Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

L'Etat condamné à payer une forte amende pour torture au Zimbabwe

L'ancien président du Zimbabwe, Robert Mugabe, lors d'une conférence de presse dans sa résidence "Blue Roof", à Harare, le 29 juillet 2018.

La justice zimbabwéenne a condamné vendredi l'Etat à verser 150.000 dollars de dédommagements à une militante des droits de l'Homme de ce pays, torturée et détenue illégalement sous le régime de Robert Mugabe.

Directrice de l'association Zimbabwe Peace Project, Jestina Mukoko avait été kidnappée par des inconnus en 2008 après avoir dénoncé les manœuvres du régime de M. Mugabe pendant les élections générales qui s'étaient tenues la même année.

Gardée au secret et torturée plusieurs semaines, elle avait ensuite été accusée d'avoir participé à un complot pour renverser le chef de l'Etat.

Jestina Mukoko, directrice de l'association Zimbabwe Peace Project, lors d’une interview au studio de VOA, le 25 avril 2017.
Jestina Mukoko, directrice de l'association Zimbabwe Peace Project, lors d’une interview au studio de VOA, le 25 avril 2017.

Les charges avaient finalement été abandonnées en 2009.

Vendredi, la Haute Cour a ordonné au gouvernement de "verser 150.000 dollars (130.000 euros) d'ici le 31 octobre 2018" pour indemniser la militante, a indiqué l'organisation des Avocats du Zimbabwe pour les droits de l'Homme dans un communiqué.

Une somme de 100.000 dollars sera versée à Jestina Mukoko et le reste doit servir à couvrir ses frais d'avocat.

Jestina Mukoko s'est réjouie de cette décision. C'est "un encouragement pour les défenseurs des droits de l'Homme. Les risques de leur travail ne sont pas vains", a-t-elle souligné.

Ce jugement "envoie le signal fort que les crimes couverts par l'Etat ne peuvent pas rester impunis", a-t-elle encore estimé.

En 2010, elle avait reçu des mains de Michelle Obama, alors première Dame des Etats-Unis, le prix international des femmes de courage.

Robert Mugabe a été contraint de quitter le pouvoir en novembre 2017, après trente-sept ans passés à la tête du pays. Son ancien bras droit, Emmerson Mnangagwa, lui a succédé avec l'appui de l'armée. Il a remporté l'élection présidentielle le 30 juillet.

Avec AFP

Toutes les actualités

26 civils tués par un groupe armé dans l'ouest, selon l'ONU

Des soldats de la paix de Minusca patrouillent dans le 3ème arrondissement de Bangui, Centrafrique, 3 octobre 2014.

Vingt-six civils ont été tués mardi par un groupe armé qui a attaqué deux villages du nord-ouest de la Centrafrique, a annoncé le patron de la mission locale de l'ONU (Minusca).

Il s'agit du massacre le plus important commis dans le pays depuis la signature, le 6 février dernier, d'un accord de paix entre le gouvernement et 14 groupes armés.

"La Minusca condamne avec la dernière énergie les tueries intervenues dans les villages de Koundjili et Djoumjoum, avec plus de 26 morts et de nombreux blessés", a écrit sur Twitter le représentant du secrétaire général de l'ONU en Centrafrique, Mankeur Ndiaye.

Le massacre s'est déroulé dans ces deux villages situés à une cinquantaine de km de Paoua, près de la frontière avec le Tchad.

"Le 21 mai, des éléments du groupe armé 3R (Retour, réclamation, réconciliation) avaient organisé une réunion avec des habitants des villages de Koundjili et de Djoumjoum", a précisé une source onusienne.

"Lorsque les villageois se sont présentés, les éléments de 3R auraient ouvert le feu sur eux de manière indiscriminée, tuant 12 civils à Koundjili et 14 à Djoumjoum", a-t-on ajouté.

Le groupe 3R, qui prétend protéger les Peuls, a signé l'accord de paix de février. En retour, son chef, Bi Sidi Souleymane (alias Sidiki), a été nommé le 25 mars "conseiller spécial militaire" auprès du Premier ministre, en charge de la mise en place des unités mixtes associant membres des Forces armées centrafricaines (Faca) et groupes armés.

Préparé depuis 2017 par l'Union africaine, l'accord signé en février à Khartoum est le huitième depuis le début de la crise en 2013, marquée par le renversement du président François Bozizé.

Aucun des précédents accords n'a abouti à un retour de la stabilité, dans un pays où les groupes armés contrôlent 80% du territoire et se battent pour la main mise sur les ressources naturelles.

Près d'un quart des 4,5 millions d'habitants de la RCA ont été contraints de fuir leur domicile.

Violences communautaires : le bilan s'alourdit à 11 morts

A man holds a machete while angry residents burn tires and block the street where security forces loyal to Ivory Coast's strongman, Laurent Gbagbo, opened fire on demonstrators, killing at least six women, on March 3, 2011 in Abobo, a working class neighb

Onze personnes ont été tuées et 108 blessées lors des affrontements intercommunautaires survenus la semaine dernière à Béoumi, une petite ville du centre de la Côte d'Ivoire, selon un nouveau bilan communiqué mercredi par le gouvernement.

"Le bilan actualisé de cette crise fait état de 11 personnes décédées, 108 personnes blessés, 300 personnes déplacées et d'importants dégâts matériels", a déclaré le porte-parole du gouvernement Sidi Tiémoko Touré à l'issue du conseil des ministres.

Le précédent bilan des violences ayant opposé les 15 et 16 mai des membres de la communauté baoulé à des Malinké était de 10 morts et 84 blessés.

"La mise en place d'un dispositif sécuritaire (...) et l'engagement des chefs traditionnels ont permis d'arrêter les hostilités", selon M. Touré. Les unités de forces de sécurité déployées dans le département de Béoumi en raison de la crise seront maintenues pendant deux semaines.

Une altercation entre un chauffeur de taxi-brousse malinké et un conducteur de moto-taxi baoulé est à l'origine de ces violences qui ont dégénéré en bataille rangée dans la ville de Béoumi puis dans des villages avoisinants, selon des témoins.

Les affrontements intercommunautaires, parfois meurtriers, sont fréquents en Côte d'Ivoire, pays d'environ 25 millions d'habitants qui compte plusieurs dizaines de peuples.

Une religieuse assassinée en Centrafricaine

Une religieuse assassinée en Centrafricaine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Somalie : au moins cinq morts dans l'explosion d'une voiture piégée

Un membre des services de sécurité somaliens patrouille sur les lieux d'un attentat suicide à la voiture piégée à Mogadiscio, le 30 août 2016.

Au moins cinq personnes, dont un ancien ministre somalien des Affaires étrangères, ont été tuées mercredi à Mogadiscio dans un attentat à la voiture piégée revendiqué par le groupe islamiste shebab, a-t-on appris de sources officielles.

"Les forces de sécurité ont arrêté (...) un véhicule bourré d'explosifs, parti pour viser une base des forces de sécurité. Nous avons confirmé que cinq personnes ont été tuées et 11 blessées", a indiqué sur Twitter la chef adjointe de la police, Zakia Hussein, après l'explosion provoquée par un kamikaze à un point de contrôle.

L'attentat a été revendiqué par les insurgés islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda, qui ont dit avoir visé "un convoi escortant des officiels et parlementaires apostats qui se dirigeaient vers le palais présidentiel".

Parmi les personnes tuées figure Hussein Elabe Faahiye, qui a occupé plusieurs postes ministériels, dont celui de ministre des Affaires étrangères en 2007, a annoncé lors d'une conférence de presse le ministre de l'Information, Mohamed Abdi Hayr.

Un témoin, Mohamed Saney, a raconté avoir vu "les corps de trois personnes mortes, dont une femme soldat".

"Plusieurs véhicules ont été détruits dans l'explosion et les ambulances se sont précipitées sur les lieux pour récupérer les gens blessés", a-t-il ajouté.

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils.

Ils ont juré la perte du gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et par les 20.000 hommes de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom).

Ramaphosa réélu président de l'Afrique du Sud

Ramaphosa réélu président de l'Afrique du Sud
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG