Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

70% des détenus Nigérians sont en attente de jugement


Une prison à Damaturu, Nigeria, le 4 novembre 2011.

Au Nigeria, ils sont surnommés les prisonniers oubliés. Arrêtés, détenus, beaucoup sont illettrés, ne connaissent pas leurs droits et ignorent même pourquoi ils sont en prison. C’est le cas de deux garçons qui ont été arrêtés et incarcérés pendant plusieurs années déjà.

L'incident s’est produit en 2014 dans un quartier pauvre de Lagos, la capitale économique. Junior et son ami Prospère habitent dans une chambre qu’ils ont louée. La police fait une descente dans leur quartier à la recherche d’un certain Akim, qui se trouve être le propriétaire de leur chambre.

Akim est soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vol de voiture. Les deux jeunes hommes, âgés de 21 ans, sont embarqués dans le fourgon de police. Ils sont accusés d’être les complices d’Akim. Depuis, ils sont détenus. Ils n’ont jamais comparu devant un juge et personne ne sait s'ils sont innocents ou coupables.

Hassana Nurudeen, une amie du quartier suit l’évolution de cette affaire en justice. "Depuis le début du procès Akim ne se présente pas à la Cour comme il est déjà condamné. Et le fait qu’il n’assiste pas aux audiences et qu’ils sont tous considérés comme des complices, à chaque audience l’affaire est reportée à une autre date", souligne-t-elle.

Cela fait ainsi six ans que les deux garçons sont derrière les barreaux sans espoir d’en sortir. La mère de Junior, Dupé Ajokuji​, explique que "à cause de la pandémie du Covid-19, je ne peux plus lui rendre visite et rester avec lui pour quelque temps. Je ne suis pas en paix, je n’arrive pas à dormir. Je prie et je jeûne toujours jusqu'à ce que je puisse revoir mon fils".

Le cas de Prospère et son ami Junior n’est qu'un exemple parmi des dizaines de milliers d'autres Nigérians emprisonnés depuis des années, parfois des décennies, sans avoir jamais été condamnés.

Deji Adeyanju, activiste, a été une autre victime du système judiciaire. Maintenant, il s’est engagé après à lutter contre l’injustice.

"Quand j’étais en prison à Kano je voyais cela tous les jours. Ils amenaient les gens régulièrement en prison pour des cas similaires, pour appartenance à une bande criminelle. On appelle ça DGT sous le code pénal. Et des milliers sont conduits dans les prisons chaque année sans être jugés et beaucoup sont oubliés. Nous avons juste besoin d’améliorer nos lois".

Sur les quelques 74.000 détenus qu’il y a dans le pays, 70% de la population carcérale totale est en attente de jugement, selon le ministère de la Justice. Hamza Attahiru Walla, avocat et coordinateur de la branche de la commission nationale des droits humains pour l’Etat de Kebbi, donne des raisons qui empêchent le jugement rapide de ces détenus.

"Je pense que l’une des raisons c’est le bien-être des juges, il faut leur accorder plus de priorité. Le second facteur qui cause le retard c’est le manque de fonds. Un autre facteur concerne les avocats. Ils sont aussi à la base du retard pour que justice soit faite aux détenus", souligne-t-il.

Le vice-président Nigérian Yemi Osinbajo a récemment appelé à une reforme profonde du système judiciaire. Mais pour Adedayo Ademuwagun, président de l'association de la société civile Crepper, la réforme s’annonce difficile.

"Il n’y a pas de transparence dans la manière avec laquelle le gouvernement mène les reformes. Ce que cela veut dire est que le Parlement n’arrive pas contrôler les actions du gouvernement. Il n’arrive pas le faire tout simplement parce qu’il ne sait pas ce que fait le gouvernement exactement. Les organisations de la société civile également ne peuvent pas contrôler le gouvernement parce qu’elles ne sont pas aussi au courant".

Les décisions de réformes dans les différents secteurs de l’administration sont perçues comme une bonne chose mais le seul problème c'est leur application.

XS
SM
MD
LG