Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Coronavirus

Les technologies plus que jamais au chevet de la santé avec la pandémie

Le professeur Chen Xiaodon de l'École des sciences et de l'ingénierie des matériaux de l'Université technologique de Nanyang, le 16 septembre 2020 (Photo de Roslan RAHMAN / AFP)

La santé numérique est sur le devant de la scène au grand salon annuel de la tech à Las Vegas, la pandémie ayant fait exploser l'utilisation des services médicaux à distance.

Au Consumer Electronics Show, qui débute lundi, sont présentés toute une série d'outils pour faciliter les consultations en ligne ou au téléphone ainsi que toutes sortes de nouveaux capteurs biomédicaux et appareils permettant aux patients d'éviter des salles d'attente parfois bondées.

La demande pour les services de télémédecine devrait augmenter de 64% aux Etats-Unis selon les chercheurs du cabinet Frost & Sullivan, augmentant d'autant le besoin pour des plateformes de communication pratiques et efficaces et des appareils médicaux chez les particuliers.

"On a appris que passer du temps dans des salles d'attente avec d'autres patients malades pouvait être problématique et les gens cherchent d'autres moyens de se faire soigner", remarque Samir Qamar, médecin généraliste et créateur de MedWand, un outil permettant au patient de prendre lui-même sa tension, sa température, sa pression sanguine etc, et de transmettre les résultats directement via l'ordinateur. Il devrait être lancé dans l'année.

La pandémie a montré les lacunes de la technologie, comme le fait que certains patients n'ont tout simplement pas accès à internet, souligne M. Qamar, qui doit s'exprimer lors du CES.

"L'un des gros problèmes réside dans la difficulté d'examiner les patients à distance", dit-il aussi à l'AFP.

Nombre d'entreprises se sont lancées sur le créneau pour développer des outils pouvant être utilisés à la maison, comme des stéthoscopes, des otoscopes pour examiner les oreilles, des tensiomètres et oxymètres.

Mais ils doivent encore démontrer qu'ils sont hautement précis pour décrocher l'approbation des régulateurs, note M. Qamar.

Parmi les autres appareils présentés au CES figurent des outils pour surveiller l'état de santé des personnes âgées restant seules chez elles ou des appareils pouvant se porter, comme un bracelet, pour détecter les premiers signes d'une maladie.

Au travail

La vie au travail n'est pas en reste avec des thermomètres intelligents, des purificateurs d'air ou des robots désinfectants.

"Des appareils un peu fous comme des purificateurs d'air personnels, qui auraient été regardés de haut l'an dernier, vont être observés avec beaucoup plus d'intérêt cette année", estime Richard Windsor, un analyste spécialisé dans les technologies qui tient le blog Radio Free Mobile.

Autre élément essentiel pour les soins médicaux à distance: le suivi des données de santé et l'utilisation d'outils d'analyse pour mieux comprendre les risques, qu'il s'agisse du Covid-19 ou d'autres maladies, note Bettina Experton, directrice générale de la plateforme de santé numérique Humetrix, exposante de longue date au CES.

Si plus de patients se tournent vers la télémédecine, "le médecin n'aura peut-être jamais vu le patient auparavant", souligne-t-elle. "Il est donc essentiel d'avoir accès à son dossier médical."

Sa société a développé différentes applications mobiles permettant de partager les données du patient en un simple clic.

La plateforme, accessible aux particuliers comme aux assureurs, utilise aussi l'intelligence artificielle pour aider à évaluer les risques des patients, ceux atteints par le coronavirus par exemple.

Axion Research, une société basée à Tokyo, va dans la même veine présenter au CES un système permettant de détecter les signes précoces de certaines maladies comme des cancers ou Alzheimer grâce à un système d'intelligence artificielle "cartographiant" l'état de santé des patients.

Autre tendance: l'utilisation d'outils initialement plus destinés à l'entretien de la forme pour le champ médical, remarque Robin Murdoch du cabinet Accenture, qui suit le salon.

"On a maintenant des montres intelligentes et d'autres appareils qui surveillent votre pouls, votre taux d'oxygène dans le sang et d'autres mesures, et fournissent des tas de données" pouvant servir aux médecins, pointe-t-il.

Toutes les actualités

Covid-19: Seuls 4 Afro-Américains sur 10 acceptent de se faire vacciner

Covid-19: Seuls 4 Afro-Américains sur 10 acceptent de se faire vacciner
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Au Kenya, les marionnettes contre le coronavirus

Au Kenya, les marionnettes contre le coronavirus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:27 0:00

Afrique du Sud: Une unité spéciale transporte les patients Covid

Afrique du Sud: Une unité spéciale transporte les patients Covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

Malawi: premières restrictions pour lutter contre le Covid-19

Le président du Malawi Lazarus Chakwera prête serment à Lilongwe, Malawi, le 28 juin 2020.

La toute première série de restrictions pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 est entrée en vigueur lundi au Malawi, où les cas flambent, a annoncé le chef de l'Etat, passant outre une décision judiciaire ayant interdit jusque là tout confinement.

A l'inverse des autres pays du continent, la vie quotidienne n'a pas connu de changement dans ce pays d'Afrique australe, depuis qu'en avril la Haute cour du pays (qui fait office notamment de juge constitutionnel) a bloqué une décision de confinement prise par le gouvernement.

Les magistrats avaient estimé insuffisantes les mesures prises pour compenser la perte des moyens d'existence de la population de ce pays très pauvre, dont la plupart des habitants travaille de façon informelle et où dont plus de la moitié des citoyens vit sous le seuil d'extrême pauvreté.

Mais, après plusieurs mois durant lesquels le niveau d'infections est resté relativement faible, le Malawi - comme de nombreux autres pays africains - fait face à une flambée du nombre de cas de Covid-19.

Dimanche soir, le président Lazarus Chakwera a ordonné la mise en place d'un couvre-feu nocturne et la fermeture des écoles pendant trois semaines.

Le nombre de participants aux rassemblements a été limité et le port du masque - jusqu'ici seulement encouragé - devient obligatoire pour la première fois depuis le début de l'épidémie.

"Le temps est venu de mettre en place ces mesures pour le bien commun", a déclaré dimanche soir M. Chakwera dans une adresse à la Nation, ajoutant qu'elles entreraient en vigueur ce lundi.

Le décès le 12 janvier du Covid-19 de deux ministres a poussé le chef de l'Etat à déclarer l'état d'urgence, lui permettant de passer outre la décision de la Haute cour.

Jusqu'ici, le Malawi a enregistré seulement 12.470 cas dont 314 décès pour une population de plus de 18 millions de personnes. Mais plus de 40% de ces cas ont été détectés durant le seul mois de janvier, avec un record dimanche de 685 cas en 24 heures.

M. Chakwera a prévenu que les structures sanitaires du pays étaient "submergées" par cette flambée.

"La situation est absolument désespérée", a -t-il affirmé, présentant un projet de recrutement de personnel médical et d'ouverture d'hôpîtaux de campagne.

Il a également promis que 24 millions de dollars seraient débloqués pour combattre l'épidémie.

Jusqu'ici, les seules mesures prises ont été la fermeture des frontières internationales entre août et octobre, puis brièvement en décembre, pour éviter l'importation de cas.

A Dakar, les structures sanitaires se modernisent pour les cas Covid

A Dakar, les structures sanitaires se modernisent pour les cas Covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:02 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG