Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les Etats-Unis réclament la libération d'un activiste au Soudan du Sud


Peter Biar Ajak lors d'une interview pour le International Growth Centre. (Capture d'écran YouTube)

​Les Etats-Unis ont demandé la remise en liberté de Peter Biar Ajak, un éminent défenseur des droits humains arrêté samedi à Juba.

"Nous demandons sa libération et des informations sur ce qu'il lui est reproché", a déclaré à la presse l'ambassadeur des Etats-Unis au Soudan du Sud, Thomas Hushek, à l'issue d'un entretien avec le ministre sud-soudanais de la Justice Paulino Wanawilla.

M. Biar préside plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme au Soudan du Sud, dont le Forum des jeunes dirigeants sud-soudanais.

Dans de récentes déclarations aux médias sur le récent accord de partage du pouvoir négocié à Khartoum, il avait estimé qu'il était irréaliste et peu susceptible de ramener la paix dans un pays ravagé par la guerre civile depuis 2013.

Il avait aussi demandé à ce que le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar cèdent la place à de nouveaux dirigeants.

"Nous sommes profondément troublés par le fait que personne n'a été autorisé à lui parler ou à le voir", a souligné le Forum des jeunes dirigeants sud-soudanais dans un communiqué.

Le ministre de la Justice sud-soudanais a pour sa part affirmé n'avoir aucune information sur la détention de l'activiste.

"Tant que nous n'en connaissons pas la raison, nous ne pourrons pas parler de ce cas", a-t-il déclaré jeudi à la presse.

>> Lire aussi : Arrestation d'un éminent défenseur des droits de l'Homme au Soudan du Sud

Le gouvernement et les rebelles sud-soudanais ont signé le 26 juillet à Khartoum un accord "préliminaire" sur le partage du pouvoir, qui doit permettre le retour de M. Machar au poste de premier vice-président. Un accord définitif est attendu début août.

Plus jeune État au monde, le Soudan du Sud a obtenu son indépendance du Soudan en 2011, à l'issue de plusieurs décennies de lutte. Le pays s'est enfoncé dans une guerre civile en décembre 2013 quand M. Kiir a accusé M. Machar de fomenter un coup d'État.

Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts, près de quatre millions de déplacés (sur une population de 12 millions d'habitants) et provoqué une crise humanitaire catastrophique.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG