Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

L'ambassadeur tué en RDC "a été trahi" par un proche, selon sa femme

Les carabiniers transportent le cercueil de l'ambassadeur italien Luca Attanasio dans la Basilique de Sainte Marie des Anges et des Martyrs à Rome, le 25 février 2021.

Selon le quotidien italien Il Messaggero, l'ambassadeur Luca Attanasio a été trahi par une personne proche de la famille.

C'est ce qui ressort d'une interview accordée par la veuve de l'ambassadeur tué lundi dans une embuscade en République démocratique du Congo (RDC).

Luca Attanasio, 43 ans, circulait dans la province du Nord-Kivu (est), près de la frontière avec le Rwanda, à bord d'un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) lorsque celui-ci a été pris dans une embuscade.

L'ambassadeur, son garde du corps italien, le carabinier Vittorio Iacovacci, 30 ans, et un chauffeur congolais du PAM, Mustafa Baguma Milambo, 56 ans, ont été tués par balles.

Pour sa veuve, Zakia Seddiki, "Luca a été trahi par quelqu'un qui nous est proche, proche de notre famille". "Quelqu'un qui connaissait ses déplacements a parlé, l'a vendu et l'a trahi", a-t-elle ajouté, sans plus de précisions.

Les circonstances de la fusillade devront être éclaircies par les enquêtes du PAM et de l'ONU à qui le chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, a demandé "le plus rapidement possible, des réponses claires et exhaustives".

Le parquet de Rome, où se trouve le siège mondial du PAM, a ouvert de son côté une enquête pour "séquestration de personnes à des fins terroristes", selon la presse italienne.

Les autorités congolaises accusent les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), installées dans l'est de la RDC. Mais dans un entretien accordé à VOA Afrique, un porte-parole des FDLR, Cure Ngoma, a nié toute implication dans cette attaque. Il s'est dit prêt à témoigner, tout en réclamant une enquête internationale et impartiale.

Selon les autorités congolaises et italiennes, l'attaque s'est produite à quelques kilomètres de la commune de Kiwanja, où Luca Attanasio et des fonctionnaires du PAM devaient visiter une école.

Selon le journal La Stampa, Luca Attanasio, arrivé en RDC en 2017, avait demandé l'année suivante au ministère italien des Affaires étrangères une escorte de quatre carabiniers, comme celle dont bénéficiait son prédécesseur, au lieu des deux alors en poste. Après une mission d'inspection en RDC, le ministère a refusé sa demande, écrit le quotidien.

Le PAM et le ministère italien des Affaires étrangères n'avaient pas immédiatement répondu vendredi aux sollicitations de l'AFP.

Après des funérailles d'Etat organisées jeudi à Rome, Luca Attanasio devait être inhumé samedi dans sa ville de Limbiate, près de Milan (nord).

Mort de l'ambassadeur Attanasio: les FDLR rejettent toute responsabilité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

Toutes les actualités

Arrestation de la policière qui a abattu un homme noir près de Minneapolis

Arrestation de la policière qui a abattu un homme noir près de Minneapolis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Les 15 marins enlevés dans le golfe de Guinée ont été libérés

Le Bataillon camerounais d'intervention rapide près de la péninsule de Bakassi, dans l'ouest du Cameroun, près de la frontière nigériane, le 5 mai 2009.

Les 15 membres d'équipage d'un navire-citerne enlevés par des pirates il y a plus d'un mois au large du Bénin, en Afrique de l'Ouest, ont été libérés a annoncé mercredi soir la compagnie maritime néerlandaise qui les emploie.

"De Poli Tankers est heureux d'annoncer que les 15 membres d'équipage kidnappés sur leur navire Davide B dans le golfe de Guinée le 11 mars dernier ont été libérés et sont maintenant en sécurité", a fait savoir Chiara de Poli, PDG de la compagnie, dans un communiqué.

"Les marins sont sains et saufs et peuvent retourner dans leurs familles en Europe de l'Est et aux Philippes et commencer à se remettre de cette expérience traumatisante", a-t-elle ajouté.

Le Davide B, Transportant des produits chimiques, avait été pris d'assaut par des pirates alors qu'il naviguait à quelque 210 milles nautiques (389 kilomètres) au sud de Cotonou, au Bénin.

Le golfe de Guinée, qui longe les côtes d'Afrique de l'Ouest, du Sénégal à l'Angola est devenu la route commerciale maritime la plus dangereuse au monde et les attaques de navires et les enlèvements contre rançons, perpétrés par des pirates nigérians, sont devenus très fréquents.

L'année dernière, 130 des 135 enlèvements de marins recensés dans le monde ont eu lieu dans ce golfe, soit plus de 95%, selon un récent rapport du Bureau international maritime.

Le premier transporteur maritime mondial, l'armateur danois Maersk, a appelé début mars au déploiement rapide d'une importante opération internationale pour lutter contre la piraterie dans le Golfe de Guinée.

Assaut du Capitole: Le rapport qui accable la police

La Garde nationale du Michigan et la police du Capitole veillent à ce que la sécurité renforcée reste en vigueur autour du Capitole.

La police du Capitole disposait avant l'attaque du 6 janvier de plus de renseignements que ce qui était admis jusqu'à présent mais les agents avaient reçu l'ordre de ne pas faire usage de ses tactiques les plus puissantes, selon un rapport interne.

Un rapport accablant de 104 pages de l'inspecteur général interne de la police du Capitole, Michael Bolton, conclut que les policiers ne se sont pas préparés ou n'ont pas réagi de manière adéquate à l'assaut meurtrier du siège du Congrès à Washington, ont rapporté le quotidien New York Times et la chaîne de télévision CNN, repris par l'AFP.

La police du Capitole disposait d'informations l'avertissant que des partisans du président sortant Donald Trump, qui croyaient en ses accusations de fraudes électorales à la présidentielle de novembre, représentaient une menace, selon le rapport.

Trois jours avant l'attaque, un bulletin de renseignement évaluant les risques de violences de la part des partisans de Donald Trump.

"A la différence de précédentes manifestations post-électorales, la cible des manifestants pro-Trump pour le 6 ne sont pas les contremanifestants mais bien le Congrès lui-même", affirmait cette note.

Leur "propension à attirer des suprémacistes blancs, des milices et d'autres personnes prônant activement la violence pourrait conduire à une situation particulièrement dangereuse pour le maintien de l'ordre et le grand public en général", ajoutait la mise en garde.

Mais la police avait reçu instruction de ne pas faire usage de ses méthodes les plus offensives de maîtrise des foules telles que les grenades assourdissantes, selon le rapport.

Un jour avant l'émeute, la police du Capitole écrivait dans son plan de gestion de la manifestation qu'il n'y avait "pas de menaces spécifiques connues liées à la session extraordinaire des deux Chambres prévue ce jour-là et au cours de laquelle devait être confirmée la victoire de Joe Biden sur Donald Trump".

Une audition du Congrès est prévue jeudi au sujet du rapport.

Affaire Daunte Wright: la policière qui a tiré sera poursuivie

Un drapeau américain à l'envers montrant les noms des personnes de couleur tuées par la police flotte avant une marche de protestation, à Brooklyn Center, Minnesota, États-Unis, le 13 avril 2021.

L'agent de police accusée d'avoir tué un jeune afro-américain dans l'État du Minnesota sera inculpée d'un délit pénal, a annoncé mercredi le ministère public.

L'agent en question, Kim Potter, 48 ans, devra répondre d'une accusation d'homicide involontaire au second degré, selon les autorités.

Les accusations découlent d'un incident qui a suscité l'indignation dans tout le pays et provoqué des manifestations dans le même État où un ancien agent de police, Derek Chauvin, est jugé pour avoir prétendument tué l'Afro-Américain George Floyd en 2020.

L'incident en question a eu lieu dimanche dans la bourgade de Brooklyn Center, dans la périphérie de Minneapolis.

Daunte Wright, 20 ans, avait été stoppé parce qu'il avait un désodorisant fixé à son rétroviseur, ce qui est contraire à la loi dans le Minnesota. Au cours du contrôle de son identité, la police a découvert qu'un mandat d'arrêt avait été émis à son nom pour un autre incident auparavant.

Ce qui s'est exactement passé ensuite fait l'objet d'une enquête, mais à un moment donné, Kim Potter a tiré sur M. Wright.

Mme Potter dit avoir tiré sur le jeune homme par accident. D'après ses dires, elle avait l'intention d'utiliser son teaser (une arme qui paralyse temporairement), mais elle a plutôt usé de son pistolet de service.

Selon le quotidien Twin City Press, l'accusation portée contre Mme Potter est passible d'une peine maximale de 10 ans de prison et d'une amende de 20 000 dollars. Jusqu'à sa démission lundi, elle faisait partie de la police depuis 26 ans.

Bernie Madoff est mort en prison

Bernard Madoff quitte le tribunal fédéral américain après une audience concernant sa libération sous caution, le 14 janvier 2009 à New York.

Bernard ("Bernie") Madoff, condamné pour avoir dirigé la plus grande chaîne d'escroquerie connue de l'histoire des États-Unis, est décédé mercredi dans la prison fédérale où il purgeait une peine de 150 ans, a annoncé le Bureau américain des prisons. Il avait 82 ans.

M. Madoff souffrait d'une insuffisance rénale chronique et de plusieurs autres problèmes de santé.

Il était détenu dans une prison fédérale à Butner, en Caroline du Nord, après avoir été condamné en juin 2009 à une peine de 150 ans pour avoir organisé une fraude estimée à 64,8 milliards de dollars.

Parmi les milliers de victimes de M. Madoff, on comptait des particuliers, des organisations caritatives, des fonds de pension et des fonds spéculatifs.

Il y avait aussi des célébrités comme les acteurs Kevin Bacon, Kyra Sedgwick et John Malkovich, le joueur de baseball Sandy Koufax. Il y avait aussi une association caritative associée au réalisateur Steven Spielberg.

"Nous pensions qu'il était Dieu. Nous mettions tout entre ses mains", a déclaré en 2009 le prix Nobel de la paix Elie Wiesel, dont la fondation a perdu 15,2 millions de dollars.

Certaines victimes ont tout perdu. Beaucoup venaient de la communauté juive, où M. Madoff avait été un grand philanthrope.

Les crimes de M. Madoff ont été révélés aux autorités en 2008 par ses deux fils, qui ne faisaient pas partie du système.

La fraude a mis en lumière les failles de la Securities and Exchange Commission, l'organe régulateur des maisons d'investissement qui, par incompétence ou négligence, a bâclé une demi-douzaine d'examens.

M. Madoff a été le plus grand teneur de marché du Nasdaq, dont il a été le président non exécutif.

Dans un schéma de Ponzi typique, l'argent des nouveaux investisseurs est utilisé pour payer les sommes dues aux investisseurs précédents.

M. Madoff a déclaré que sa fraude avait commencé au début des années 1990, mais les procureurs et de nombreuses victimes pensent qu'elle a commencé beaucoup plus tôt.

Les investisseurs ont été séduits par les gains annuels réguliers que M. Madoff semblait générer, et que d'autres ont jugé impossible à expliquer ou à reproduire.

L'argent a permis à M. Madoff et à sa femme, Ruth, de s'offrir le luxe d'un penthouse à Manhattan, d'une villa en France, de voitures et de yachts coûteux, avec une valeur nette combinée d'environ 825 millions de dollars.

Lors de son procès, M. Madoff avait demandé pardon aux victimes, en disant : "Je suis désolé, même si je sais qu'une telle déclaration ne vous aide en rien."

Un jeu d'apparences

Bernard Lawrence Madoff est né le 29 avril 1938 dans le quartier new-yorkais de Queens et y a grandi en tant que fils d'immigrants européens qui tenaient une maison de courtage.

M. Madoff était diplômé de l'université Hofstra en 1960 et a brièvement fréquenté la faculté de droit de Brooklyn avant d'abandonner.

La même année, il a créé Bernard L. Madoff Investment Securities, en utilisant ses 500 dollars d'économies et un espace de bureau emprunté à son beau-père, selon le magazine New York.

Il avait commencé modestement. Au début des années 1970, il est devenu l'un des cinq premiers courtiers en valeurs mobilières du système de négociation du Nasdaq.

Tantôt amical et charmant, tantôt distant, Madoff avait un penchant pour la propreté que certains considéraient comme une obsession.

Les bureaux de Madoff étaient décorés de noir et de nuances de gris, avec peu de paperasse ou d'objets visibles sur les bureaux des employés, et il coordonnait plusieurs alliances avec ses montres-bracelets.

Les clients étaient informés qu'ils gagneraient de l'argent grâce à une "stratégie de conversion à coupure fractionnée", dans laquelle Madoff achetait un panier de grandes actions pour refléter l'indice Standard & Poor's 100, et réduisait le risque en achetant et en vendant des options sur cet indice.

M. Madoff semblait avoir du succès, et les clients étaient heureux.

Mais tout était faux. Un simple jeu d'apparences.

Selon le quotidien USA Today, M. Madoff est décédé de causes naturelles tôt mercredi. La porte-parole de l'administration pénitentiaire, Kristie Breshears, a déclaré que sa famille a été informée de son décès.

L'année dernière, les avocats de M. Madoff avaient tenté d'obtenir sa libération à cause de la pandémie de COVID-19, affirmant qu'il souffrait d'une maladie rénale en phase terminale et d'autres problèmes médicaux chroniques. La demande avait été rejetée.

Voir plus

XS
SM
MD
LG