Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'Etat condamné à payer une forte amende pour torture au Zimbabwe


L'ancien président du Zimbabwe, Robert Mugabe, lors d'une conférence de presse dans sa résidence "Blue Roof", à Harare, le 29 juillet 2018.

La justice zimbabwéenne a condamné vendredi l'Etat à verser 150.000 dollars de dédommagements à une militante des droits de l'Homme de ce pays, torturée et détenue illégalement sous le régime de Robert Mugabe.

Directrice de l'association Zimbabwe Peace Project, Jestina Mukoko avait été kidnappée par des inconnus en 2008 après avoir dénoncé les manœuvres du régime de M. Mugabe pendant les élections générales qui s'étaient tenues la même année.

Gardée au secret et torturée plusieurs semaines, elle avait ensuite été accusée d'avoir participé à un complot pour renverser le chef de l'Etat.

Jestina Mukoko, directrice de l'association Zimbabwe Peace Project, lors d’une interview au studio de VOA, le 25 avril 2017.
Jestina Mukoko, directrice de l'association Zimbabwe Peace Project, lors d’une interview au studio de VOA, le 25 avril 2017.

Les charges avaient finalement été abandonnées en 2009.

Vendredi, la Haute Cour a ordonné au gouvernement de "verser 150.000 dollars (130.000 euros) d'ici le 31 octobre 2018" pour indemniser la militante, a indiqué l'organisation des Avocats du Zimbabwe pour les droits de l'Homme dans un communiqué.

Une somme de 100.000 dollars sera versée à Jestina Mukoko et le reste doit servir à couvrir ses frais d'avocat.

Jestina Mukoko s'est réjouie de cette décision. C'est "un encouragement pour les défenseurs des droits de l'Homme. Les risques de leur travail ne sont pas vains", a-t-elle souligné.

Ce jugement "envoie le signal fort que les crimes couverts par l'Etat ne peuvent pas rester impunis", a-t-elle encore estimé.

En 2010, elle avait reçu des mains de Michelle Obama, alors première Dame des Etats-Unis, le prix international des femmes de courage.

Robert Mugabe a été contraint de quitter le pouvoir en novembre 2017, après trente-sept ans passés à la tête du pays. Son ancien bras droit, Emmerson Mnangagwa, lui a succédé avec l'appui de l'armée. Il a remporté l'élection présidentielle le 30 juillet.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG