Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le Soudan du Sud perd son droit de vote à l'Union africaine pour non versement de ses contributions


Des travailleurs à l'oeuvre sur le champ pétrolier de Toma South à Heglig, dans l'État de Ruweng, au Soudan du Sud, le 25 août 2018. (Photo Reuters)

L'Union africaine (UA) a suspendu les droits de vote du Soudan du Sud en raison du non-paiement de ses contributions financières.

Dans un mémo adressé la semaine dernière aux autorités de Juba, l'ambassade du Soudan du Sud à Addis-Abeba, où se trouve le siège de l’UA, a expliqué que son pays a été sanctionné par l'UA pour des arriérés de plus de 9 millions de dollars.

Déjà, le Soudan du Sud a été empêché de participer à une réunion de l'Union africaine mardi dernier.

Contacté par la VOA, le ministre de l’Information du Soudan du Sud a dit ne pas être au courant de la suspension de son pays à l’UA, car il avait été frappé de la maladie COVID-19.

Selon Brian Adeba, directeur adjoint à l’ONG Enough Project, la suspension de Juba n’a rien de surprenant. Pour lui, le plus jeune pays d’Afrique souffre de corruption endémique. Il ajoute que les hauts fonctionnaires détournent régulièrement les budgets alloués aux ministères dans la plus grande impunité. "Il s’agit d’un système de corruption extrême", souligne-t-il, avant de préciser que les employés de l’État ne sont pas payés "depuis 5 mois".

D'après le site d’informations Sudan Tribune, le Soudan du Sud a accumulé trois ans d’arriérés à l’UA.

Pourtant le pays produit du pétrole à foison, avec une production d’environ 200.000 barils par jour, selon Xinhua.

Avec une population de plus de 12 millions d’âmes, le Soudan du Sud est déchiré par une guerre de clans depuis son indépendance arrachée au Soudan en 2011. Selon un rapport du FMI, près de 40 % de la population vit dans des camps de déplacés ou en tant que réfugiés dans les pays voisins. Plus de la moitié de la population dépend d’une aide humanitaire pour survivre.

XS
SM
MD
LG