Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Burundi

Libération de membres de l'Église adventiste

Les juges de la Cour constitutionnelle, à Bujumbura, Burundi, 31 mai 2018. (Facebook/iBurundi)

L'Eglise adventiste du 7e jour a annoncé la libération vendredi de deux dirigeants et de 21 membres de sa branche au Burundi, arrêtés début mai pour s'être opposés à une décision gouvernementale de leur imposer un leader, dans un communiqué parvenu samedi à l'AFP.

"Nous avons reçu des nouvelles très encourageantes et sommes heureux d'indiquer que tous les détenus adventistes au Burundi ont été relâchés", a annoncé le bureau de Ted Wilson, président de l'Église adventiste, dans un communiqué daté de Silver Spring aux États-Unis, et parvenu à l'AFP samedi.

"Nous remercions le gouvernement du Burundi pour son rôle, et plus particulièrement l'un des membres du Parlement, Honorable Justin Niyobuhungiro, pour avoir facilité les libérations", poursuit le texte.

Un pasteur de l'église a expliqué sous couvert de l'anonymat qu'un troisième pasteur arrêté mercredi avait lui aussi été remis en liberté.

"Les pasteurs et les autres ont été relâchés hier (vendredi) peu après 18H00, après avoir été entendus par un magistrat du parquet général de la République (...) il a reçu un ordre venu d'en haut de les relâcher", selon la même source, une information confirmée par une source judiciaire.

L'Église adventiste du 7e jour avait dénoncé mercredi le "harcèlement" dont elle fait l'objet de la part du gouvernement du Burundi depuis six mois et l'arrestation du pasteur Lamec Barishinga et d'un de ses adjoints, Lambert Nitunga, accusés de "rébellion".

Les deux prélats avaient été arrêtés parce que Lamec Barishinga, nommé en novembre 2018 comme président de la branche burundaise de cette église, a refusé de céder sa place à son prédécesseur, le pasteur Joseph Ndikubwayo, réputé proche du pouvoir, et que le ministre burundais de l'Intérieur voulait maintenir en fonction.

Dans son communiqué vendredi, l'église dit espérer "une amélioration de cette situation délicate" et appelle ses fidèles à continuer de prier pour qu'une solution soit trouvée.

L'Église adventiste compte quelque 150.000 membres au Burundi et est l'une des plus anciennes du pays.

Toutes les actualités

Nouvelles mesures à la frontière congolaise pour stoper Ebola

Nouvelles mesures à la frontière congolaise pour stoper Ebola
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Du camp de réfugiés à l'atelier d'art

Du camp de réfugiés à l'atelier d'art
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Flambée de paludisme au Burundi

Flambée de paludisme au Burundi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Le Burundi confronté à une flambée de paludisme

Une femme avec son enfant dans un dispensaire à Bujumbura, au Burundi, le 18 avril 2006.

Une agence onusienne évoque "des proportions épidémiques" de la maladie depuis début mai, mais le gouvernement burundais a refusé jusqu'ici de déclarer une épidémie de paludisme.

Le Burundi est confronté à une flambée de paludisme atteignant des "proportions épidémiques" qui a fait plus 1.800 victimes depuis le début de l'année, selon l'ONU, soit autant que le nombre de victimes d'Ebola en un an dans la République démocratique du Congo voisine.

Du 1er janvier au 21 juillet 2019, "un total cumulé de 5.738.661 cas et de 1.801 décès a été signalé", selon un rapport du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA). Le Burundi compte 11,5 millions d'habitants.

Les auteurs du rapport évoquent "des proportions épidémiques" de la maladie depuis début mai, mais le gouvernement burundais a refusé jusqu'ici de déclarer une épidémie de paludisme, malgré des demandes des organisations internationales en ce sens depuis la mi-avril.

"Au cours de la semaine 29 (du 15 au 21 juillet 2019), 152.243 cas, dont 65 décès, ont été signalés dans 39 districts (sanitaires) sur (les) 46" que comptent le Burundi, a annoncé OCHA, parlant d'"une augmentation de 164% du nombre de cas signalés" par rapport à la semaine 29 de 2018.

Un faible recours aux mesures préventives comme les moustiquaires ou "le manque de ressources humaines, de ressources logistiques et financières pour une réponse efficace" sont les principaux facteurs expliquant cette flambée de cas de paludisme.

Une source au sein de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sollicitée par l'AFP, a expliqué ne pas être en mesure de commenter ces chiffres, précisant que "la décision de déclarer une épidémie relève de la souveraineté de l'Etat burundais".

Mi-mars 2017, le gouvernement avait déclaré une épidémie de paludisme alors que le pays venait de recenser quelque 1,8 million de cas et 700 décès en à peine trois mois. Il semble plus réticent à le faire cette année.

"Nous sommes à moins d'une année de la présidentielle, le pouvoir de (Pierre) Nkurunziza qui fait face à de nombreuses crises ne veut pas reconnaître ce qui pourrait être considéré comme un échec de sa politique en matière de santé", a justifié un haute cadre du régime sous couvert d'anonymat.

Le Burundi, qui traverse une grave crise socio-économique depuis 2015, a déclaré une épidémie de choléra dans le pays depuis avril et fait face à de nombreuses pénuries sur les carburants ou les médicaments et plus généralement la plupart des biens importés, faute de devises.

Selon l'OMS, quelque 219 millions de cas de paludisme ont été recensés dans le monde en 2017, entraînant 435.000 décès dont 93% sont survenus en Afrique.

Six militaires de l'AMISOM tués dans une attaque

Six militaires de l'AMISOM tués dans une attaque
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:48 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG