Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le président Peter Mutharika fait appel de l'annulation de sa réélection au Malawi


Peter Mutharika à Blantyre, le 25 mai 2014.

Le président sortant du Malawi, Peter Mutharika, va faire appel de l'annulation lundi de sa victoire à l'élection présidentielle de 2019 par la Cour constitutionnelle, qui l'a jugée frauduleuse.

Le président sortant du Malawi, Peter Mutharika, va faire appel de l'annulation lundi de sa victoire à l'élection présidentielle de 2019 par la Cour constitutionnelle, qui l'a jugée frauduleuse, a annoncé mercredi son porte-parole.

"Je peux confirmer que le professeur (...) Mutharika va faire appel du jugement de la Cour constitutionnelle annulant l'élection générale du 21 mai" 2019, a indiqué son porte-parole Mgeme Kalilani dans un SMS à l'AFP.

Après six mois d'auditions qui ont tenu le Malawi en haleine, cinq juges de la Cour constitutionnelle ont déclaré lundi que M. Mutharika "n'a pas été dûment élu" lors de la présidentielle de mai 2019. Ils ont évoqué des irrégularités nombreuses et "massives", dont l'usage de liquide correcteur blanc pour falsifier des feuilles de résultats.

La Cour a ordonné qu'une nouvelle élection présidentielle ait lieu dans un délai de 150 jours.

Le porte-parole de M. Mutharika a déclaré mercredi que la décision de la Cour constituait "une erreur judiciaire et une attaque contre les fondations de la démocratie de notre pays".

L'annulation décidée par la Cour constitutionnelle a en revanche été saluée mardi comme une victoire de la démocratie en Afrique par Lazarus Chakwera, chef de la principale formation d'opposition, le Parti du Congrès du Malawi (MCP).

Des milliers de partisans de l'opposition se sont rassemblés mardi à Lilongwe, la capitale du Malawi, devant le siège du MCP pour célébrer la décision de la Cour.

C'est seulement la deuxième fois que le résultat d'une élection présidentielle est annulé en Afrique. La première fois s'était produite au Kenya en 2017.

XS
SM
MD
LG