Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Mozambique: Save the Children dénonce le meurtre d'enfants

Des déplacés internes, au Mozambique, le 20 décembre 2020.

Des enfants, certains âgés d'à peine onze ans, ont été victimes de meurtres dans Cabo Delgado, province stratégique du nord-est Mozambique en proie à une insurrection jihadiste, a dénoncé mardi l'ONG britannique Save the Children.

Près de 670.000 personnes ont fui les attaques des groupes armés qui terrorisent depuis plus de trois ans cette province riche en gaz naturel. Le conflit a fait au moins 2.600 morts, dont plus de la moitié de civils, selon des ONG.

"Les informations concernant des attaques contre des enfants nous dégoûtent", a commenté Chance Briggs, responsable du Mozambique au sein de Save the Children.

L'organisation relaie sur son site internet les témoignages de familles déplacées, dont celui d'une mère de 28 ans, qui raconte comment son fils de 12 ans a été décapité près de l'endroit où elle se cachait avec ses trois autres enfants.

"Cette nuit-là, notre village a été attaqué et nos maisons ont été brûlées", détaille cette mère. "Nous avons essayé de fuir dans les bois, mais ils ont pris mon fils aîné et l'ont décapité. Nous ne pouvions rien faire parce que nous aurions été tués aussi".

Une autre femme, âgée de 29 ans, explique avoir fui son village dans des conditions difficiles avec trois de ses quatre enfants, après le meurtre de son fils de 11 ans par des hommes armés.

"Toutes les parties à ce conflit doivent assurer que les enfants ne sont jamais pris pour cibles", a déclaré Chance Briggs.

"Les violences doivent cesser, et les familles déplacées doivent être soutenues", a-t-il insisté, soulignant que près d'un million de personnes étaient menacées de famine.

Un groupe désigné localement sous le nom d'Al-Shabab" ("les jeunes", en arabe) a lancé une sanglante insurrection en 2017 dans la province de Cabo Delgado à majorité musulmane, frontalière de la Tanzanie, avant de faire allégeance en 2019 au groupe Etat islamique (EI).

Début mars, Amnesty International avait accusé les forces gouvernementales mozambicaines et des mercenaires d'avoir tué sans discernement des civils, au cours de leur lutte contre la rébellion jihadiste.

Toutes les actualités

Deux députés sénégalais recherchés après des violences sur une parlementaire

ARCHIVES - Des agents de la police au centre-ville de Dakar, le 25 juillet 2017. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Deux députés d'opposition sénégalais étaient recherchés lundi par la police après des violences sur une parlementaire lors d'une bagarre jeudi à l'Assemblée nationale, a indiqué à l'AFP un haut responsable de la police.

Massata Samb a giflé la parlementaire Amy Ndiaye et Mamadou Niang lui a donné un coup de pied au ventre le 1er décembre au cours du vote du budget du ministère de la Justice, après qu'elle eut tenu des "propos irrespectueux" contre leur chef religieux dirigeant leur parti, selon M. Samb.

Les deux députés sont membres du Parti de l'Unité et du rassemblement (PUR), une composante de la principale coalition de l'opposition, dont le chef est Serigne Moustapha Sy, un guide religieux qui n'est pas député mais est très influent au Sénégal. Amy Ndiaye, maire de la commune de Gniby (centre), était enceinte et a ensuite été admise dans un établissement hospitalier, ont déclaré des députés du parti au pouvoir.

"L'Assemblée nationale du Sénégal, c'est une histoire d'empoignades"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

"Nous sommes à leurs trousses (les députés) depuis samedi. Ils se sont cachés dès qu'ils ont su qu'une procédure a été enclenchée contre eux. Nous avons été saisi par le parquet" du tribunal de Dakar, a affirmé à l'AFP le responsable policier sous couvert d'anonymat, confirmant des informations de la presse locale.

Une plainte a été déposée lundi au tribunal de Dakar contre les deux députés mis en cause, a déclaré à la presse l'avocat de la parlementaire, Baboucar Cissé. La police a été saisie par le Parquet à la suite d'un "courrier du président de l'Assemblée nationale" exigeant des poursuites contre les deux députés, a dit Me Cissé. Le PUR n'était pas immédiatement joignable lundi.

L'opposition exige de la parlementaire Amy Ndiaye des excuses pour avoir manqué de respect à Serigne Moustapha Sy lors d'une intervention à l'Assemblée et de l'avoir accusé notamment de ne pas tenir sa parole et de manquer de respect au président Macky Sall, selon des propos diffusés par les médias.

La scène de violence - largement condamnée au Sénégal - est survenue pendant la campagne annuelle internationale "16 Jours d’activisme contre la violence basée sur le genre à l’égard des femmes et des filles ", soutenue par l'ONU.

Le camp présidentiel a perdu la majorité absolue qu'il détenait à l'issue des élections législatives de juillet qui ont donné un quasi équilibre des forces à l'Assemblée dans un contexte politique tendu.

Scandale Phala Phala: les cadres de l'ANC décident du sort de Cyril Ramaphosa

Scandale Phala Phala: les cadres de l'ANC décident du sort de Cyril Ramaphosa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Nigeria: incendie aux locaux de la commission électorale dans l'État d'Imo

Nigeria: incendie aux locaux de la commission électorale dans l'État d'Imo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:22 0:00

Un étudiant comparaît pour diffamation contre la première dame du Nigeria

Un étudiant comparaît pour diffamation contre la première dame du Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

L'organisateur du concours Miss Rwanda acquitté d'accusations de viol et agression sexuelle

L'édition 2022 du concours de Miss Rwanda avait été annulée à la suite de son arrestation.

L'organisateur du concours de Miss Rwanda, Dieudonné Ishimwe, a été acquitté vendredi d'accusations de viol, agression sexuelle et harcèlement par un tribunal de la capitale Kigali, qui a jugé les preuves contre lui insuffisantes.

Cet ancien musicien de 36 ans connu sous le nom de Prince Kid devenu directeur de Rwanda Inspiration Backup, la société qui organise le concours annuel de Miss Rwanda, avait été arrêté le 27 avril pour des soupçons de "crimes en relation avec des agressions sexuelles", selon le Bureau d'enquête rwandais (RIB).

L'édition 2022 du concours de Miss Rwanda avait été annulée à la suite de son arrestation.

A l'issue du procès, qui s'est déroulé à huis clos, le président du tribunal a déclaré que "les preuves fournies par l'accusation sont insuffisantes pour le déclarer coupable" et ordonné sa libération immédiate. M. Ishimwe n'était pas présent à la lecture du jugement. Le concours de Miss Rwanda est inclus dans la compétition de Miss World depuis 2016.

Voir plus

XS
SM
MD
LG