Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Trois policiers nigériens tués dans une attaque près du Burkina


Des habitants de Zibane-Koira Zéno, un village de la région de Tillabéri se tiennent dans le village lors d'un meeting le 12 mai 2020, après une attaque d'hommes armés quatre jours auparavant.

Au moins trois policiers nigériens ont été tués et plusieurs autres blessés dans la nuit, lors d'une attaque de jihadistes présumés contre un poste de police dans la zone dite des trois frontières, près du Burkina Faso, ont rapporté lundi à l'AFP des sources locales.

"Il y a eu une attaque du poste (de contrôle frontalier) de Petelkole dimanche (dans la) nuit. Deux policiers ont été tués et sept blessés", a précisé un élu du département de Téra, situé dans la région de Tillabéri dans l'ouest du Niger.

"Nous revenons à l'instant de Petelkole, un troisième corps de policier a été retrouvé", a de son côté affirmé un membre d'une délégation officielle de Téra qui s'est rendue sur les lieux de l'attaque.

Situé dans le département de Téra, Petelkole est un poste de contrôle frontalier situé à 10 km de la frontière avec le Burkina, pays voisin également visé par les jihadistes.

Des véhicules appartenant à des particuliers ont été également "incendiés" et "des armes ont disparu", a ajouté l'élu.

Selon une source municipale, des "hommes armés à motos" avaient déjà "tenté samedi après-midi d'attaquer le poste", avant d'être "repoussés par les policiers".

En mai 2017, deux policiers nigériens et un civil avaient été tués dans une attaque contre le même poste de Petelkole. Les assaillants avaient emporté des armes et endommagé des véhicules.

Cette nouvelle attaque survient au moment où le président nigérien Mohamed Bazoum se trouve à Ouagadougou, depuis dimanche, pour y évoquer avec son homologue burkinabè Roch Marc Christian Kaboré la situation sécuritaire dans le Sahel à la suite de la décision de la France de réduire ses forces militaires dans cette région.

"Nous avons besoin de nous donner la main, de nous soutenir mutuellement, de nous entraider pour faire face à l'un des défis auxquels nous sommes confrontés, en particulier le terrorisme", a déclaré lundi le président Bazoum lors d'une séance de travail avec Roch Marc Christian Kaboré.

"La zone de notre frontière est une bande particulièrement animée ces derniers temps et où pullulent des terroristes. Il est plus que jamais de notre intérêt que nous mutualisions nos moyens et que nous engagions une action spécifique pour les empêcher de disposer justement d'une base et faire en sorte que leur avancée s'arrête là", a-t-il souligné.

Selon lui, "l'attaque terroriste" que vient de subir le poste contrôle de Petelkole, est "un symbole de la nécessité de notre action commune, cette attaque est de nature à nous le rappeler".

"Au-delà de cette action que nous allons mener ensemble sur cet espace, nous avons besoin d'une concertation sous-régionale (...) avec tous les autres pays", a précisé le président nigérien.

Le Niger et le Burkina Faso sont en proie à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières.

Cinq États du Sahel (Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Niger et Tchad) ont constitué une force militaire multinationale pour lutter contre les groupes jihadistes qui sévissent dans la région sahélienne, mais cette force peine à monter en puissance.

Au Niger, depuis le début de l'année, des jihadistes présumés multiplient les assauts sanglants, surtout contre des civils dans la région instable et immense de Tillabéri (100.000 km2), qui est le théâtre depuis 2017 d'actions sanglantes de groupes jihadistes liés à Al Qaïda et à l'État islamique (EI).

Cette région se situe dans la zone dite des "trois frontières" entre Mali, Niger et Burkina.

Début octobre, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) a prévenu dans un rapport qu'"une crise alimentaire d'envergure" était à redouter dans cette région de Tillabéri, où près de 600.000 personnes sont déjà exposées à l'insécurité alimentaire.

XS
SM
MD
LG