Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Coronavirus

Libreville en campagne de vaccination itinérante contre le Covid-19

Une Gabonaise s'enregistre pour le vaccin contre le covid, à Libreville, le 30 août 2021.

A la date du 20 août, 76.226 personnes ont été vaccinées au Gabon, soit 7% de la population

Au Gabon, le ministère de la Santé et le Comité de vaccination contre le coronavirus ont lancé le 27 août la première phase de la caravane itinérante de vaccination dans Libreville et ses environs. Les équipes de médecins sont déployées à travers quatre sites retenus pour la circonstance.

"Tout au long de cette campagne, le Comité national de vaccination sillonnera les différents quartiers du Grand Libreville accompagné des acteurs de la société civile, préalablement formés en qualité de mobilisateurs sociaux, pour l’atteinte des différentes cibles", précise un communiqué du ministère de la Santé.

"Pour se faire vacciner il faut présenter une pièce d'identité. Sur chaque site nous avons 5 postes qui partent de l'enregistrement jusqu'à la délivrance des cartes. Et pour ce qui est des critères d'éligibilité, nous les déterminons sur place avec l'appui de nos médecins", explique Dr Laïka Ehwou, l'un des superviseurs de cette campagne de vaccination.


Face au variant Delta qui fait exploser le nombre de contaminations et de décès dus au Covid-19 à travers le monde, le Gabon redoute une possible 3e vague de l’épidémie entre fin août et début septembre, d’après les prévisions des spécialistes de la santé.

Les autorités en charge de la riposte contre la pandémie appellent les populations à redoubler de vigilance.

Pour Ababine Ngoua, candidat au vaccin, "il faut absolument se faire vacciner et éviter surtout de céder aux intox des réseaux sociaux", allusion faite selon lui, aux informations mettant en doute la crédibilité des vaccins sur la toile.

A la date du 20 août, 76.226 personnes ont été vaccinées au Gabon, soit 7% de la population, bien loin des objectifs que les autorités s’étaient assignés, dont celui de vacciner plus de la moitié des citoyens d’ici la fin de l’année.

Toutes les actualités

Les Etats-Unis veulent redoubler d'efforts dans la lutte internationale contre la pandémie

Un agent de santé administre un vaccin contenant le vaccin Pfizer sur un soignant de la maison de retraite SAVF Evanna Tehuis près de Klerksdorp, le 19 mai 2021.

Les Etats-Unis vont doubler leurs dons de vaccins contre le Covid-19 et tâcher de rallier la communauté internationale autour d'un objectif très ambitieux, à savoir atteindre 70% de la population de chaque pays du monde vaccinée d'ici un an, ont indiqué mercredi de hauts responsables de l'administration américaine.

Washington va acheter et distribuer aux pays en développement 500 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer/BioNTech. Cela double quasiment, à plus de 1,1 milliards, le nombre de doses que les Etats-Unis ont à ce jour promis de donner, ont indiqué mercredi ces sources, qui ont requis l'anonymat.

L'annonce doit être faite officiellement mercredi par le président américain Joe Biden lors d'un sommet virtuel qu'il organise sur la lutte contre la pandémie. "C'est un immense engagement des Etats-Unis. Pour chaque dose que nous avons administrée dans ce pays, nous en donnons trois à d'autres pays", ont-elles insisté.

Les vaccins seront achetés à prix coûtant, et acheminés via le mécanisme international Covax, selon les hauts responsables. A ce jour, les Etats-Unis ont déjà expédié environ 160 millions de doses à plus de 100 pays différents.

Le sommet de mercredi doit durer quatre heures et rassembler, virtuellement, des responsables de plus de 100 pays, selon les hauts responsables, qui n'ont pas donné plus de détails sur l'identité des participants.

Joe Biden veut, lors de cet événement, "un objectif ambitieux", à savoir que chaque pays, y compris parmi les plus pauvres, "atteigne 70% de vaccination", avant la prochaine Assemblée générale des Nations Unies, c'est-à-dire dans un an.

Selon le décompte de OurWorldInData, par exemple, à l'heure actuelle 43,5% de la population internationale a reçu au moins une dose de vaccin. Mais ce chiffre, tiré vers le haut par la course à la vaccination des pays développés, cache des inégalités gigantesques puisque la proportion tombe à 2% seulement dans les pays les plus pauvres.

"Ce sommet a pour ambition de décréter le début de la fin de la pandémie", selon les sources américaines, "cela va demander beaucoup de travail." "Les Etats-Unis font leur part et augmentent leurs efforts une nouvelle fois. Mais nous ne pouvons pas faire cela tous seuls", ont-elles indiqué.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait plus de 4,7 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP.

L'OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.

L'organisation mondiale de la santé n'a de cesse d'exhorter les pays riches à distribuer davantage de vaccins aux populations vulnérables des pays les plus pauvres, plutôt que de fournir des rappels (doses "boosters") à leurs propres ressortissants, ce qu'envisage l'administration Biden.

Le président démocrate, qui répéte à l'envie que "l'Amérique est de retour" sous sa houlette, entend que les Etats-Unis prennent la tête de la lutte internationale contre la pandémie.

Mais il doit composer chez lui avec des réticences parfois virulentes à la vaccination.

Ce alors que le Covid-19 a tué davantage d'Américains que la grippe espagnole en 1918-19, selon les données publiées lundi par l'université Johns Hopkins, qui fait référence en la matière.

Plus de 678.000 personnes contaminées par le nouveau coronavirus sont décédées aux Etats-Unis, selon ce dernier bilan.

A New York, la fin du télétravail fait grincer des dents

A New York, la fin du télétravail fait grincer des dents
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

USA: l'argent confisqué au vice-président Obiang sera utilisé pour fournir des vaccins covid aux Équato-Guinéens

Le vice-président Teodorin Obiang Nguema, le fils du président de la Guinée équatoriale Teodoro Obiang Nguema lors d'une messe à la cathédrale de Malabo pour célébrer son 41e anniversaire, le 25 juin 2013.

Au total 15 milliards FCFA seront utilisés et 600.000 personnes devraient en bénéficier, selon Washington.

Le gouvernement américain a annoncé lundi que l'argent provenant de la liquidation des biens prétendument mal acquis confisqués au vice-président de la Guinée équatoriale, Teodoro Nguema Obiang Mangue, sera utilisé pour acheter des médicaments et des vaccins contre le coronavirus pour la population équato-guinéenne.

M. Obiang Mangue, 53 ans, est le fils du président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, au pouvoir depuis 1979.

Selon un communiqué du ministère américain de la justice dont copie est parvenue à VOA Afrique, le montant total de cette opération s’élève à 26,6 millions de dollars, soit près de 15 milliards de francs CFA.

L’achat des vaccins anti-covid sera géré par les Nations unies à hauteur de 19,25 millions de dollars, soit environ 10,7 milliards FCFA. Les 6,35 millions de dollars restants (environ 3,5 milliards FCFA) seront attribués à une organisation caritative pour l'achat de médicaments divers. C’est l’ONG Medical Care Development International (MCDI) qui a été désignée à cet effet.

Basée dans la banlieue de Washington, MCDI est dirigée par Dr Joséa Ratsirarson, ancien secrétaire général au ministère de la Santé publique de Madagascar. Selon le site web de l’ONG, MCDI a déjà mené à bien trois interventions dans le domaine de la santé en Guinée équatoriale en faveur des femmes et des enfants, notamment dans la lutte contre le paludisme et le cancer cervical.

Blouson Michael Jackson et Ferrari

Au moins 600 000 personnes devraient bénéficier de ces deux opérations en Guinée équatoriale, selon les estimations du gouvernement américain.

La confiscation des biens de Teodoro Nguema Obiang Mangue est le résultat d'une longue bataille juridique engagée par les autorités fédérales visant les avoirs de certaines personnalités politiques africaines aux États-Unis.

Parmi les biens confisqués à l’actuel vice-président de la Guinée équatoriale, on inventoriait un blouson avec un autographe du légendaire musicien Michael Jackson, décédé en 2009. Il y avait aussi une villa à Malibu et une Ferrari.

C'est aussi dans le cadre de cette bataille qu'un appartement de luxe appartenant à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président de la République du Congo, a été confisqué à Miami en 2020. C'est aussi dans ce cadre qu'un manoir appartenant à l'ancien président gambien Yayah Jammeh a été saisi dans l'État du Maryland, il y a un an.

Selon les procureurs, M. Obiang Mangue, quoique haut fonctionnaire, avait un salaire relativement modeste qui ne pouvait pas justifier le style de vie somptueux qu’on lui attribue.

C’est donc "par le biais de la corruption et du blanchiment d'argent, en violation des lois américaines et équato-guinéennes" qu’il a pu amasser une fortune de plus de 300 millions de dollars, conclut le communiqué des autorités américaines.

Aucun commentaire de la Guinée équatoriale n'est parvenu immédiatement à VOA Afrique.

Nouvelle rentrée scolaire sous covid

Nouvelle rentrée scolaire sous covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Pfizer dit que son vaccin covid peut être administré aux enfants de 5 à 11 ans

Des élèves de maternelle portent des masques anti-covid au premier jour de reprise des cours en présentiel à Bogota, en Colombie, lundi 15 février 2021.

Le vaccin COVID-19 de Pfizer est efficace chez les enfants âgés de cinq à onze ans, a annoncé la société lundi.

La société va bientôt demander l'homologation aux États-Unis pour cette tranche d'âge, une étape clé dans l'initiation de la vaccination chez les jeunes enfants.

Le vaccin fabriqué par Pfizer et son partenaire allemand BioNTech est déjà disponible aux États-Unis pour les personnes âgées de 12 ans et plus. Mais avec la reprise des classes, on observe aux États-Unis une forte augmentation des infections chez les enfants.

De nombreux pays occidentaux ont limité les vaccinations à 12 ans et plus jusqu'à ce qu'ils disposent de données sur le dosage et la fiabilité chez les patients plus jeunes.

Vaccination en cours à Cuba et en Chine

Ailleurs, la vaccination des enfants en bas âge est déjà en cours. A Cuba, les autorités sanitaires ont commencé à vacciner les enfants à partir de l'âge de deux ans, avec un vaccin développé sur place.

En Chine, les autorités ont autorisé l'utilisation de deux vaccins développés localement à partir de l'âge de trois ans.

Même si les enfants sont moins exposés au risque de tomber gravement malade ou de mourir de la maladie COVID-19, à ce jour plus de 5 millions d'enfants ont contracté le coronavirus depuis le début de la pandémie aux États-Unis et au moins 460 en sont morts, selon l'Académie américaine de pédiatrie.

Les cas chez les enfants ont augmenté de façon spectaculaire à mesure que la variante du delta s'est répandue dans le pays.

Voir plus

XS
SM
MD
LG