Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Coronavirus

Les Etats-Unis vont autoriser le vaccin Pfizer pour les enfants âgés de 12 ans et plus

Le vaccin Pfizer, le 23 avril 2021.

Les Etats-Unis devraient autoriser le vaccin de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 pour les enfants âgés de 12 ans et plus à partir de la semaine prochaine, ont rapporté lundi des médias américains.

Pfizer a demandé une autorisation d'utilisation d'urgence pour son vaccin, à destination des enfants et adolescents âgés de 12 à 15 ans, selon la chaîne CNN citant un responsable gouvernemental.

"L'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and drug administration, FDA) devra modifier sa réglementation sur l'autorisation d'utilisation d'urgence du vaccin, mais le processus devrait être simple", rapporte CNN.

Le vaccin Pfizer est actuellement autorisé pour les personnes âgées de 16 ans et plus aux Etats-Unis.

L'extension de la vaccination aux adolescents pourrait ouvrir la campagne de vaccination américaine à des millions de personnes supplémentaires.

Selon les données officielles, le taux de vaccination a atteint son pic autour du 11 avril outre-Atlantique, et bien que 55% des adultes aient désormais reçu une ou plusieurs doses, le chemin à parcourir pour atteindre l'immunité collective est encore long.

Mais un nouveau défi se pose aujourd'hui: vacciner l'autre moitié, qui hésite encore.

Parmi les électeurs républicains, 29% déclarent qu'ils ne se feront jamais vacciner, contre 5% des démocrates et 9% des indépendants, selon une enquête récente de la Kaiser Family Foundation.

Toutes les actualités

Les Américains vaccinés n'ont plus besoin de porter de masque

Les Américains vaccinés n'ont plus besoin de porter de masque
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Le gouvernement fédéral nigérian introduit de nouvelles restrictions face au COVID-19

Le gouvernement fédéral nigérian introduit de nouvelles restrictions face au COVID-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Fête de la Korité: au Sénégal, la vente de poulets bat de l'aile

Un vendeur de poulets prépare des oiseaux à vendre sur un marché de Bambilors à Dakar, le 4 mai 2018.

Au Sénégal, il est de tradition de fêter la Korité avec des mets succulents, notamment le poulet. Comment se portent les aviculteurs? Zoom sur leurs entreprises au Sénégal.

Avec la fin prochaine du ramadan, la communauté musulmane du Sénégal va célébrer la Korité. Et justement dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest, il est de coutume de préparer du poulet en guise de repas. Une période faste pour les aviculteurs. Seulement la pandémie de coronavirus a encore cette année miné leur business.

Alioune Fall est aviculteur. "Évidemment que notre activité est touchée par la pandémie de Covid-19. Mais honnêtement on s'en sort quand même. L'année dernière était pire. Car la fête coïncidait avec l'état d'urgence notamment le couvre-feu ou encore l'interdiction du transport interrégional. Mais cette année on arrive à faire un chiffre d'affaires correct", concède-t-il.

Un autre aviculteur, Assane Diop, estime que cette année encore les clignotants sont au rouge. Une faible production, forcément un chiffre d'affaires moins important. Il nous explique le pourquoi. "Notre chiffre d'affaires a baissé. Nous avons réduit le nombre de poussins car nous ne souhaitons pas avoir du mal a écouler tout notre stock", dit-il.

Arona conforte ses collègues. Entre une forte concurrence, la cherté du prix des aliments et la conjoncture, la vente de poulet en cette période de Korité bat de l'aile.

"Notre business est confronté à beaucoup de difficultés en cette période de Korité. Il y a une forte concurrence en ce moment. Car tout le monde se dit aviculteur. Il y a également la hausse du prix de l'aliment pour poussin. Le prix du sac est passé de 14 500f à 15 500 francs CFA", se plaint-il.

Dans l'assiette du Sénégalais lambda, il est impensable de ne pas voir du poulet rôti le jour de la Korité. Seulement depuis l’apparition du nouveau coronavirus, les aviculteurs dénoncent des pertes de gains. Un fait qui s'explique selon eux par la conjoncture qui touche les populations depuis le début de la pandémie.

Cri d'alarme des éleveurs et vendeurs de poulets camerounais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:18 0:00

Les allocations chômage font polémique aux États-Unis

Les allocations chômage font polémique aux États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

Le gouvernement nigérian introduit de nouvelles restrictions anti-covid

Un responsable de la santé pousse une bouteille d'oxygène sur un chariot pour traiter des patients atteints de COVID-19 souffrant de problèmes respiratoires aigus dans un service du centre d'isolement de l'État de Lagos à Yaba, Lagos, le 22 janvier 2021.

Masques obligatoires, tests payants, et capacité réduite dans les établissements sont autant de mesures adoptées récemment.

Le gouvernement fédéral du Nigeria a réintroduit de nouvelles restrictions sanitaires. Les bars, les centres de loisirs vont fermer et le gouvernement va fixer des limites des rassemblements publics à 50 personnes, un couvre-feu national de minuit à 4h du matin est instauré.

Craignant la situation actuelle dans trois pays notamment l’Inde, la Turquie et le Brésil où il y a un nombre élevé de cas et un taux de mortalité élevé dû à une prévalence généralisée de variantes préoccupantes, les autorités nigérianes ont décidé de nouvelles restrictions pour prévenir et maîtriser efficacement la résurgence d'une phase aiguë de la pandémie de Covid-19 dans le pays le plus peuplé d’Afrique.

Dr Sani Aliyu, coordinateur de la commission sur le Covid-19 au Nigeria, revient sur les mesures annoncées: "Nous allons maintenir les restrictions sur les rassemblements de groupe dans les lieux de travail à un maximum de 50 personnes. Les centres de loisirs, les bars, les clubs doivent rester fermés jusqu'à nouvel ordre. Les restaurants doivent prévoir une capacité d’accueille de 50% et proposer des plats à emporter".

La semaine dernière, le gouvernement avait annoncé l’interdiction d'entrée sur son territoire de passagers non Nigérians qui se sont rendus en Inde, au Brésil et en Turquie au cours des deux dernières semaines en raison des préoccupations concernant la propagation rapide du coronavirus dans ces trois pays.

Autre mesures annoncées par les autorités fédérales: les frais à verser pour les voyageurs pour se faire administrer un test de covid-19. Le président de la Commission nationale sur le covid-19 Boss Mustapha explique que "l’autorité des chefs d’Etat et de gouvernements de la Cédéao a fixé les frais de test de covid-19, que ça soit pour un test PCR ou n’importe quelle autre forme de test à $50 dollars au niveau de tous les points d’entrée à partir du 17 mai prochain".

Le gouvernement fédéral impose aussi des contrôles de température ainsi que le masque facial dans tous les lieux publics et lieux de travail, entreprises et lieux de culte.

Des nouvelles restrictions qui ont suscité des questions au sein du public. Mais pour Alero Roborts, consultante en santé publique, ces mesures sont nécessaires.

"C’est une préoccupation majeure pour nous qui sommes dans le domaine de la santé publique depuis quelques mois. Nous voyons la montée en flèche des cas de contamination en Inde, ce que nous pensons être une inquiétude et une menace. Il n’ y a pas vraiment une grande différence entre l’Inde et le Nigeria sur le plan de la population, sur le plan du profile épidémiologique et considérant notre localisation géographique".

Le Nigeria a connu une deuxième vague de la pandémie de Covid-19, certains ayant vu même une troisième vague en raison de nouvelles variantes plus contagieuses.

Voir plus

XS
SM
MD
LG