Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Report des JO de la Jeunesse: "La seule plage qui était disponible est 2026"


Le ministre des sports, la Maire de Dakar et les autorités olympiques accompagnés par les ambassadeurs d’Espagne, du Japon et de la France, à Dakar, le 16 juillet 2020. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Au lendemain de l'annonce du report des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Dakar de 2022 à 2026, le Comité d'organisation, le Comité olympique sénégalais et les autorités ont fait face à la presse pour détailler les raisons du report et se projeter vers 2026.

Si le report a été très acté et accepté par le monde sportif, le choix de 2026 était incompréhensible pour certains. C'est donc la première équivoque que le président du Comité d'organisation a levée. Mamadou Diagna Ndiaye justifie ce report de 4 ans par rapport à la date initiale.

"La seule plage qui était disponible est 2026. Comme vous le savez 2021 c'est les Jeux d'été à Tokyo, 2024 c'est Paris et 2026 Dakar c'était la seule date disponible", précise-t-il. Pour lui, c'est quelque chose qui s'inscrit "tout naturellement" dans l'agenda Olympique et qui n'a pas d'impact sur le rythme des préparations car Dakar n'était "pas en retard".

Cette décision est certes dictée par l'impact de la maladie Covid19 mais il montre également le pragmatisme des autorités.

C'est l'avis de Soham El Wardini, maire de Dakar, qui estime que le report décidé par le CIO et les autorités sénégalaises est "la preuve, s'il était encore nécessaire de le démontrer, que le Sénégal et son président mais aussi le CIO savent agir avec lucidité et responsabilité". L'édile de la capitale sénégalaise a également assuré que les équipes municipales resteront mobilisées jusqu'en 2026 et l'engagement de la ville n'en sera que "plus grand pour des jeux pour les jeunes, par les jeunes et avec les jeunes".


Ce sont justement les jeunes qui subiront tout l'impact de ce report, vu que beaucoup seront disqualifiés par la limite d'âge. Et pour ne pas léser ces derniers, le ministre des Sports invite les fédérations nationales à continuer le travail parce qu'elles sont là pour "faire de la promotion, faire de la détection et encadrer les jeunes avec l'appui du comité olympique qui ne cesse de donner des bourses pour les meilleurs".

Pour le ministre des Sports ce travail ne va pas "s'arrêter", au contraire il faut l'intensifier. "Il faut se dire qu'on a une échéance ça peut être 2022 pour ne relâcher et continuer le travail qu'il faut. Non seulement on va encadrer ces jeunes-là mais on va détecter d'autres qui pourront faire plus", a-t-il conclu.

Le Comité d'organisation des Jeux olympiques de la jeunesse de Dakar compte aussi mettre à profit ce report pour renforcer et améliorer l'offre que le Sénégal avait proposée au CIO.

Parallèlement, des partenaires comme la France, le Japon et l'Espagne se sont déjà engagés à accompagner le Sénégal pour une réussite totale du premier évènement olympique sur le continent africain. Désormais le cap est pour 2026.

XS
SM
MD
LG