Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Médias

Peine de prison confirmée pour le journaliste marocain Soulaimane Raissouni

Le comité de soutien de Soulaimane Raissouni a fustigé un procès "à caractère politique et revanchard". (AFP)
Le comité de soutien de Soulaimane Raissouni a fustigé un procès "à caractère politique et revanchard". (AFP)

La justice marocaine a confirmé en appel une sévère peine de cinq ans de prison ferme à l'encontre du journaliste indépendant Soulaimane Raissouni, pour "agression sexuelle", une accusation qu'il a rejetée durant son procès, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Ce jugement est la preuve qu’on veut se venger de M. Raissouni. Nous sommes très déçus, on s’attendait à ce qu’il soit innocenté au regard de l’ensemble des failles exposées tout au long du procès", a déclaré à la sortie de la cour d'appel de Casablanca son conseil, Me Miloud Kandil, à l'AFP.

La défense du journaliste a aussitôt décidé de se pourvoir en cassation, à l'issue d'une audience qui a duré huit heures.

Comme en première instance, la peine d'emprisonnement est assortie de dommages-intérêts de 100.000 dirhams (environ 9.500 euros) en faveur du plaignant.

Le verdict a été accueilli par les soutiens de M. Raissouni – qui avaient rempli une salle d'audience comble – au cri de "procès inique". "Soulaimane sois rassuré, nous allons continuer le combat", ont-ils promis.

M. Raissouni, un éditorialiste de 49 ans, connu pour son ton critique vis-à-vis des autorités, était accusé d'"agression sexuelle" par un jeune militant LGBTQ, charge qu'il a toujours rejetée devant le tribunal, estimant être poursuivi "à cause de ses opinions".

Il était passible d'une peine maximale de dix ans de prison ferme. L'attentat à la pudeur avec violence "est puni de la réclusion de cinq à dix ans", selon le code pénal marocain.

"Nous ne sommes pas satisfaits même si les dommages-intérêts ont été confirmés. Cette somme ne saurait rendre justice à une personne ayant été victime d’agression sexuelle", a affirmé de son côté l'avocate de la partie civile, Aïcha El Guellaa.

"Failles"

L'enquête avait été ouverte à la suite d'une publication sur Facebook dans laquelle l'accusateur incriminait, sous pseudonyme, M. Raissouni de l'avoir agressé sexuellement. La plainte se basait également sur une conversation enregistrée – mais non diffusée lors du procès – et des échanges sur le système de messagerie Messenger.

Devant la cour, le plaignant a réitéré sa version des faits et expliqué avoir "souffert de répercussions psychologiques à la suite de l’agression".

De son côté, l'ancien rédacteur en chef du journal Akhbar Al Yaoum et ses avocats ont fustigé à plusieurs reprises les "failles" du dossier. "Cette affaire est émaillée des mensonges du plaignant. Tout au long du processus judiciaire, il s’est contredit", a soutenu M. Raissouni en énumérant point par point ces "contradictions" à la barre.

Le parquet a lui considéré que les preuves de la culpabilité de M. Raissouni étaient "irréfutables".

Arrêté en mai 2020, le journaliste n'avait pas assisté à la plus grande partie de son procès en première instance – entre février et juillet 2021 – en raison d'une grève de la faim de 122 jours.

Son comité de soutien au Maroc a fustigé un procès "à caractère politique et revanchard". Reporters sans Frontières (RSF) avait plaidé pour que le journaliste – engagé dans la défense de la liberté de la presse – soit libéré dans l'attente d'"un procès équitable".

Pour les autorités marocaines, M. Raissouni a bénéficié d'un procès "équitable" et ces poursuites "n'ont rien à voir avec son travail journalistique".

Deux autres journalistes marocains, Omar Radi et Taoufik Bouachrine, ont été condamnés à de lourdes peines de prison ferme pour des agressions sexuelles qu'ils nient. M. Radi, dont le procès en appel est en cours, est également accusé d'"espionnage".

Le Maroc occupe la 136e place sur 180 pays du classement mondial de la liberté de la presse de RSF.

Mercredi, dans un autre procédure controversée, l'avocat et ex-ministre des Droits de l'Homme, Mohamed Ziane, a été condamné à trois ans de prison ferme à la suite d'une plainte déposée contre lui par le ministère de l'Intérieur. Il a toutefois été laissé en liberté.

par Kaouthar OUDRHIRI

Toutes les actualités

Ferdinand Ayité liste les défis du journalisme d'investigation en Afrique

 Ferdinand Ayité liste les défis du journalisme d'investigation en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:08:38 0:00

Le journaliste d’investigation togolais Ferdinand Ayité a été primé par le Comité pour la protection des journalistes. Forcé de fuir son pays à la suite de ce qu’il considère comme un harcèlement de la part des autorités, il est connu pour ses enquêtes sur la corruption. Son journal, L’alternative, a cessé de paraitre. De passage dans les locaux de la VOA, Ferdinand Ayité revient sur le prix qui lui a été décerné et les raisons de son exil.

La guerre Israël-Hamas met en exergue la sécurité des journalistes couvrant les conflits

La guerre Israël-Hamas met en exergue la sécurité des journalistes couvrant les conflits
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:10 0:00

Avec au moins 15 journalistes tués au cours de la première semaine du conflit entre Israël et le Hamas, dont un journaliste de Reuters, les salles de rédaction et les spécialistes de la sécurité discutent de la manière d'assurer la sécurité de leurs équipes.

Elon Musk critique le soutien de Berlin aux ONG secourant des migrants en Méditerranée

Elon Musk lors de sa visite au salon des startups technologiques et de l'innovation Vivatech à Paris, le 16 juin 2023.
Elon Musk lors de sa visite au salon des startups technologiques et de l'innovation Vivatech à Paris, le 16 juin 2023.

Elon Musk a vivement critiqué samedi le soutien de Berlin à des ONG secourant des migrants en Méditerranée, après avoir partagé vendredi un post prônant une victoire électorale du parti allemand d'extrême droite AfD.

"Est-ce que le public allemand est conscient de cela?", a écrit vendredi le milliardaire sur son réseau social X (ex-Twitter) en partageant un post d'un compte baptisé "RadioGenoa" dénonçant des sauvetages de migrants en Méditerranée par des ONG soutenues par Berlin et concluant "espérons que l'AfD gagne les élections".

Des élections régionales doivent avoir lieu le 8 octobre en Allemagne, en Bavière (sud) et en Hesse (centre).

"Oui, c'est ce qu'on appelle sauver des vies", a répondu sur X le ministère allemand des Affaires étrangères à ce citoyen américain et canadien né en Afrique du Sud qui vit aux Etats-Unis.

"Donc, vous en êtes fiers en fait. Intéressant. Franchement, je doute qu'une majorité de l'opinion allemande soutienne cela. Avez-vous fait un sondage? C'est certainement une violation de la souveraineté de l'Italie que l'Allemagne transporte un large nombre d'immigrants illégaux sur le sol italien? Cela fait penser à une invasion...", a renchéri dans la nuit de vendredi à samedi le patron du constructeur de véhicules électriques Tesla et de SpaceX.

"Si un gouvernement dans une démocratie va à l'encontre de la volonté du peuple, il faut voter contre" ce gouvernement, a-t-il ajouté plus tard samedi dans un post public qu'il a adressé au ministère allemand.

Entre temps Elon Musk a précisé être "complètement favorable à une importante extension et à la simplification l'immigration légale".

Vendredi la cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni, dont le parti postfasciste Frères d'Italie de Mme Meloni a été élu en grande partie sur la promesse de réduire l'immigration massive vers l'Italie, a averti que son pays ne voulait plus accueillir de migrants sauvés par des ONG étrangères.

Rome reproche à Berlin de financer plusieurs ONG de secours en Méditerranée, dont certaines opèrent sous pavillon allemand. Giorgia Meloni a écrit cette semaine au chancelier Olaf Scholz pour lui faire part de sa "stupéfaction" vis-à-vis de ces subventions.

"Sauver de la noyade"

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a défendu jeudi le rôle des ONG qui viennent au secours des migrants tentant d'entrer en Europe via l'Italie.

"Sauver les personnes de la noyade en mer est une obligation légale et européenne", a-t-elle souligné.

Berlin avait confirmé à l'AFP allouer entre 400.000 et 800.000 euros chacun à deux projets liés aux migrants, avec l'approbation du Parlement allemand.

Le nombre des arrivants en Italie sur des bateaux en provenance d'Afrique du Nord a augmenté, avec plus de 130.000 migrants enregistrés jusqu'à présent cette année, contre 70.000 pour la même période de 2022, selon Rome.

Olaf Scholz a de son côté estimé dans un entretien au groupe de médias Redaktionsnetzwerk Deutschland paru jeudi que le nombre de demandeurs d'asile était "actuellement trop élevé".

Son gouvernement est "tout à fait d'accord" avec l'idée qu'il "faudrait mettre fin à l'immigration irrégulière dans l'Union européenne" (UE).

"Cela ne peut être fait qu'ensemble et avec solidarité", a ajouté le chancelier, soulignant qu'il soutenait les mesures pour protéger les frontières de l'UE.

Mercredi l'Allemagne avait annoncé le renforcement de ses contrôles aux frontières avec la Pologne et la République Tchèque où les flux de migrants sont en forte hausse.

L'accueil des réfugiés est revenu au centre des débats en Allemagne avec la forte poussée de l'AfD dont les intentions de vote atteignent des records.

Début septembre Elon Musk avait menacé de poursuivre en justice l'Anti-Defamation League (ADL, qui combat l'antisémitisme et le racisme), qu'il accuse de diffamation à l'encontre de son réseau social.

L'UE s'est divisée sur la manière de gérer le problème depuis que la crise des migrants a débuté en 2015, lorsque plus d'un million d'entre eux sont arrivés sur les côtes européennes.

Des sanctions prises contre certains medias au Cameroun

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00

Burkina Faso : la liberté de la presse en question

Burkina Faso : la liberté de la presse en question
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Au Burkina Faso, la question de la liberté de la presse inquiète les acteurs. La dernière restriction en date, c’est la suspension de la célèbre radio locale, radio oméga. Les journalistes et professionnels de médias disent ne pas pouvoir faire leur travail dans la sérénité. Mais d’autres observateurs estiment qu’en temps de guerre, les médias doivent pouvoir s’adapter.

Voir plus

XS
SM
MD
LG