tient, en présence d'une dizaine de chefs d'Etats africains, pour discuter de l'aide de la Banque mondiale à débloquer pour les trois prochaines années. Une dizaine de chefs d'Etats africains étaient physiquement présents à Abidjan.

Cette aide intervient par le biais de l'IDA (Association internationale de développement), l'institution du groupe qui aide les pays les plus pauvres de la planète.

Habituellement renouvelée tous les trois ans, elle a cette fois été avancée d'une année, pour subvenir aux besoins urgents nés de la crise sanitaire.

"Il y a un objectif clair: 40% de la population (africaine) vaccinée d'ici la fin de l'année et 60% d'ici le milieu de l'année prochaine. Nous en sommes loin, mais l'Union africaine a négocié un accord avec Johnson & Johnson pour avoir 400 millions de doses", a déclaré le n°2 de la Banque mondiale, Axel van Trotsenburg, reconnaissant que la crise du Covid-19 avait créé "un besoin massif de soutien" financier.

Kenya: l'argent destiné à la lutte contre le coronavirus a été détourné
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:16 0:00

Selon M. Faki, la crise a entraîné une augmentation "de 25 à 30 millions du nombre de chômeurs" sur le continent et "le retour de 40 millions de personnes dans l'extrême pauvreté".

Le volume annuel des prêts de l'IDA est en constante augmentation. Il a avoisiné, en moyenne, 22 milliards de dollars au cours des trois dernières années.

39 des 76 pays bénéficiaires de ces financements se trouvent en Afrique.

En mai, à Paris, la communauté internationale avait promis d'aider le continent sur le plan sanitaire, sans prendre d'engagement financier ferme.

Le parti de Ouattara dénonce une "alliance de dupes" entre Gbagbo et Bédié

Le parti de Ouattara dénonce une "alliance de dupes" entre Gbagbo et Bédié
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

La lutte contre le mariage des enfants compromise par la pandémie

La lutte contre le mariage des enfants compromise par la pandémie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:08:42 0:00

Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, chantres de la réconciliation

Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, chantres de la réconciliation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG