Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les Tanzaniens aux urnes pour élire leurs président, députés et conseillers municipaux


Vote anticipé pour les agents de l'État essentiels dans l'île semi-autonome de Zanzibar, en Tanzanie, le 27 octobre 2020. (Photo: Reuters)

Au total 15 candidats sont en lice pour la présidence et les électeurs choisiront 264 députés à l'Assemblée nationale de Tanzanie et 50 dans la région semi-autonome de Zanzibar.

Les Tanzaniens se rendent aux urnes mercredi. Le président John Magufuli devrait être réélu, malgré la vive contestation du chef de l'opposition Tundu Lissu et les accusations des groupes de défense des droits, qui accusent le président sortant de réprimer les libertés individuelles et la dissidence.

M. Magufuli, 60 ans, est le candidat du parti Chama Cha Mapinduzi (CCM, pouvoir). Il a pris ses fonctions en novembre 2015 et souhaite être réélu pour cinq ans en raison de son bilan économique. Ancien ministre des travaux publics, il vante ses projets d'infrastructure et le succès de son administration dans l'augmentation du produit intérieur brut du pays.

Le président John Magufuli s'adresse au congrès national du parti au pouvoir, le Chama Cha Mapinduzi, à Dodoma, en Tanzanie, le 11 juillet 2020.
Le président John Magufuli s'adresse au congrès national du parti au pouvoir, le Chama Cha Mapinduzi, à Dodoma, en Tanzanie, le 11 juillet 2020.

Au total 15 candidats sont en lice pour la présidence, mais le principal challenger est Tindu Lissu du parti Parti pour la démocratie et le progrès, plus connu sous le nom de Chadema. M. Lissu, 52 ans, est rentré au pays en juillet après trois ans passés en Belgique, où il se remettait d'une tentative d'assassinat en Tanzanie en 2017.

Les électeurs choisiront également des législateurs - 264 à l'Assemblée nationale de Tanzanie et 50 dans la région semi-autonome de Zanzibar - ainsi que des milliers de conseillers municipaux.

Libertés, COVID-19 et développement

Les détracteurs de l'administration du président Magufuli l'accusent de faire reculer les libertés individuelles, d’acculer les opposants, la presse et la société civile.

Début octobre, la campagne de M. Lissu a été suspendue pendant une semaine par la Commission électorale nationale pour avoir prétendument utilisé un langage séditieux et commis d'autres violations. Le parti Chadema a qualifié les accusations d'injustes mais s’est toutefois plié à l’ordre de suspension.

Le candidat de l'opposition Tundu Lissu est accueilli par ses supporters à l'aéroport international Julius Nyerere de Dar es Salaam, en Tanzanie, le 27 juillet 2020.
Le candidat de l'opposition Tundu Lissu est accueilli par ses supporters à l'aéroport international Julius Nyerere de Dar es Salaam, en Tanzanie, le 27 juillet 2020.

Depuis le début de la campagne, fin août, les Tanzaniens ont participé à d'énormes rassemblements politiques sans masques ni distanciation physique. Début mai, le gouvernement a arrêté de publier les mises à jour quotidiennes sur l’évolution de la pandémie. A l’époque, le pays avait déjà enregistré 509 cas confirmés et 21 décès.

En juin, le président Magufuli, fervent catholique, a déclaré que la Tanzanie a vaincu le coronavirus grâce à la prière.

Dans une interview accordée à la VOA, M. Lissu a laissé entendre qu'il pense que le virus est toujours là, mais il a ajouté que "la vie continue".

Avec ses 60 millions d’habitants, la Tanzanie est la deuxième économie d'Afrique de l'Est après le Kenya. Sa croissance au cours de la dernière décennie s'est poursuivie sous M. Magufuli, avec un revenu national brut par habitant qui a atteint 1 080 dollars l'année dernière - suffisamment pour élever la Tanzanie au rang des pays à revenu intermédiaire, selon le barème de la Banque mondiale.

Mais, en raison d'un taux de natalité élevé, le nombre réel de pauvres est passé à 14 millions aujourd'hui - et beaucoup plus encore vivent dangereusement près du seuil de pauvreté, a noté la Banque mondiale.

Carte de la Tanzanie
Carte de la Tanzanie

M. Lissu a soutenu pendant sa campagne que le niveau de vie de la plupart des Tanzaniens ne s'est pas amélioré. Il affirme qu'il investirait dans le potentiel humain, principalement en améliorant les systèmes d'éducation et de santé, ainsi que les infrastructures.

M. Lissu dit également qu'il a l'intention de lutter contre la corruption et de réformer la justice pénale et les systèmes de distribution des terres.

Pour sa part, M. Magufuli s'est positionné comme un champion de la lutte contre la corruption. "Je déteste les voleurs", avait-il déclaré lors de sa prise de fonction. "Ce sont eux qui ont fait de cette nation un pays pauvre", avait-il ajouté.

Depuis son indépendance en 1961, la Tanzanie est un havre de paix. Le pays a abrité des réfugiés de la République démocratique du Congo, du Burundi, du Rwanda et d'autres pays voisins - et a servi de principal médiateur de paix en période de troubles. La Tanzanie est un acteur majeur dans la région, membre fondateur du bloc des six pays de la Communauté de l'Afrique de l'Est.

Le directeur des élections de la Commission électorale nationale tanzanienne, Charles Wilson, a déclaré à VOA que le vote sera transparent et crédible.

Cet article provient du service swahili de la VOA. Traduit et adapté par VOA Afrique.

XS
SM
MD
LG