Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Londres déconseille aux Irano-Britanniques de se rendre en Iran

Le ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt

Londres a déconseillé vendredi aux Irano-Britanniques de se rendre en Iran en raison des risques de "détention arbitraire" et de "mauvais traitements" qu'ils courraient dans la République islamique.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt "déconseille désormais tout voyage en Iran aux détenteurs de la double nationalité britannique et iranienne", parce qu'ils "courent un risque plus élevé de détention arbitraire et de mauvais traitements" que les détenteurs d'autres nationalités, ce qu'il a qualifié d'"inacceptable".

"Bien que le Royaume-Uni ait fourni plusieurs occasions de résoudre ce problème, la conduite du régime iranien s'est aggravée", regrette le chef de la diplomatie britannique qui dit avoir pris la décision de revoir les conseils aux voyageurs, après avoir "épuisé toutes les autres options".

"Les risques auxquels (les Irano-Britanniques) sont confrontés incluent la détention arbitraire et le manque d'accès aux droits fondamentaux, comme nous l'avons vu dans le cas de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, séparée de sa famille depuis 2016".

Employée de la Fondation Thomson Reuters liée à l'agence de presse canado-britannique du même nom, cette femme de 40 ans avait été arrêtée à l'aéroport en Iran en 2016 après avoir rendu visite à sa famille. Elle a été condamnée en septembre 2016 à cinq ans de prison pour participation à des manifestations en 2009 ayant visé à renverser le régime, ce qu'elle dément. Londres lui a accordé sa protection diplomatique en mars dernier.

Le ministre appelle aussi à la "prudence" les ressortissants iraniens résidant au Royaume-Uni qui retournent en Iran rendre visite à des parents ou à des amis, "en particulier lorsque le gouvernement iranien peut les percevoir comme ayant des liens personnels avec des institutions britanniques ou le gouvernement britannique".

Le ministère précise que le gouvernement iranien ne reconnaît pas la double nationalité et que si une personne ayant la double nationalité iranienne et britannique est détenue en Iran, la possibilité de lui apporter un soutien consulaire est extrêmement limitée.

Ces déclarations interviennent dans un climat tendu entre Londres et Téhéran. Outre le cas très médiatisé de Mme Zaghari-Ratcliffe, une employée iranienne du British Council, identifiée comme étant Aras Amiri par le centre culturel britannique, a été condamnée à dix ans de prison pour espionnage. Cette dernière affaire a été qualifiée mercredi d'"extrêmement choquante" par la Première ministre Theresa May.

Toutes les actualités

Le Vatican rassurant sur la santé de l'ancien pape Benoît XVI

L'ancien pape Benoît XVI et son successeur Pape François, le 8 décembre 2015. (L'Osservatore Romano/Pool Photo via AP)

Le Vatican s'est voulu lundi rassurant sur l'état de santé de l'ancien pape Benoît XVI, jugé pourtant "extrêmement fragile", selon le quotidien régional allemand Passauer Neue Presse qui cite un biographe de l'ancien pape, Peter Seewald.

"Les conditions de santé du pape émérite ne sont pas source d'inquiétudes particulières, sinon celles entourant une personne âgée de 93 ans en train de surmonter la phase la plus aiguë d'une maladie douloureuse, mais non grave", a annoncé la salle de presse du Vatican, citant son secrétaire personnel Mgr Georg Gänswein.

Selon le journal Passauer Neue Presse, Benoît XVI souffre d'érysipèle au visage, une maladie infectieuse caractérisée par une tuméfaction rougeâtre qui entraîne de fortes démangeaisons et des douleurs intenses.

"D'après Seewald, le pape émérite est désormais extrêmement fragile (...). Ses capacités intellectuelles et sa mémoire ne sont pas affectées, mais sa voix est à peine audible", a écrit lundi le Passauer Neue Presse.

Peter Seewald a rencontré samedi à Rome Benoît XVI pour lui présenter sa biographie, selon le quotidien. "Lors de cette rencontre, le pape émérite, en dépit de sa maladie, s'est montré optimiste et a déclaré que si ses forces augmentaient à nouveau, il reprendrait peut-être sa plume", a-t-il ajouté.

Premier pape à démissionner en près de 600 ans, Benoît XVI, qui avait invoqué des raisons de santé, mène une vie retirée dans un petit monastère du Vatican depuis sa renonciation en 2013.

L'OMC échoue à trouver un accord pour désigner un directeur général intérimaire

L'OMC échoue à trouver un accord pour désigner un directeur général intérimaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

L'OMC ne parvient pas à désigner un directeur général intérimaire

Une personne sort du siège de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève, le 16 décembre 2004. (Photo: FRED DUFOUR / AFP)

Les membres de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), institution en crise, ne sont pas parvenus à s'entendre pour désigner un directeur général intérimaire, a annoncé vendredi l'OMC.

Le directeur général actuel, le Brésilien Roberto Azevedo, va quitter son poste dans un mois, le 31 août.

"Il n'y a pas eu de consensus", a déclaré le porte-parole de l'OMC, Keith Rockwell, alors que les membres de l'organisation devaient désigner un des quatre directeurs adjoints de l'OMC.

Selon Bloomberg, les États-Unis ont exigé qu'un Américain, Alan Wolff, devienne directeur général par intérim, tandis que le bloc européen propose un Allemand, Karl Brauner.

Si l'impasse se poursuit en septembre, note la même source, l'arbitre des règles du commerce international restera sans chef jusqu'à ce que les membres de l'OMC choisissent un nouveau directeur général pour un mandat de quatre ans.

Trois Africains ont présenté leur candidature au poste de directeur général. Il s'agit de Ngozi Okonjo-Iweala, du Nigeria, ancienne ministre des finances et ancienne numéro 2 de la Banque mondiale. Ensuite, le Kenya a soumis la candidature d'Amina Mohamed, une ministre qui autrefois était ambassadrice du Kenya auprès de l'OMC. L'Égypte a présenté aussi un diplomate, Abdel-Hamid Mamdouh, ancien directeur au sein même de l'OMC.

L'Union européenne va former les forces de sécurité de la RCA

L'Union européenne va former les forces de sécurité de la RCA
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Coronavirus: le point dans le monde

Coronavirus: le point dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG