Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le Soudan réexamine un accord pour la construction d'une base navale russe


Les membres des forces de soutien rapide, l'unité controversée de contre-insurrection du Soudan à Khartoum, le 5 novembre 2017.

Le Soudan réexamine un accord, passé avec la Russie sous l'ancien président Omar el-Béchir, pour la construction d'une base navale à Port-Soudan (est) en raison de clauses jugées "préjudiciables", a indiqué un haut responsable militaire.

Selon Mohamed Othman al-Hussein, chef d'Etat major de l'armée soudanaise, une visite la semaine dernière d'une délégation russe au Soudan a été l'occasion de tenir des "pourparlers visant à réexaminer l'accord pour servir les intérêts du Soudan", a-t-il dit dans une interview télévisée mardi soir.


L'accord avai été discuté en 2017 entre le président russe, Vladimir Poutine, et M. Béchir, destitué en 2019 sous la pression de la rue.


La Russie avait annoncé la signature d'un accord pour la construction de la base en décembre dernier. Il permettait à la Russie de stationner jusqu'à quatre navires de guerre, et la base devait abriter jusqu'à 300 personnels civils et militaires.


La Russie avait indiqué que l'accord devait lui permettre d'avoir le droit de transporter, via les ports et aéroports du pays, des "armes, munitions et équipements pour le fonctionnement de la base".


Selon des médias soudanais, Khartoum aurait récemment suspendu l'accord en demandant le retrait des équipements installés à Port-Soudan.


Mais en avril, l'ambassade russe avait affirmé que ces informations de presse étaient erronées et que Moscou n'avait reçu aucune notification de Khartoum en ce sens.


Dans son interview, M. Hussein a indiqué que l'accord contenait des clauses "quelque peu préjudiciables pour le pays", sans autres précisions.


Selon lui, tant que l'accord n'a pas été ratifié par le conseil législatif, qui n'est pas encore formé, "nous avons la liberté de le discuter".


Le Soudan a longtemps été dépendant militairement envers la Russie, en particulier durant les décennies de sanctions américaines.


Depuis août 2019, le gouvernement de transition tente rompre l'isolement international du pays.


En décembre dernier, Washington a retiré Khartoum de sa liste des Etats soutenant le terrorisme.


"Nous avons commencé à reconstruire nos liens militaires avec les Etats-Unis", a dit M. Hussein en ajoutant que le Soudan était "ouvert à la coopération".

XS
SM
MD
LG