Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Libye: Ankara et Moscou appellent à un cessez-le-feu à partir de dimanche


Les présidents russe et turc, Vladimir Putin et Recep Tayyip Erdogan, le 8 janvier 2020 à Istanbul.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine ont appelé à un cessez-leu-feu en Libye à partir du 12 janvier, selon une déclaration commune publiée à l'issue d'une rencontre à Istanbul mercredi.

"Nous appelons tous les belligérants en Libye à cesser les hostilités à 00H00 le 12 janvier et à déclarer un cessez-le-feu durable", indique ce document publié par la présidence turque.

Les deux chefs d'Etat exhortent en outre les différentes parties à "s'asseoir immédiatement à la table des négociations dans l'objectif de mettre un terme aux souffrances du peuple libyen", selon la même source.

Plongée dans le chaos depuis un soulèvement soutenu par l'Otan en 2011 qui a conduit à la mort du dictateur Mouammar Kadhafi, la Libye est aujourd'hui déchirée par un conflit entre le gouvernement d'union nationale (GNA) et les forces rivales du maréchal Khalifa Haftar.

La Turquie a annoncé dimanche qu'elle avait commencé à envoyer des militaires en Libye pour soutenir le GNA, au moment où les forces de Haftar avancent sur le terrain et se trouvent aux portes de Tripoli, la capitale.

Même si Moscou dément, Ankara affirme que 2.500 mercenaires russes combattent aux côtés de Haftar, qui est également soutenu par les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite et l'Egypte.

Mercredi, MM. Erdogan et Poutine ont aussi exprimé leur soutien à une conférence internationale prévue en janvier à Berlin afin de trouver une solution pour retourner au processus politique sous l'égide des Nations unies.

Les deux dirigeants, qui ont développé d'étroites relations ces dernières années, se sont entretenus en marge de l'inauguration, à Istanbul, du gazoduc TurkStream, qui doit acheminer en Turquie et en Europe du gaz pompé en Russie.

A cette occasion, ils ont également abordé l'escalade des tensions entre Téhéran et Washington après la mort du puissant général Qassem Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, dans une frappe américaine.

"Nous affirmons notre engagement à désamorcer les tensions dans la région et appelons toutes les parties à agir avec retenue et bon sens et à donner la priorité à la diplomatie", ont-ils déclaré, selon le communiqué conjoint.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG